Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 23 Octobre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesSuccess StoriesArticle
Portia Lucrecia Simpson Miller, Première femme à la tête de la Jamaïque
15/04/2008
 

En devenant premier ministre de la Jamaïque en mars 2006, Portia-Simpson Miller a réussi une première historique en devenant la première femme à occuper ce poste dans son pays.
 
Par Patricia Turnier
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
BIOGRAPHIE ET CARRIÈRE POLITIQUE
Portia Simpson Miller  
Portia Simpson Miller
© daylife.com
 

Madame Portia Simpson-Miller est née en Jamaïque (troisième île des Antilles en superficie) plus précisément à Wood Hall, paroisse de Sainte-Catherine le 12 décembre 1945. Provenant de la classe ouvrière, elle a épousé en 1998 Errald Miller, homme d’affaires et ancien directeur exécutif de la Cie de câbles et de télécommunications sans fil de Jamaïque.

La carrière remarquable de madame Miller a débuté dans la sphère politique depuis 1970. Le New York Times a relaté qu’à l’époque cette femme souhaitait mettre sur pied un projet de réhabilitation urbaine et faisait déjà preuve d’un grand stoïcisme. Madame Miller, femme politique a été désignée membre du parlement jamaïcain pour la première fois en 1976.

Elle représentait ainsi le Sud-ouest de la paroisse de Saint Andrew. Depuis 1978, elle fut vice-présidente du PNP (parti national du peuple jamaïcain) (1). De 1993 à 1995, elle a occupé la fonction de ministre du travail et du bien-être, ensuite ministre du travail, de la sécurité sociale et des sports de 1995 à février 2000. Par la suite, elle a été nommée ministre du tourisme et des sports de février 2000 à octobre 2002. D’octobre 2002 au 30 mars 2006, elle a occupé la fonction de la gouvernance locale et des sports.

 Publicité 
 
Portia Simpson Miller en campagne électorale en septembre 2007  
Portia Simpson Miller en campagne électorale en septembre 2007
© daylilfe.com
 

Madame Portia Simpson-Miller a été élue Premier Ministre de la Jamaïque le 30 mars 2006 et elle est devenue le septième premier ministre jamaïcain. Elle fut également le leader du PNP en remplaçant Peter Philipps et elle a succédé à P.J.Patterson (au pouvoir depuis 14 ans).

Elle est devenue la troisième femme chef d’état dans les Antilles anglophones et l’Amérique du Sud anglophone, c’est-à-dire suite à Eugenia Charles de la Dominique et Janet Jagan de la Guyana élues à la fin du XXe siècle. Il importe d’ajouter que madame Miller est la première femme noire du XXIème siècle à avoir dirigé un pays en Amérique. Le prestigieux magazine Forbes a classé en 2007 madame Miller en 81e position parmi les femmes les plus puissantes au monde. Lors de l’inauguration, madame Miller a prononcé les mots suivants :

"Aujourd’hui est un jour historique (...) une femme des quartiers ruraux de Sainte Catherine est devenue le Premier Ministre de la Jamaïque, la réalisation du rêve jamaïcain". Le Premier ministre a brisé la tradition en faisant une prière avant de prêter serment durant la cérémonie d’inauguration à Kings House, le siège du gouvernement à Kingston. Ainsi, il importait pour madame Miller de faire appel à l’intervention divine durant son élection et son mandat à exercer. "Ma première promesse au peuple jamaïcain est de faire progresser les droits de l’Homme et les libertés individuelles. Chaque vie individuelle est sacrée. Aucune n’est plus importante que les autres, quelle que soit l’origine, la couleur de la peau ou le sexe. Nous sommes tous égaux devant Dieu" a-t-elle dit.

Jackie Joyner-Kersee et Portia Simpson Miller en 2007  
Jackie Joyner-Kersee et Portia Simpson Miller en 2007
© afp/getty
 

Le peuple appelle affectueusement madame Miller "Sista P.", "Momma" ou "Tante Portia" depuis le mois de mars 2006. Il importe d’ajouter que les femmes de la Jamaïque ont pleuré de joie au moment de l’inauguration de madame Miller.

Le mandat de madame Miller a pris fin le 11 septembre 2007 suite à l’échec de son parti aux législatives. Bruce Golding [2] , homme d’affaires est le nouveau Premier ministre et président du Parti travailliste jamaïcain (Jamaican Labour Party (JLP )[3]). Ainsi, le Parti travailliste jamaïcain a obtenu 32 sièges à l’Assemblée contre 28 au PNP. Il s’agit du résultat le plus serré du pays depuis son indépendance en 1962 [4]. Le 5 septembre, Portia Simpson Miller a accepté la défaite suite à son scepticisme.

Ainsi, elle avait initialement refusé de concéder l’échec de son parti et avait prévenu qu’elle n’hésiterait pas à contester légalement une élection qu’elle considérait irrégulière. Le "recomptage" des voix a duré environ deux jours. Les observateurs étrangers présents sur place ont pour leur part estimé que le scrutin était juste. Le taux de participation a atteint 60% dans un contexte difficile. Après le passage dévastateur de l’ouragan Dean le 19 août dernier, la Jamaïque a été privée d’électricité et d’eau courante pendant huit jours. Le pays a été placé en état d’urgence jusqu’au 25 août 2007. Le pays est resté cependant calme le jour du scrutin mais la fin de la campagne électorale a été perturbée par des violences : au moins dix personnes ont trouvé la mort le dans l’île.


Madame Miller a finalement souhaité ses meilleurs vœux de réussite à son successeur, Bruce Golding. L’exercice du pouvoir de madame Miller n’a pas toujours été aisé car elle a dû faire face aux préjugés de classe (le Premier ministre étant d’origine modeste) et au sexisme. Toutefois, madame Miller a manifesté aucune rancœur ou amertume face à ses opposants. Cette attitude a su charmer le peuple. Les principales luttes de madame Miller durant son mandat consistaient à combattre la corruption, le chômage, les inégalités socio-économiques en d’autres mots la disparité entre les riches et les pauvres.[5]

Portia Simpson Miller en compagnie de Rene Preval  
Portia Simpson Miller en compagnie de Rene Preval
© dailylife.com
 

Elle a donc incarné le rôle d’avocate des déshérités en visant le plein emploi pour tous les Jamaïcains. Elle a souligné en juin 2007 que la Jamaïque détient le plus faible taux de chômage depuis l’histoire récente du pays (indépendant depuis 1962) composé d’environ 2.7 millions d’habitants. Madame Miller a également précisé l’importance de l’économie informelle, le développement des micro, des petites et moyennes entreprises stables pouvant favoriser la création d’emplois décents. Dans cette perspective, le président de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz avait souligné à Washington le 14 juin 2006 l’engagement de madame Miller dans sa lutte contre l’indigence :

"Je suis enchanté de rencontrer le premier ministre Portia Simpson Miller, première femme de l’histoire de la Jamaïque à accéder à la fonction de premier ministre (...) Nous saluons l’accent mis par le premier ministre sur des aspects tels que l’éducation, le développement des quartiers centraux déshérités ou encore la réduction du crime et de la violence, ainsi que le ferme engagement qu’elle a pris pour maintenir la stabilité macro-économique". De cette façon, le président Paul Wolfowitz s’est engagé à continuer l’action menée par la Banque mondiale afin d’appuyer le développement de la Jamaïque et de combattre la pauvreté.[6]

Ainsi, durant son mandat de 17 mois, Madame Miller a oeuvré activement pour le développement économique du pays et le changement de la société jamaïquaine tout en demeurant consciente des nombreux défis et obstacles à relever : les aspects négatifs de la mondialisation, les problèmes environnementaux (notamment le réchauffement de la planète), la hausse des prix du pétrole, etc. Le nom de madame Miller est maintenant inscrit à jamais dans les annales de l’histoire antillaise et de l’Amérique en étant la première femme à la tête de la Jamaïque.[7]

11 septembre 2007, Bruce Golding succède à Portia Simpson Miller assise aux côtés de Howard Cooke (ancien gouverneur général) et P.J Patterson, ancien premier ministre auquel elle avait succédé





Notes

(1) Le PNP représente le parti de Michael Manley, élu premier ministre en 1972, qui s’était démarqué en réduisant les privilèges des sociétés étrangères, dont il avait haussé les impôts. Son régime attirait la considération de Fidel Castro à Cuba. Il fut réélu en 1976. Le pays étant touché sérieusement par la crise économique, les élections de 1980 donnèrent la majorité au parti rival, le JLP (Jamaïcan Labour Party), dont le chef, Edouard Seaga, fut élu. Puis le PNP revint au pouvoir en 2002. Aucun des deux partis rivaux n’a apporté de solution aux sérieuses difficultés liées notamment à la misère et l’insécurité touchant les pauvres de ce pays. Cette situation explique leur alternance au pouvoir: désappointée par l’un, la population se retourne vers l’autre, et inversement.

(2) Bruce Golding, le nouveau premier ministre s’est retrouvé pendant dix huit années dans l’opposition avant de gagner les dernières législatives. Finalement, il est devenu le huitième chef de gouvernement jamaïcain. Il a été élu pour la première fois au Parlement en 1972 à l'âge de 24 ans. Il a pris la tête du JLP en février 2005 et menait sa première campagne législative de même que Portia Simpson Miller. Avant Golding, Sir Alexander Bustamante, Donald Sangster, Hugh Shearer, Michael Manley, Edward Seaga, P.J. Patterson et Portia Simpson-Miller avaient été premiers ministres.

(3) Ce parti a pris le pouvoir pour la première fois depuis 1989

(4) Lors de la campagne électorale, les deux partis ont accordé de l’importance à l'éducation et à la prospérité économique. Le PNP promettait un programme quinquennal visant à combattre l'illettrisme. Pour sa part, le JLP a pris l’engagement de permettre l’accès à l'école pour tous s’il remportait les élections. Cet accès à l’éducation viserait notamment à améliorer les institutions scolaires primaires. Le parti de Golding a également promis durant les élections de réduire la dette du pays afin d'alléger le fardeau fiscal. Le JLP avait aussi attaqué le PNP sur la question de la corruption, lui reprochant de ne pas donner suffisamment de ressources à la « Corruption Prevention Commission ».


(5) Lors de la Conférence annuelle de l’Organisation internationale du Travail (OIT) en juin 2007, madame Miller a déclaré : « Nous avons l’obligation de nous attaquer sérieusement à la question de la pauvreté ou bien nous subirons les effets dévastateurs d’un tsunami humain de frustration, de rage et de rébellion ». Elle a ajouté que la recherche du travail décent « n’est pas un choix, c’est un impératif mondial ». Le Directeur général du BIT, Juan Somavia a souligné que la Jamaïque est un pays « ouvert sur le monde, accueillant pour les personnes, les entreprises et les investissements » et a complimenté le Premier ministre Miller en précisant qu’elle est « au cœur du défi qui consiste à s’attaquer aux inégalités qui peuvent déchirer les sociétés et à s’assurer que le marché est au service de l’homme et non l’inverse ».

(6) La Banque mondiale a approuvé une stratégie d’aide-pays (CAS) pour la Jamaïque qui prévoit la fourniture à ce pays d’une aide financière au titre de projets allant jusqu’à 150 millions de dollars pour la période 2006-09 et un apport de services consultatifs et techniques. Cette stratégie vise à appuyer le programme de lutte contre l’indigence défini par le pays au moyen de projets en faveur du développement de la petite enfance, des jeunes en difficulté et du développement rural. Le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale a d’ores et déjà accepté, le 29 mars 2006, un prêt de 29,3 millions de dollars ayant pour but d’améliorer le niveau de vie des pauvres des quartiers centraux déshérités de 12 villes par des actions en faveur de l’accès aux infrastructures urbaines de base, des services financiers, de l’équilibre du régime foncier, d’une consolidation des capacités communautaires et d’une meilleure sécurité publique. Le portefeuille de projets de la Banque en Jamaïque comporte au total cinq opérations constituant un appui financier global de 108,4 millions de dollars.

(7) Le journal américain de Boston The Christian Science Monitor a effectué une analyse sociologique de la population jamaïquaine et a fait le constat que l’élection d’une femme à la tête du pays est loin d’être le fruit du hasard. En effet, à l’université plus de 70% des étudiants sont des femmes. Dans certains domaines comme le droit, elles sont entre 80% et 90%. En sus, l’université ne présente pas le seul endroit où les femmes excellent en Jamaïque. Depuis au moins vingt ans, la moitié des femmes sont sur le marché du travail et elles occupent souvent des postes de cadres moyens ou supérieurs. Elles sont également nombreuses à avoir pris des postes dans l’enseignement supérieur.

Contacter l'auteur : pturnier@hotmail.com

       
 Donnez votre opinion ou lisez les 2 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Boxe      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version