Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 1 Septembre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesOpinionsArticle
Le Renseignement criminel au profit de l’économie africaine
20/11/2012
 

Comment les Etats africains peuvent-ils combattre crimes et trafics divers ?
 
Par Guy Gweth
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

Fuite des capitaux, corruption, blanchiment d’argent, manipulation des cours de matières premières, trafics de produits illicites, etc., les crimes économiques se complexifient et s’amplifient en Afrique au rythme de la croissance économique du continent. Pour y faire face, les Etats africains sont contraints de mettre en réseau des unités de Renseignement criminel exclusivement dédiées à la protection de l’économie.

 Publicité 
 
A qui avons-nous affaire ?
 
 

Dans un monde des affaires globalisé, de nouveaux liens se nouent chaque jour entre les mafias et les entreprises, y compris les plus respectables. Et les deals comme celui révélé par la justice italienne en 2004 entre la multinationale Parmalate (35 000 salariés) et la Camorra napolitaine ne sont plus l’apanage de Milan, Moscou, Wall-Street, Tokyo ou Shanghai.

Pour les principaux acteurs mondiaux du crime organisé - ceux qui ont fait fortune dans l’industrie militaire ou pharmaceutique, ceux qui se sont enrichis grâce au traitement clandestin des déchets toxiques, ceux qui sont politiquement influents dans les pays émergents ou dans le vieilles démocraties - l’Afrique est regardée comme un marché vierge, suffisamment poreux et rentable dans la durée, une proie à saisir dans les meilleurs délais.

Favorisé par la globalisation financière et la pauvreté des nouveaux pays-cibles, le crime organisé a opéré un saut qualitatif ces dernières années, qui a donné naissance à deux figures inquiétantes pour l’économie africaine : l’entrepreneur mafieux et le mafieux entrepreneur. Ces deux figures sont encore plus inquiétantes dans les pays où le modèle mafieux prospère aisément parce que la situation économique ou l’architecture sociale ne permettent plus à la jeunesse d’envisager autre chose que la voie du crime. De loin, ces pays donnent l’impression de laisser un seul choix à leurs populations : devenir criminelles ou sombrer dans la misère.

Pour les principaux acteurs mondiaux du crime organisé (...) l’Afrique est regardée comme un marché vierge, suffisamment poreux et rentable dans la durée, une proie à saisir dans les meilleurs délais
Guy Gweth



Seul un diagnostic froid des dangers du monde actuel permet de faire face à ce nouveau défi. De nombreux évènements, au cours des dernières années, ont montré à suffisance que ceux qui étaient en charge de la sécurité nationale pouvaient s’égarer dans les couches superficielles de l’actualité.

Si, à titre d’exemple, Bamako et ses alliés étrangers veulent faire croire que « la poussé subite » des islamistes dans le nord Mali était « imprévisible », l’analyse prédictive criminelle ne permet-elle pas d’anticiper les trafics d’armes que pourrait générer une intervention militaire internationale dans cette partie du continent ?

Au milieu des années 2000, Antonio Calderone, un ancien mafioso, fit une remarque absolument remarquable par sa justesse. « Le soldat de la mafia, déclara Calderone, habitué à la compétition et au risque très élevé, est mieux qu’aucun autre préparé à l’économie de marché.» Cette description est observable chez plusieurs criminels actifs dans les pays où la menace n’est pas toujours d’origine extérieure.

 
 

Les mafiosi nigérians par exemple contrôlent l’essentiel de l’économie souterraine de l’Etat fédéral grâce aux trafics (humains, de drogue, de matières premières, etc…), blanchiment d’argent sale, contrefaçons, enlèvements ciblés et escroqueries sur internet. Ce sont des winners avides, cupides, sans morale ni peur. Après le terrain, c’est à l’écran qu’ils portent la « destruction créatrice » dont parlait Schumpeter.

Nous avons affaire aujourd’hui à une catégorie d’acteurs économiques criminels et résilients qui, dans de nombreux pays, font concurrence aux acteurs légaux, voire à la force publique. Ils mobilisent des flux financiers capables de transformer la nature des marchés en un temps record et profitent de la relative porosité de la plupart des frontières africaines. Corrupteurs des institutions économiques et politiques, leur impact dévastateur et leur mondialisation à toute vitesse obligent à les intégrer au registre sensible de la sécurité du continent.

A quoi ça va servir ?
 
 

Devant l’incapacité de la criminologie classique à traiter les phénomènes criminels les plus résilients, le Renseignement criminel apparait comme le nouvel allié indispensable aux décideurs africains. Il sert à produire et à transmettre, de manière sécurisée, des informations de qualité supérieure, voire hors norme, aux décideurs en charge de la sécurité économique.

Le péril que représente le crime organisé et transnational en Afrique a montré ses preuves, et ses victimes officielles se comptent par milliers. Le scandale du Probo Koala, sa vingtaine de morts directs et les 17 000 consultations hospitalières occasionnées en Côte d’ivoire durant l’été 2006, reste l’une des tragédies les plus emblématiques de la décennie écoulée. Entre temps, l’Afrique est devenue une vraie plaque tournante pour le trafic international de drogues dures telles que la cocaïne et l’héroïne en provenance d’Afghanistan et d’Amérique latine.

Les destructions de stocks de médicaments ou l’interception de menues cargaisons de stupéfiants dont se vantent quelquefois les autorités au journal télévisé de 20h sont utiles aux yeux de l’opinion mais insuffisantes pour protéger l’économie locale. Il est indispensable de s’engager dans une démarche analytique et opérationnelle innovante et proactive pour anticiper et non plus subir les dangers que font peser ces criminels sur l’économie africaine. Il s’agira, en Afrique, d’une véritable révolution dans le traitement des crimes économiques.

A quels moyens recourir ?

Pour sa composition, le réseau d’unités de Renseignement criminel que proposent les conseils en intelligence économique de Knowdys pourrait recourir, au niveau national, au personnel de la police et de l’administration civile. La mise en commun du renseignement criminel par l’ensemble des unités se ferait par le biais d’une base de données automatisée regroupant les productions des différentes unités.

Le réseau aurait à sa tête un comité de gouvernance panafricain, garant du bon fonctionnement du réseau et de la distribution adéquate du renseignement criminel dans chaque pays membre. Il aurait notamment pour mandat d’assurer la collecte de l’information et la transmission des analyses stratégiques provenant de chaque unité en vue d’aider les autorités nationales dans la prise de décision.

Le Renseignement criminel que nous appelons de nos vœux est au départ une volonté politique, un état d’esprit et un ensemble de méthodes et d’outils dont le but est de déceler précocement et de neutraliser le crime avant qu’il ne soit commis. Reste bien entendu à poser les bases théoriques et pratiques du Renseignement criminel et à intégrer ce concept encore balbutiant dans la culture des décideurs politiques.


Comme on peut le constater, la dureté de la compétition économique mondiale ne connait pas le fair-play. Et ses arbitres sont toujours juges et partis. Face à cette autre guerre dont le droit international n’a pas encore pris toute la mesure, seul un Renseignement criminel en réseau permettra de dévoiler l’invisible, d’entendre l’indicible et d’identifier l’inavouable de manière à désamorcer les périls avant qu’ils n’affectent une économie africaine en pleine croissance.

*Guy Gweth
Consultant en intelligence économique chez knowdys
Plus d’infos sur : www.knowdys.com & www.africadiligence.com




       
Mots-clés
afrique   crime organisé   mafia   trafic   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Sommet Etats-Unis Afrique : 33 milliards de dollars de promesses d’investissement
 Sénégal : le procès de Karim Wade a débuté ce jeudi
 Côte d'Ivoire : hervé Renard désigné sélectionneur
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Senegal      Togo      Tyra Banks     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version