Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 20 Octobre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesOpinionsArticle
L'Inde, un exemple stimulant pour l'Afrique ?
27/02/2013
 

Enseignements et limites de l'expérience indienne pour l'Afrique
 
Par Swaminathan Aiyar
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
© diplomatie.gouv.fr  

Jadis observée dans le monde pour sa grande pauvreté, l’Inde aujourd’hui relève la tête au point d’être reconnue comme un exemple de réussite, potentielle super puissance et les Etats-Unis l’ont même plébiscitée pour l’obtention d’un siège de membre permanent au Conseil de sécurité des Nations Unies.

Les analystes politiques l’entrevoient comme le seul pays asiatique capable de contrer l’hégémonie chinoise au XXIe siècle. L’Afrique ne pourrait-elle pas avoir des enseignements à tirer si elle décortiquait les stratégies qui ont aidé les Indiens à démarrer ? Sans vouloir s’obstiner à faire du copier-coller, il est toujours intéressant de s’inspirer des bons principes qui ont marché ailleurs car il est inutile de réinventer la roue à chaque fois que l’on prend une bicyclette.

L’Afrique ne pourrait-elle pas avoir des enseignements à tirer si elle décortiquait les stratégies qui ont aidé les Indiens à démarrer ?


Swaminathan Aiyar, chercheur au Cato Institute’s Center for Global Liberty and Prosperity, spécialiste de l’Inde pour y avoir été éditeur des deux plus grands journaux indiens relatifs à la Finance (The Economic times and Financial Express), a cherché à comprendre cette avancée fulgurante. Certes la pauvreté existe encore en Inde bien que l’on note un recul du degré de pauvreté, même dans les tranches les plus pauvres de la population indienne. Tous les problèmes ne sont certes pas résolus loin de là mais le bout de chemin réalisé ces 20 dernières années pourrait aider l’Afrique à oser une nouvelle voie de développement, celle du libéralisme.

 Publicité 
 

L’analyse montre que l’Inde, confrontée à une crise des devises étrangères en 1991 a été contrainte d’abandonner des décennies de socialisme marquées par un repli sur elle-même, une priorité à l’autosuffisance et la prédominance du secteur public, pour adopter des réformes économiques semi libérales qui transformèrent l’éléphant pataud en denier né des tigres asiatiques. La mise en place de politiques tournées vers, entre autres, le marché et la baisse du taux d’imposition des entreprises a permis d’amorcer le décollage.

Lors de la dernière décennie, le taux de croissance du Produit Intérieur brut de l’Inde (PIB) a atteint plus de 8% en moyenne, et en l’espace de deux décennies, le revenu par habitant a connu une très forte progression, passant de 300$ à 1700$. De surcroît, l’Inde observe une forte progression démographique, au moment où la Chine est vieillissante, si bien qu’au cours de la prochaine décennie, ce pays pourrait dépasser la Chine en termes de croissance.

Dès la mise en œuvre des réformes, en 1991, de nombreux critiques prédirent que l’Inde souffrirait d’une « décennie de croissance perdue » à l’instar des pays africains qui s’étaient soumis aux politiques de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International dans les années 80. Ils mettaient en garde contre l’ouverture vers l’extérieur qui risquait provoquer l’anéantissement des entreprises indiennes par la domination de multinationales, quand parallèlement des mesures fiscales rigoureuses étrangleraient les mesures sociales à l’attention des plus pauvres.

 
 

Toutes ces terribles prédictions se sont pourtant avérées fausses. Les hommes d’affaires indiens s’en sont au contraire très bien sortis, et plusieurs d’entre eux ont même réussi à hisser leurs entreprises au rang de multinationales. Les énormes recettes provenant de la croissance rapide ont impulsé un taux record de dépenses de l’Etat dans des mesures sociales, même si l’on y note du gaspillage et de la corruption à grande échelle.

Ainsi, d’un taux préalable de 45,3% enregistré lors de l’année fiscale 1994, la pauvreté a chuté à 32% au cours de l’année fiscale 2010, et en l’espace de deux décennies, le taux d’alphabétisation est passé de 52,2% à 74%, ce qui représente la plus grande performance jamais réalisée par l’Inde. Plusieurs des régions les plus pauvres ont vu leur taux de croissance doubler ou tripler depuis 2004 et les salaires moyens y ont augmenté de plus de 50% au cours des trois dernières années.

L’auteur montre cependant que l’Inde souffre toujours de mauvaise gouvernance et d’un environnement défavorable aux affaires. Cet environnement malsain conduit même à des violences. Le pays se classe très bas dans les indicateurs du Doing-business. Une réglementation du travail très stricte ne permet pas aux entreprises indiennes de s’équiper d’usines d’envergure dotées d’une main d’œuvre suffisante pour optimiser leurs exportations comme en Chine. L’Inde a donc besoin de poursuivre ses réformes en s’axant sur l’amélioration de la liberté économique et sur une meilleure gouvernance.


Notons d’ailleurs que le niveau d’éducation ayant fortement progressé dans le pays, la société civile constitue un réel contre-pouvoir et d’après l’auteur, est très attentive aux propositions des candidats aux différentes élections sur le problème de la corruption. Il semble que ça devienne même un enjeu électoral majeur.

Tirons de cette expérience qu’un desserrement de l’étau socialiste protectionniste, l’ouverture a quelques mesures libérales a permis à l’Inde, un pays pauvre, d’avancer sur la voie du progrès. L’Inde pourtant, comme l’Afrique a des spécificités (castes, régions, Maoïsme) qui en font un pays différent des pays occidentaux tels que les Etats-Unis qui ont opté pour un modèle libéral. Cela prouve que ces recettes savent se fondre aux réalités locales et que donc l’Afrique ne peut pas éternellement fuir les bonnes solutions au prétexte de refuser les modèles dits importés.

Difficile de parler de modèle importé d’ailleurs puisque le libéral place l’homme au centre du développement en épousant donc sa culture et son environnement. Toutes les réussites sont bonnes à copier surtout dans le contexte africain où le recul de la pauvreté reste un enjeu crucial.

Swaminathan Aiyar, CATO Institute, Gisèle Dutheuil, Audace Institut Afrique.
Publié en collaboration avec www.libreafrique.org








       
Mots-clés
afrique   inde   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 12 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Niger      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version