Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 18 Septembre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesEconomieArticle
Energie, économie et environnement : contradiction ou co-développement ?
07/10/2012
 

Le cas du Cameroun
 
Par Yris Fondja Wandji
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

Je m’arrêterai d’abord sur le titre pour dire que si contradiction il y a, ce n’est certainement pas entre l’Energie et l’Economie.

Au contraire, des études ont montré qu’il y a une très forte relation, une corrélation positive (disent les économètres) entre l’accès à l’électricité par exemple et la croissance économique ou le développement économique (mesuré par le PIB ou l’IDH). Il est néanmoins nécessaire de garder à l’esprit le traditionnel problème de causalité entre deux variables corrélées. Peut-on affirmer que l’accès à l’énergie entraîne mécaniquement le développement économique ? Ou au contraire, est-ce la croissance de l’activité économique qui favorise la consommation énergétique ?

Il y a une corrélation positive entre l'accès à l’électricité et la croissance économique
Yris Fondja


Il est difficile d’apporter une réponse définitive à ces questions, tant les travaux qui les ont abordées ont abouti à des conclusions différentes et même parfois contradictoires. En ce qui concerne le Cameroun, mes tests économétriques ont clairement établi une relation de causalité de l’Energie vers le PIB, autrement dit, la croissance économique est tirée par la consommation d’énergie. Ce qui est finalement un résultat assez intuitif. On peut donc dire qu’il y a effectivement co-développement entre l’Energie et l’Economie.

 Publicité 
 
Eclairer New York nécessite beaucoup d'énergie  
Eclairer New York nécessite beaucoup d'énergie
 

Par contre, la contradiction serait plutôt entre l’Energie et l’Environnement puisque la production et la consommation d’énergie sont à l’origine d’importants dégâts environnementaux. D’après le 4ème rapport du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) publié en 2007, l’utilisation des combustibles fossiles (charbon, gaz et pétrole) est la source principale de l’augmentation des émissions anthropiques de CO2 dans l’atmosphère. Le dioxyde de carbone est le plus important des gaz à effet de serre, lesquels sont responsables des multiples dérèglements de notre planète.

Encore objet de contestation dans son principe, dans ses causes et dans ses effets il y a peu de temps, le réchauffement du système climatique depuis les rapports du GIEC, fait l’objet globalement d’un consensus indiscuté. Les scientifiques s’accordent désormais sur le changement climatique, sur le fait que les conséquences des variations possibles de température sont potentiellement catastrophiques pour l’humanité, et sur la contribution humaine à ces bouleversements.

Les pays du Sud (parce que plus sensibles et moins armés) sont les plus vulnérables aux conséquences du réchauffement planétaire et du changement du climat et de l’environnement
Yris Fondja


Par ailleurs, outre les problèmes de pollution engendrés aussi par la consommation des énergies fossiles, la contradiction entre l’Energie et l’Environnement se manifeste également dans les pays pauvres par les phénomènes de déforestation, de réduction de la biodiversité, d’érosion des sols et finalement de désertification. Car pour satisfaire leurs besoins énergétiques, les populations n’ont souvent d’autre choix que l’auto-approvisionnement en combustibles domestiques (biomasse-énergie) assuré par des prélèvements toujours plus élevés sur le couvert végétal. De façon générale, l’opposition Environnement-Economie concrétisée par l’impact des techniques sur le milieu naturel des êtres vivants aurait pu être questionnée, mais cela irait au-delà des ambitions de cet ouvrage.

 
 

Dans ce livre, j’explore dans une première partie les liens entre la production/consommation d’énergie et le développement économique d’une part, et d’autre part, l’impact que peuvent avoir ces activités sur l’environnement. Ces impacts englobent la déforestation, l’érosion des sols, la désertification, la pollution et surtout le changement climatique. Les pays du Sud (parce que plus sensibles et moins armés) sont les plus vulnérables aux conséquences du réchauffement planétaire et du changement du climat et de l’environnement.

Ensuite dans une deuxième partie, j’interroge les stratégies permettant de développer de façon durable le secteur énergétique des pays en développement. J’y analyse les avantages que procurent la diversification et/ou la localisation des sources et systèmes de production d’énergie en termes de sécurité d’approvisionnement, de respect de l’environnement et d’offre appropriée pour la satisfaction des besoins énergétiques. Les énergies renouvelables ont un rôle essentiel à jouer dans cette diversification.

j’interroge les stratégies permettant de développer de façon durable le secteur énergétique des pays en développement
Yris Fondja


Même si elles sont quelquefois intermittentes avec un rendement variable, l’utilisation d’une combinaison de sources permettrait d’avoir un approvisionnement énergétique régulier et fiable. L’autre stratégie concerne la régulation, c’est-à-dire l’ensemble des mesures qui permettent de proposer le meilleur service au meilleur prix, tout en donnant suffisamment d’incitations à long terme pour l’investissement.

Cameroun : pourquoi malgré le potentiel y a t-il encore pénurie d'énergie électrique ?  
Cameroun : pourquoi malgré le potentiel y a t-il encore pénurie d'énergie électrique ?
 

Enfin dans la troisième partie, j’examine la situation du Cameroun et j’essaie notamment de comprendre pourquoi les choses ne marchent pas ? Pourquoi malgré le potentiel et les différentes réformes il y a encore pénurie (d’énergie électrique en particulier) ? Les réponses à cette question sont multiples et variées, et tiennent principalement à la nature de cette ressource.

En effet, l’électricité ne se stocke pas (ou difficilement), et l’énergie produite doit être instantanément consommée, en respectant un équilibre entre l’offre et la demande, sous peine de voir les réseaux s’effondrer. Il faut donc la transporter des zones de production vers les zones de consommation, la configuration en longueur du Cameroun, l’éloignement des zones rurales et la vétusté de certains réseaux MT et HT n’aidant pas franchement les choses. Un autre problème qui limite l’attractivité des projets électriques, c’est qu’il s’agit d’un secteur hautement capitalistique et de long terme.

Produire, transporter et distribuer l’électricité exige des durées d’amortissement d’autant plus longues que les investissements sont importants. Il est alors primordial pour les investisseurs et opérateurs de s’assurer que les conditions de sécurisation à long terme de leur engagement seront garanties et que le cadre institutionnel et réglementaire permet une rentabilisation juste des capitaux investis.


 
 

Pour conclure et ouvrir le débat, je propose que pour mettre en œuvre un développement énergétique durable au Cameroun, un accent soit mis sur la diversification avec par exemple le développement des énergies renouvelables (micro-hydraulique, énergie solaire, biomasse) en parallèle de l’exploitation de l’hydroélectricité et des hydrocarbures. Une refonte du cadre institutionnel et réglementaire comme opérée par la loi du 14 décembre 2011 est la bienvenue. Mais pour véritablement inciter à l’investissement privé, ses textes d’application doivent être rapidement adoptés et publiés, notamment le texte portant organisation et fonctionnement de la société de transport et de gestion du réseau de transport (GRT).


Yris D. FONDJA WANDJI est Docteur en Sciences économiques de l’Université Paris-Dauphine (Centre de Géopolitique de l’Énergie et des Matières Premières). Il est également Ingénieur en génie électrique et a publié en 2007 Le Cameroun et la question énergétique : Analyse, bilan et perspectives.

       
Mots-clés
cameroun   économie   électricité   énergie   yris fondja wandji   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 4 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Sommet Etats-Unis Afrique : 33 milliards de dollars de promesses d’investissement
 Sénégal : le procès de Karim Wade a débuté ce jeudi
 Côte d'Ivoire : hervé Renard désigné sélectionneur
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Senegal      Togo      Tyra Banks     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version