Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 24 Novembre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesAfriqueArticle
Guinée : les civils sont-ils vraiment prêts à gérer le pouvoir ?
15/09/2010
 

L'enchaînement des événements politiques en Guinée n'augure rien de bon pour le pays
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Affiches de campagne de Cellou Dallein Diallo et Alpha Condé  
Affiches de campagne de Cellou Dallein Diallo et Alpha Condé
© getty
 

Les événements s’enchaînent en Guinée Conakry et n’ont rien de rassurant quant à la tenue effective du second tour de l’élection présidentielle le 19 septembre prochain. Depuis le début de la semaine, il y a eu successivement les affrontements entre militants des candidats Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, la suspension de la campagne électorale ouverte le 5 septembre dernier suite aux violences qui ont provoqué un mort et des blessés, les rencontres séparées entre les candidats finalistes et le Premier ministre guinéen, Jean-Marie Doré, pour calmer les esprits surchauffés.

Comme si cela ne suffisait pas, le président de la CENI est décédé hier 14 septembre à Paris en France, des suites de maladie. Cette disparition intervient dans un contexte de tension liée à la campagne électorale et de crise interne à la CENI consécutive à la condamnation, à un an de prison ferme pour fraude électorale, du regretté président et de son vice-président.

Le remplacement des deux responsables n’a pas été facile à faire avec la récusation, par la Coalition Arc-en-ciel qui soutient Alpha Condé, de celle qui a été nommée vice-présidente, Hadja Aminata Mame Camara, pour accointance avec le candidat Cellou Dalein Diallo.

 Publicité 
 
Affiche de campagne de Cellou Dallein Diallo  
Affiche de campagne de Cellou Dallein Diallo
© getty
 

Le climat général n’incite donc pas à l’optimisme quant à une fin heureuse de la transition dont on s’était pourtant mis à rêver surtout après l’engouement pour le premier tour de l’élection présidentielle. Mais ceux qui, apparemment, ne veulent pas de la démocratie en Guinée, n’avaient pas dit leur dernier mot. Ils semblent n’être pas fatigués par l’Etat d’exception, les régimes dictatoriaux qui se sont succédé depuis l’indépendance en 1958. A qui la faute ? Aux civils, d’abord.

En effet, il a suffi qu’on leur donne l’occasion de conquérir le pouvoir d’Etat pour qu’ils se montrent incapables de s’entendre à cette fin. Cette attitude déplorable risque de donner raison à bon nombre de militaires qui soutiennent mordicus, tant en Guinée qu’un peu partout en Afrique, que les civils ne sont pas disciplinés. D’ailleurs, c’est souvent l’argument utilisé pour perpétrer des coups d’Etat dans des pays où le pouvoir est géré par des civils.

Les politiques guinéens en général et les deux candidats finalistes en particulier doivent saisir cette chance historique et se ressaisir pendant qu’il est encore temps


La Guinée a cette chance extraordinaire que le chef de l’Etat par intérim, Sékouba Konaté, n’est pas intéressé par le pouvoir et donne des signes d’empressement à quitter ce qui s’apparente pour lui à une prison, fût-elle dorée. Cette relation au pouvoir est diamétralement opposée à celle de son prédécesseur, Dadis Camara, qui avait pris goût à la charge suprême et ne voulait plus la quitter. Sans être devin, on peut affirmer que si Dadis n’avait pas lâché prise malgré lui, il aurait remporté haut la main l’élection présidentielle que l’on viendrait à organiser pour un retour à l’ordre constitutionnel normal.

Affiche de campagne d'Alpha Condé  
Affiche de campagne d'Alpha Condé
© getty
 

Et au lieu de se battre entre eux, les civils se seraient ligués contre Dadis à ce moment pour dénoncer le caractère non transparent de l’élection, exiger sa reprise ou refuser de reconnaître la victoire de l’ancien gestionnaire du carburant de l’armée guinéenne. Mais par un concours de circonstances, ce n’est pas (heureusement) le cas.

Les politiques guinéens en général et les deux candidats finalistes en particulier doivent saisir cette chance historique et se ressaisir pendant qu’il est encore temps. Sinon, ils accréditeraient la thèse de leur incapacité supposée ou réelle à conquérir et gérer sereinement le pouvoir d’Etat. « Le vrai bonheur, on ne le réalise que lorsqu'on l'a perdu », dit un proverbe. Il faut un sursaut pour éviter qu’un troisième larron en treillis ne surgisse, comme l’a fait Dadis en décembre 2008, après la mort de Lansana Conté. En cas d’aggravation de la situation, Sékouba Konaté pourrait aussi changer d’avis, poussé en cela par des frères d’armes exaspérés.

Il pourrait donc être contraint de prendre ses responsabilités et rester au pouvoir jusqu’à ce que les civils se montrent à la hauteur de la charge de chef d’Etat. La Guinée est à la croisée des chemins et la responsabilité des politiques est grande dans le choix de la bonne direction.

Séni DABO

Le Pays


www.lefaso.net



<

       
Mots-clés
afrique   guinée   guinée conakry   présidentielles guinéennes   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 2 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Boxe      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Mohammed Ali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version