Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 24 Novembre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesCultureArticle
Livre : ''De l'Afrique à l'Hexagone'' de Kodjo Léon Amegan
10/02/2011
 

Dans son autobiographie, le togolais Kodjo Léon Amégan nous raconte son parcours entre Lomé, le Congo et la France où il vit depuis 1969. Rempli d’anecdotes et écrit avec humour, son récit dépeint un tableau plus général de l’immigration africaine en France
 
Par Hugo Breant
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
''De l'Afrique à l'Hexagone'' de Kodjo Léon Amegan  
''De l'Afrique à l'Hexagone'' de Kodjo Léon Amegan
 

Né en 1943, Kodjo Léon Amégan est un homme « ordinaire ». En 2009, il a publié chez L’Harmattan son autobiographie, « De l’Afrique à l’Hexagone » dans laquelle il raconte son parcours, qui l’a mené de Lomé, la ville où il est né, à Ozoir-la-Ferrière, commune de Seine-et-Marne où il vit actuellement, en passant par Port-Gentil au Gabon, par le village d’Oshwé en pleine forêt congolaise ou par Paris.

La construction du récit est simple. L’auteur choisit de nous raconter tout, depuis le début, méthodiquement. Commence alors un récit truffé d’anecdotes, d’histoires quotidiennes et de petits détails racontés avec un humour constant. En même temps qu’il raconte, l’auteur fait le bilan, donne son opinion et prend beaucoup de recul sur les grands et les infimes évènements qui ont fait sa vie. Il trie, sélectionne, raconte le plus amusant et le plus émouvant, mais toujours avec retenue et pudeur.

Kodjo Léon Amégan débute par son enfance, à Lomé. Il façonne le décor, décrit sa famille, fait le portrait de ses parents et de sa grande famille. Mais il livre aussi quelques histoires, a priori sans importance, qui font pourtant imperceptiblement naître, par petites touches, l’ambiance de Lomé et les habitudes des Togolais dans les années 1940 et 1950. Le premier tiers du livre est ainsi consacré à son enfance et à son adolescence, passées à Lomé, hormis une brève escapade familiale au Gabon.

 Publicité 
 
Le collège Saint Joseph de Lomé  
Le collège Saint Joseph de Lomé
 

L’auteur y raconte sa découverte de l’école et les souvenirs émus ou agacés qu’éveillent certains des professeurs, français expatriés ou togolais, qui ont marqué sa scolarité. Mais il s’attarde surtout sur les activités qui rythmaient les moments passés avec ses amis d’enfance hors de l’école : les matchs de football et la liesse qui les entoure, les séances de cinéma à découvrir et re-découvrir les classiques hollywoodiens et français, les jeux malicieux des enfants, puis la découverte plus tardive des jeunes filles, et surtout l’initiation à la guitare puis aux plaisirs de monter des orchestres et de jouer dans des concerts.

Puis vient le temps des études et des premiers emplois. Celui de la dispersion des amis aussi, en Afrique, en Europe. Ainsi, l’auteur part en 1967, à l’âge de 24 ans, en plein cœur de la forêt congolaise, pour y devenir instituteur. Il y passe deux ans, deux ans à vivre en plein village, à la congolaise, lui le jeune Togolais désormais habitué aux frasques des dancings loméens.

Puis, en 1969, vient le temps du départ en France. La France qui constitue la plus grande partie de cet ouvrage. Amégan y décrit tout, depuis son arrivé à Paris. L’étonnement devant cette ville, les premiers pas hésitants dans le métro, les nouvelles habitudes des Togolais en France, etc. Puis ce sont les galères qui s’enchainent, trouver un travail, naviguer entre plusieurs petits logements.

Au-delà, de ce parcours très personnel, cette autobiographie permet surtout de plonger dans un récit plus général (...) Du Togo, au Gabon et au Bénin puis au Congo, l’auteur esquisse d’abord, par fragments, un tableau de l’évolution politique africaine, de l’espoir des indépendances aux enlisements dictatoriaux.



Enfin, le temps de l’installation, de bâtir une carrière au Crédit Lyonnais, de se marier et de fonder une famille, d’acheter une maison. Et de nouveau, les difficultés qui reviennent. Une situation économique qui empire, des enfants qui ne manquent de rien mais se contentent de l’essentiel. Un parcours très ordinaire, donc. Relativement classique en tous les cas. Mais un parcours raconté avec tendresse et avec une volonté manifeste de nous emmener dans le récit, de nous faire entrer dans la confidence.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’on se prend rapidement au jeu, que l’on découvre de plus en plus l’auteur, que l’on apprend à le connaitre, et que l’on a de plus en plus envie de tout savoir. Comme un fils qui écouterait, des heures durant, son père lui raconter sa vie et ses périples. Amégan raconte tout, les jours heureux et les heures moins glorieuses. Il ne nous cache rien. Et c’est ce qui suscite rapidement ce si grand élan de sympathie à son égard.

Au-delà, de ce parcours très personnel, cette autobiographie permet surtout de plonger dans un récit plus général, celui de l’immigration africaine en France, voire d’un continent tout entier. Du Togo, au Gabon et au Bénin puis au Congo, l’auteur esquisse d’abord, par fragments, un tableau de l’évolution politique africaine, de l’espoir des indépendances aux enlisements dictatoriaux.

Paris dans les années 1970  
Paris dans les années 1970
 

Enfin, c’est l’itinéraire d’un immigré qu’il raconte ici : l’adaptation à la vie congolaise puis française, la nostalgie du pays d’origine que l’on ne retrouve que pour quelques trop courtes vacances, la tristesse face aux amis perdus et les trop rares retrouvailles avec certains compatriotes.

Et si ce livre est teinté d’un humour constant, l’impression générale qui en ressort est plus sombre, à l’image du sous-titre du livre : « Les espérances d’une enfance, les désillusions d’une génération ». Ce livre constitue donc un témoignage important pour comprendre un peu plus l’immigration africaine dans l’Hexagone, sous un jour quotidien, loin d’être anecdotique.

Alors bien sûr, si Kodjo Léon Amégan choisit de tout dévoiler, le récit n’en reste pas moins tributaire de ses envies et de la sélection qu’il décide d’opérer dans sa mémoire. Ainsi, nous aimerions parfois qu’il en dise un peu plus, sur certains aspects de la vie togolaise à la fin de la colonisation française, de la politique de son pays ou encore du racisme en France. Mais il faut se laisser aller à écouter Amégan, conteur talentueux. Ainsi, l’on se plonge avec plaisir dans ce livre qui frappe par son universalité. Car au détour de ces pages, chacun, quel que soit son pays ou son âge, se retrouvera dans une foule d’anecdotes et dans la magie des amours, des amitiés et des rencontres décrites dans ce livre.

Extraits
Le monument togolais de l'indépendance  
Le monument togolais de l'indépendance
 

- « Son père était un abongo sodja (sodja signifie soldat ; c’est une transcription togolaise du terme anglais soldier). On l’appelait Kanlia, c'est-à-dire le brave. C’était un ancien combattant de l’armée britannique, un vétéran de je ne sais quelle guerre. Une de ces guerres pour lesquelles des générations entières d’Africains avaient été ardemment conviées, au nom de la patrie, à offrir leur chair pour se voir priées le jour de gloire, aux portes de Paris ou d’ailleurs, de ne pas souiller de leurs semelles le sol de la capitale, de ne pas ternir de leur peau noire l’éclat de la victoire. Donner votre sang, soit ; mais n’en éclaboussez pas Marianne ! Il y a une limite à tout ! »

- « La mise à la porte d’André du lycée, si elle avait inévitablement distendu nos rapports, n’avait pas entamé notre amitié ; nous avions continué à nous revoir pendant les congés scolaires, d’autant plus facilement qu’il avait habité rue de la Somme au quartier Zongo, à deux pas de chez moi. C’est vous dire ma joie de le rencontrer si loin du pays, de me retrouver si près de mon adolescence avec le souvenir ému de ces années déjà enfuies vécues ensemble, et le sentiment que, malgré tout, le passé n’était pas totalement mort. »

- « Dans cet ordre d’idées, se pose la question à l’Africain titulaire d’une double nationalité de toujours pouvoir choisir, en cas de conflit de ses deux nationalités, son camp sans trahir l’autre ou sans éveiller des suspicions. Pour ma part, tout comme je fustige les crimes des responsables togolais sans renier le Togo, je continuerai à fustiger sans état d’âme les crimes de certains Français contre l’Afrique sans cesser d’aimer la France. Comment ne pas l’aimer ? Je n’ai pas vu le jour sur sa terre, mais j’y ai accompli l’essentiel de mon cycle d’homme : grandir, transmettre la vie, veiller à son épanouissement ; ce sont là des faits qui attachent. L’amour d’un pays, ou de tout autre objet, plus qu’une affaire de diktat ou de volonté, est une question de sentiment. »




       
Mots-clés
de l'afrique à l'hexagone   kodjo léon amegan   livre   togo   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 0 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Boxe      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Mohammed Ali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version