Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 21 Septembre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesOpinionsArticle
Fonds souverains : une panacée ?
24/09/2012
 

Les Fonds souverains peuvent-ils servir les pays africains ?
 
Par Sali Bouba Oumarou
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

Les États africains producteurs d'hydrocarbures essayent de gérer avec efficience les ressources issues de la vente des hydrocarbures. Certains optent pour la création de fonds souverains pour placer les recettes. Tout récemment encore, c’est le Nigeria qui procédait à la création d’un fonds souverain de 800 millions d'euros. En s’appuyant sur les exemples d’autres pays, s’agit-il d’une panacée ? Quelles sont la portée et les limites de ces fonds souverains ? À quelles conditions pourraient-ils servir les intérêts de ces pays ?



 Publicité 
 
 
 

Les fonds souverains sont actuellement des acteurs majeurs du système financier international. Leur progression fulgurante à partir des années 2000 s’accompagne non seulement de l’accroissement de leur influence mais aussi, dans le même temps, d’une méfiance à leur égard. De 5 fonds souverains en 1970 (1), on en compte aujourd’hui plus d’une centaine qui gèrent les excédents commerciaux ou budgétaires des Etats. La plupart de ces fonds ont surgi à la faveur de l’envolé des cours des hydrocarbures. La quasi-totalité des pays producteurs de pétrole disposent d’un fonds souverain. On peut citer à titre illustratif le Koweït (2) ou La Lybie dont le fond détiendrait plus de 50 milliards d’Euros (3).

La création ou le désir de création des fonds souverains pétroliers par les Etats Africains, s’inscrit alors dans une large tendance, qui voit la prolifération de ces fonds. La Tanzanie, qui rentrera dans le cercle fermé des producteurs du Gaz (4) compte d’ores et déjà créer un fonds souverains comparable à celui crée par le Nigeria qui n’est rien d’autre que le 1er producteur du pétrole du continent. L’intérêt de ces fonds en principe est qu’ils permettent de dépasser les objectifs de stabilité des recettes budgétaires, généralement assignés aux revenus des hydrocarbures. Par « l’exportation » des revenus, ces véhicules de financement contribuent mieux que l’aide internationale à la prospérité économique des nations. Ces fonds assurent ainsi un rôle d’épargne par la conversion des ressources non renouvelables en actifs financiers.

ces fonds souverains contribuent mieux que l’aide internationale à la prospérité économique des nations.
Sali Bouba Oumarou


C’est du reste ce que laisse penser l’expérience de ces fonds dans les démocraties occidentales. L’exemple du fonds souverain de la Norvège (Government pension fund global), dont les actifs s’élevaient en 2007, avant la crise, à près de 373 milliards de dollars est édifiant à cet égard. Ce fonds se distingue de certains par sa « transparence exemplaire » et des « règles d’investissement d’éthique » (5) édictées en 2004. Cela lui permet de jouer effectivement un rôle de stabilisation destiné à protéger l’économie non pétrolière du pays avec un fonds d’épargne pour les générations futures. Ainsi donc, les fonds souverains dans certaines conditions peuvent permettre un tant soit peu une bonne gestion des ressources pétrolières.

 
 

Cependant, il faut aussi noter que certains fonds souverains dont les gestions sont opaques (pas de transparences, ou d’éthique) connaissent des dysfonctionnements qui font naître le discrédit et la méfiance à leur égard. Cette opacité fait craindre des agendas politiques cachés. La conséquence est la montée du protectionnisme au sein des Etats récepteurs de ces fonds.

Caroline Bertin (6) remarque à ce propos que les fonds Russes et chinois provoquent de vives réactions au sein des Etats de l’OCDE, et remettent au gout du jour l’exception de la liberté d’investissement incarné par la clause de sécurité nationale (7). Il en est de même pour le fonds libyen (dont les investissements en Afrique évalués à 1,2 milliards en Afrique (8)) qui a suscité pendant longtemps des craintes.

Aussi, la gestion de certains fonds ne répond à aucune règle stable s’agissant du dépôt ou du retrait des avoirs. La gestion est ainsi laissée à la discrétion des autorités. Ce faisant, la porte est largement ouverte aux détournements des avoirs de ces fonds à d’autres fins. En outre, dans certains cas, aucune information n’est régulièrement donnée sur ces fonds, ce qui va en contradiction avec les principes de Santiago en matière de transparence, auxquels adhérent la plupart des fonds. Ces manquements sont du reste, les causes parmi tant d’autres qui ont conduit à l’échec des fonds pétroliers du Tchad, du Venezuela, d’Oman etc. A contrario, un fonds comme celui du Botswana, le Pula Fund crée en 1996, a vu ses dépenses budgétaires décupler du fait qu’il est régi par des règles identifiables par tous et les décisions le concernant nécessitent l’accord du Parlement.

Les fonds souverains dont la gestion est opaque connaissent des dysfonctionnements qui font naître le discrédit et la méfiance à leur égard



Au demeurant donc, les fonds souverains peuvent souvent faciliter la gestion des revenus des hydrocarbures des Etats africains, et leurs faire éviter ce que d’aucuns appellent la malédiction des ressources. Pour ce faire, il faut nécessairement que ces fonds puissent jouir d’une certaine indépendance vis-à-vis du politique. (Au Kazakhstan et en Azerbaïdjan, c’est la présidence qui gère directement les fonds souverains dont les revenus sont hors budget…).

Ils doivent pouvoir jouir d’une personnalité juridique garantissant une clarté des règles de fonctionnement (retrait et dépôts). Ils doivent être soumis au contrôle du Parlement et l’application du principe de la reddition des comptes doit être de mise. L’adoption réciproque de ces mesures tant par les Etats africains que leurs partenaires favoriserait la confiance mutuelle et le maintien d’un environnement d’investissement libre, stable et ouvert pour la prospérité de tous.

Sali Bouba Oumarou est analyste sur www.UnMondeLibre.org


Notes

(1) Caroline Bertin Delacour, Les fonds souverains : ces nouveaux acteurs de l’économie mondiale, Les Echos editions, Paris, 2009, p.19.

(2) Selon Gawdat Bahgat « Sovereign Wealth Funds » Global policy vol 1, issue2, May 2010, p.162. Le Koweït est vraisemblablement le premier Etat à avoir ouvert le bal de la création des fonds souverains pétroliers en 1953.

(3) http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2011/03/08/04016-20110308ARTFIG00409-comment-la-libye-essaime-ses-petrodollars.php consulté le 27 août 2012.

(4) http://economie.jeuneafrique.com/regions/afrique-subsaharienne/12158-nigeria-creation-dun-fonds-petrolier.html consulté le 24 août 2012.

(5) Caroline Bertin Delacour, op.cit, p.194.

(6) Ibid., p.115.

(7) Art. 3 du code de la libération du mouvement des capitaux.

(8) http://www.lesafriques.com/actualite/les-fonds-d-investissement-libyens-sur-tous-les-fronts.html?Itemid=308?articleid=17282 consulté le 27 août 2012.

(9) John Baude, « Étude sur la création d’un fonds souverain en Nouvelle Calédonie », IOEM, Mai 2012, p.9.





       
Mots-clés
afrique   fonds souverains   nigeria   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 0 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Sommet Etats-Unis Afrique : 33 milliards de dollars de promesses d’investissement
 Sénégal : le procès de Karim Wade a débuté ce jeudi
 Côte d'Ivoire : hervé Renard désigné sélectionneur
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Rdc      Senegal      Togo      Tyra Banks     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version