Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mercredi 30 Juillet 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesHistoireArticle
Le Bumidom, une migration d’Etat
13/11/2007
 

Du début des années 60 aux débuts des années 80, le gouvernement français a mis sur pied un système de migration institutionnalisé particulièrement « efficace ». Les Antilles notamment font les frais de cette politique et paye un tribut démographique élevé
 
Par Thomas Pagbe
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

Né en 1963 et mort 1981. L’épitaphe pourrait être simplifié à l’extrême s’il ne s’agissait pas de celui d’un service administratif qui durant son existence, a présidé aux destinées de milliers d’hommes et de femmes des Antilles, de Guyane et de la Réunion.

Dans les années 60, Michel Debré, alors Premier ministre, décide de mettre sur pied un service. Ses initiales : B.U.M.I.D.O.M pour Bureau pour le développement des migrations intéressant les Départements d’Outre-Mer. Selon Gérard Thimodent, administrateur du CM 98* (1), « l’amélioration sanitaire, la baisse de la mortalité infantile et la crise de l’industrie sucrière ont créée ont été des éléments déterminants. De plus, la crise de l’industrie sucrière, l’émergence du sucre de betterave en métropole alliée à la concurrence ont entraîné la fermeture des usines aux Antilles et le chômage ».

La croissance démographique qui résulte de l’amélioration de la durée de la vie et la progression du chômage pousse l’Etat à trouver une solution.

En métropole, la situation n’est guère plus brillante. La fin de la guerre d’Algérie et l’accession à l’indépendance de nombreux pays d’Afrique noire prive la France d’une importante main d’œuvre bon marché. De nombreux emplois en France, notamment dans la fonction publique restent inoccupés. Les candidats éligibles pour ces emplois doivent être français. Le gouvernement français sait qu’il dispose d’un « vivier » de candidats près à occuper toutes ces fonctions que les métropolitains dénigrent.

 Publicité 
 

Ainsi, lors d’un conseil interministériel, la décision est prise de une administration capable de gérer la situation antillaise. Le Bumidom est ainsi créé.

Le Bumidom s’installe donc dans un contexte bien particulier. En Ile-de-France, destination particulièrement servie par le procédé, un grand nombre d’hôpitaux sont construits entre les années 60 et les années 70. La main d’œuvre peu qualifiée manque cruellement. De nombreuses Antillaises sont tout naturellement dirigés vers ces emplois. Pour autant, le processus prend du temps. Tous ceux qui ont en ont fait la demande et ont reçu le billet aller simple délivré par les services du Bumidom pour se rendre en métropole doivent faire « escale » dans un centre de formation. Un centre de Seine et Marne accueillait alors les migrants pour leur fournir une formation sommaire composée d’une initiation aux travaux ménagers et aux « bons usages ». Une grande partie de ces femmes viendront grossir les effectifs des hôpitaux en déficit d’aides soignantes. Les hommes reçoivent eux aussi des formations diverses, tournés vers les emplois peu, voire très peu qualifiés.

Les femmes sont nombreuses à utiliser ce mode de migration. Les hommes eux bénéficient de la possibilité de rester en métropole par le biais du service militaire. Leur billet, ouvert pour une durée de 5 ans leur permet de rester sur place et d’occuper un emploi durant la période de leur séjour. Et ce n’est pas le seul plan de cet type mis sut pied. « Le plan Nemo [ndr : du nom du militaire à l’origine du projet] est destiné à la Guyane. Le gouvernement souhaite peupler ce territoire. D’où les offres faites aux appelés volontaires pour remplir leurs obligations militaires en Guyane. Ceux qui le souhaitent peuvent rester là-bas, avec à la clef, quelques facilités accordées par la métropole », explique Gérard Thimodent.

Le bilan du Bumidom est contrasté : bouée de sauvetage pour certains, rapport colonial entre la métropole et "ses" territoires pour d'autres


Une propagande efficace

Peu d’Antillais savent ce qui les attend une fois de l’autre côté de la mer. La mise en place d’une propagande efficace permet d’alimenter la métropole en main d’œuvre fraîche. Les objectifs à atteindre sont très clairs : 5.000 Antillais doivent arriver chaque année en métropole. Pour beaucoup, la mise en place de ce canal de migration institutionnalisé est une aubaine, un moyen idéal pour échapper à la misère. « Le Bumidom a une mauvaise image. Ce sont surtout les plus pauvres qui l’utilisent », souligne Gérard Thimodent. Il est étonnant de noter que ce mode de migration a toujours mauvaise presse, y compris aujourd’hui. Une dame antillaise d’un âge respectable, présente lors de la rencontre effectuée en vue de cet article, nous écoute et finit pas dire que le Bumidom était mauvais. « Je suis venue seule et par mes propres moyens », précise t-elle. Tous n’ont pas eu cette possibilité.

Le cas des Réunionnais est tout aussi marquant. Les premiers Réunionnais qui se rendent en France quittent leur île entre 1962 et 1965. Une destinée singulière attend les enfants qui quittent leur île natale. Entre 1962 et 1971, la DDAS*(2) place environ 300 enfants à Guéret, dans la Creuse. Les consignes de l’époque sont claires : peupler des zones rurales peu à peu vidées de leurs habitants. Les plus chanceux vont l’école et bénéficient d’une éducation scolaire qu’ils n’auraient pas forcement obtenu à la Réunion. Quand aux moins chanceux, ils finissent employés à tout faire dans les fermes de la région...

 
© terdav.com  

Aux Antilles aussi, des conséquences sociales résultent de cette lente « saignée démographique ». La plupart des candidats au départ viennent des campagnes pauvres des Antilles. Prêt à tenter leur chance, ils quittent bien souvent leurs enfants, leurs maris, leur famille. Les cellules familiales sont désorganisées par le départ d’un membre. Une indicible pression sociale finit par s’installer. A tel point que ceux qui envisagent de quitter leur île se cachent.

Un autre élément marquant du Bumidom réside dans sa composante même. « Selon des chercheurs de l’Insee qui ont étudié ce phénomène,le flux migratoire provoqué par le Bumidom comporte toutes les caractéristiques d’une immigration étrangère » précise Gérard Thimodent. En effet, les migrants ont tous la peau noire. Leurs compatriotes ne font aucune différence entre les étudiants africains venus en France durant la même période et leurs compatriotes d’outre-mer. Le racisme ne les épargne pas.

Les candidats à la migration doivent aussi faire face à diverses complications. Le Bureau n’assure qu’une prise en charge partielle. Les migrants doivent se débrouiller seuls pour parvenir à se loger décemment. La tâche est herculéenne. Lorsqu’ils ne sont pas « condamnés » à vivre dans de minuscules studios, les migrants doivent se serrer dans des deux pièces de 40 m². Les chiffres de l’Insee fournissent un éclairage particulier sur cet aspect. Aux Antilles, 60% des Martiniquais sont propriétaires alors qu’en métropole, seuls 20% d’entre eux sont parvenus à accéder à la propriété.
Face à la pression démographique énorme des années 60-70 et à l’afflux massif de population, le parc de logement trouve ses limites. La construction de logements sociaux et de villes nouvelles se développe durant cette même période. D’où la complexité de la situation.


Le bilan du Bumidom est très contrasté. Bouée de sauvetage d’abord pour certains. Pour la « première génération » de migrants, le terme ‘réussite’ n’est pas trop fort. Plus de 70% de ceux qui ont fait ce choix sont parvenus à s’installer et à se façonner une existence qu’ils n’auraient, pour une partie d’entre eux, pas eu sur leur île natale. Pourtant chaque médaille à son revers. L’administration métropolitaine a arraché toutes les forces vives d’un territoire aux appétits immenses pour son propre développement. Pour les tenants de cette thèse, les mots durs ne manquent pas. Derrière le Bumidom, le rapport colonial entre la métropole et "ses" territoires se profile encore derrière les promesses de la République.

Contestation
Michel Debre  
Michel Debre
 

Déjà, des les années 50, les étudiants antillais revenus de la métropole créent leurs propres mouvements de révoltes. Le contact avec les étudiants africains n’y est sans doute pas étranger. En mai 1967, une grève éclate dans le secteur des bâtiments. La contestation du Bumidom n’est pas absente des revendications des grévistes. L’invitation au voyage vers la métropole tombe à point nommé : tous les partisans potentiels de la révolte et de l’autonomie quittent les îles pour tenter leur chance en métropole. Une aubaine pour le gouvernement. Il ne reste plus personne pour manifester.

Un débat public destiné à critiquer fermement le gouvernement émerge peu à peu. Une contre-propagande est mise en place notamment par des lettrés comme Césaire. Des opposants particulièrement virulents n’hésitent pas à qualifier le Bumidom de « bastion de la traite des Nègres ». En 1971, l’antenne du Bumidom installée à Fort-de-France est incendiée. Malgré, la véhémence de la contestation, les candidats aux départs ne manquent pas. Dans bien des cas, la misère reste plus forte que la politique.

Le programme entre dans une phase critique à partir des 70. Même si des mesures sont mises en place pour affaiblir la contestation (les congés bonifiés datent de 1977), la contestation ne faiblit plus. En 1981, le Bumidom est suspendu. L’ANT, une agence chargée de soutenir l’insertion professionnelle des travailleurs d’Outre-Mer, est créée en 1983.

Que reste t-il aujourd’hui du Bumidom ? Les langues commencent à peine à se délier. « Les enfants le découvrent seuls. Les gens n’ont pas confiance en eux. Ils ont pourtant aidé à valoriser la France grâce à leur travail. Pourtant, ils n’ont pas confiance », déplore Gérard Thimodent. « Il faut en faire un élément historique connu et le faire sortir de l’oubli ».


* (1) Association regroupant les descendants d’esclaves Antillais
* (2) Direction départementale des affaires sanitaires et sociales





       
Mots-clés
antilles   bumidom   caraïbes   guadeloupe   guyane   martinique   michel debre   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 8 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
  Prédateurs et sadiques: L'Afrique et ses guerres qui n'en finissent pas. Des chefs charismatiques aux guérilleros sans vision. Pourparlers stériles. Y'a-t-il un intérêt mili-politique à pénétrer une femme avec un fusil d'assaut et appuyer sur la détente?
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 L'Algérie se qualifie et rejoint le Nigeria au second tour
 Coupe du monde : les huitièmes de finale sont connus
 Les éléphants mis KO par la Grèce n'iront pas au second tour
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version