Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 21 Septembre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesCultureArticle
Négritude et Négrologues de Stanislas Spero K. Adotevi
20/11/2005
 

Grioo.com revient cette semaine sur un livre publié dans les années 70 et qui, plus de 30 ans après, a encore des choses à dire aux nouvelles générations africaines.
 
Par Tognidé Zinflou
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
« Négritude et Négrologues » de Stanislas Adotevi, édition de 1972  
« Négritude et Négrologues » de Stanislas Adotevi, édition de 1972
 

C’est un livre de poche d’un peu plus de 300 pages de la collection 10-18 paru au début des années 70. La couverture nous montre, sur fond orange caractéristique de l’époque, la photo d’une femme noire, visiblement d’origine modeste, portant dans ses bras un bébé blanc bien nourri. Le titre est pour le moins sarcastique, et un peu mystérieux : Négritude et Négrologues. L’auteur : Stanislas Adotevi.
Le style est direct et rentre-dedans : « Le nègre qui prend conscience de sa race est un bon nègre, mais s’il perd la mémoire de notre chute, s’il s’oublie, s’il s’évanouit dans une extase mystique, s’il voit nègre quand il faut voir juste, il se perd, il perd le nègre en perdant la vue. » (p.102)
L’auteur réussit néanmoins à maintenir une réelle qualité littéraire sans perdre en efficacité. Le livre se lit d’une traite, en dépit des nombreuses citations et des abondantes notes de fin de chapitre. Et de fait, Adotevi cite beaucoup : les écrivains de la Négritude bien sûr, qu’il décortique, mais également les auteurs, penseurs et politiques occidentaux dont les doctrines et idées ont alimenté ou influencé ces grands précurseurs.

 Publicité 
 

Né au Bénin, Stanislas Adotevi est peu connu dans son pays au-delà des cercles universitaires. Retiré au Burkina-Faso après une carrière d’enseignant et de fonctionnaire international, il justifie cet exil par la volonté, entre autres, « de ne pas être tenté par les agitations extérieures, la politique, par exemple, (qu’il a) décidé de bannir de (sa) vie ». Sa bibliographie comprend des essais comme « De Gaulle et les Africains, Editions Chaka, décembre 1990 » et de nombreux articles (notamment « Aliénation culturelle et développement du sous-développement », in Conséquence n.1 et N'Krumah ou le rêve éveillé in Présence africaine, n° 85). Négritude et Négrologues, publié en 1972 et réédité en 1998, reste son œuvre la plus connue.

Mouvement littéraire né sur les bords de la Seine dans un milieu d’étudiants Africains et Antillais, et dominé par les personnalités de L. S. Senghor et Aimé Césaire, la Négritude s’était peu à peu imposée comme l’expression de la personnalité nègre. Au point que le Petit Larousse pouvait définir le terme dans son édition de 1981 comme : l’ «Ensemble des caractères, des manières de penser, de sentir propres à la race noire (…)» Les productions de ce courant parues entre sa création dans les années 30 et son apogée dans les années 40-50 constituent le gros des classiques de la littérature négro-africaine contemporaine. Si en ce début des années 70 quelques auteurs d’Afrique et des Caraïbes se sentaient déjà à l’étroit dans les limites définies par les pères fondateurs, aucun ne s’était encore livré à une critique systématique du monument. Le pamphlet d’Adotevi fit donc l’effet d’un pavé jeté dans la mare.

« Négritude et Négrologues » de Stanislas Adotevi  
« Négritude et Négrologues » de Stanislas Adotevi
 

Dès la première page le ton est donné : « On a dit et redit, avec la complicité des nostalgiques du soir, que la négritude est autre chose que ce qu’elle est. On a dit qu’elle est un chant pur, un rythme, un élan. Pas un acte, mais un dogme silencieux. Souvenir dans la connivence nocturne, la négritude est l’offrande lyrique du poète à sa propre obscurité désespérément au passé ». De fait, on est bien en présence d’une littérature déclamatoire abstraite, coupée des préoccupations des masses noires et s’appuyant sur une idéalisation des réalités africaines et une âme nègre mythique. S’il reconnaît au mouvement une certaine pertinence historique pour avoir symbolisé, à un moment donné, l’affirmation du Noir dominé, Adotevi lui reprochera de n’avoir pas su dépasser cette étape nécessaire pour transformer les forces ainsi mobilisées en facteurs de changement.

A partir des écrits et propos des théoriciens du mouvement – principalement Senghor - il va s’atteler à dégager les fondements de cette personnalité nègre dont on parle tant. Le verdict est implacable : le Nègre de la Négritude, tel que décrit par ses chantres, est un être sensuel et émotif et bon mais surtout, découvre-t-on entre les lignes, doté d’une mentalité bien à lui, essentiellement dominée par le sentiment. « La race blanche », écrira Senghor, « est analytique par utilisation, la race nègre intuitive par participation ».
Le problème est posé : le Noir, frappé d’une telle singularité, serait donc un être à part ?

Lépold Sedar Senghor  
Lépold Sedar Senghor
 

Adotevi souligne la parenté entre la personnalité noire ainsi définie, le mythe du bon sauvage et la mentalité primitive chère à l’ethnologie coloniale. « L’activité mentale du primitif », nous apprend en effet Lévy-Bruhl, « n’est pas un phénomène intellectuel ou cognitif pur ; (…) la connaissance (y) est toujours colorée par le sentiment, pénétrée par l’émotion (…) ». Cette description fait implicitement du « primitif » l’antithèse de l’homme blanc qui, seul, aurait le monopole de la raison dite cartésienne. Ce privilège justifiant sa position au sommet de la hiérarchie.
S’esquissent ainsi les bases d’un partage des tâches : « Dans le Grand Orchestre de l’Universel, l’Humanité aura pour chef d’orchestre l’Europe, le Blanc. Le nègre tiendra la section rythmique ». Stanislas Adotevi nous démontre que le développement de l’ethnologie pendant la période coloniale, loin d’être fortuit, s’inscrivait dans une logique de contrôle des sociétés colonisées. C’est la même intention qu’il décèle dans le discours de la Négritude et qui se concrétise après les « indépendances » dans le Socialisme Africain théorisé par le président Senghor.

Stanislas Adotevi  
Stanislas Adotevi
© hebdo.bf
 

« En ressassant le passé, en attisant une sensibilité morbide, le poète-Président ou plutôt le Président-poète vise à faire oublier le présent. La négritude d'aujourd'hui, la négritude des discours, n'est rien moins qu'une pure et plate propagande, une panacée aux problèmes de gouvernement. La très bizarre formule senghorienne de division raciale du travail intellectuel (l'émotion est nègre comme la raison est hellène), vise uniquement à perpétuer un régime considéré comme néo-colonialiste et dont il est Président ; La négritude doit être le soporifique du nègre. C'est l'opium. C'est la drogue qui permettra à l'heure des grands partages d'avoir de « bons nègres ».

Adotevi ne se faisait aucune illusion sur la première vague des indépendances : « Astuce sémantique et idéologique, la décolonisation n’est pas seulement destinée à fausser les mécanismes du passage à l’Indépendance formelle et à donner bonne conscience aux ethnologues heideggériens et sociaux-démocrates. C’est bien en définitive un bricolage juridique. Coup de frein à l’histoire des Africains, la décolonisation aura paradoxalement produit moins de bouleversement que la colonisation elle-même. »

Stanislas Adotevi  
Stanislas Adotevi
© hebdo.bf
 

Il constate la trahison des nouveaux maîtres de l’Afrique qu’il décrit comme les agents locaux de la dernière évolution du capitalisme. Le nouveau dogme de l’état en formation, le drapeau, l’hymne et les idéologies mystifiantes, ne sont que des cosmétiques masquant un pillage plus accru. Il dénonce la duperie de l’aide internationale et la compromission de pouvoirs africains illégitimes et donc plus dépendants des intérêts étrangers. Aliénation culturelle, faillite des élites, néocolonialisme, unité africaine, nécessité d’une communauté d’action entre l’Afrique et sa diaspora, impératif d’une rupture radicale avec le système en place, rôle et place de la culture dans cette révolution annoncée… Autant de thèmes qui traversent Négritude et Négrologues et qui disent assez l’actualité de cette œuvre, plus de 30 ans après sa première publication.

Certaines des propositions d’Adotevi ne manqueront pas de susciter la polémique : par exemple, la mobilisation des masses noires par une « référence constante aux humiliations passées et présentes de la race » ou le rôle qu’il dévolue à un ou deux Etats-pilotes d’organiser « la subversion dans tout autre Etat africain dont le comportement ferait obstacle à l’unité africaine »; on rappellera également que le livre a été écrit en pleine guerre froide, à l’heure des guerres de libération du continent, par un intellectuel de gauche persuadé de la nécessité d’une rupture radicale avec le système capitaliste néo-colonial (la sympathie de l’auteur pour les révolutions cubaine et chinoise ne sera pas du goût de tous les lecteurs) ; il n’en demeure pas moins que Négritude et Négrologues s’impose comme une lecture vivifiante, indispensable pour les nouvelles générations africaines.

       
Mots-clés
afrique   benin   burkina-faso   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 6 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Sommet Etats-Unis Afrique : 33 milliards de dollars de promesses d’investissement
 Sénégal : le procès de Karim Wade a débuté ce jeudi
 Côte d'Ivoire : hervé Renard désigné sélectionneur
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Rdc      Senegal      Sierra Leone      Togo      Tyra Banks     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version