Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 30 Septembre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesHommes IllustresArticle
Mamadou KONATÉ (1897-1956) député du Soudan vice-président de l'Assemblée nationale française
02/05/2006
 

L’homme illustre de cette semaine, né en 1897 au Mali, qui fut député du Soudan français (actuel Mali) et s’est distingué en devenant le premier vice-président noir de l’assenblée nationale française.
 
Par Rédaction
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Mamadou Konaté  
Mamadou Konaté
 

Né vers 1897 dans le village de Kati au Soudan français (actuellement au Mali) d'une famille très modeste, Mamadou Konaté fréquente l'école normale de Gorée, au Sénégal, où il remporte de brillants succès. Nommé instituteur, il enseigne dans différents établissements du Soudan (Bafoulabé,
Matina, Kolokani). La renommée qu'il acquit dans ses fonctions et l'aptitude pédagogique dont il fit preuve lui valurent d'être appelé à la direction de la grande école régionale de Bamako, charge qu'il occupa pendant treize années consécutives.

Mais son caractère généreux et avide de justice sociale, dans une Afrique française en première phase d'éveil national après le retour des tirailleurs sénégalais de la première guerre mondiale, le pousse vers d'autres horizons.

Il crée le syndicat des instituteurs de Bamako, dont il est longtemps le secrétaire général. Le cercle de sa renommée s'élargit, et ses compatriotes le poussent bientôt à accepter d'autres responsabilités, au conseil général de Bamako et au grand conseil de l'Afrique occidentale française (AOF).
La seconde guerre mondiale ébranle une nouvelle fois les fondations du pouvoir colonial français - le Soudan fournit vivres, soldats, argent en quantité - et la montée du mouvement nationaliste se poursuit.

Brillante élite occidentalisée, Mamadou Konaté est le prototype des nouveaux leaders de ce mouvement, à l'instar d'un autre enseignant plus jeune, Modibo Keita, qui sera Président de la République autonome du Soudan de 1960 jusqu'en 1968, date à laquelle il sera renversé par Moussa Traoré.

En 1945, Mamadou Konaté et Modibo Keita fondent le Bloc soudanais. L'année suivante, ce mouvement devient, sous le nom d'Union soudanaise, une section d'un grand mouvement fédéral, le Rassemblement démocratique africain (RDA).

Le congrès constitutif de ce mouvement, animé principalement par le leader ivoirien Houphouët-Boigny et par Modibo Keita, se tient à Bamako le 18 octobre 1946 et rassemble 800 délégués venus de l'AOF et de l'AEF.

 Publicité 
 
Modibo Keita et Léopold Sedar Senghor  
Modibo Keita et Léopold Sedar Senghor
 

Le mois suivant (après deux campagnes électorales infructueuses pour la Constituante en 1945 et 46), Mamadou Konaté se présente aux élections législatives comme tête de la liste d'Union soudanaise (RDA), qui remporte 27 653 des 94 803 suffrages exprimés, soit un siège sur les trois à pourvoir par le collège unique du Soudan, contre 60 759 pour la liste progressiste (proche des socialistes) qui remporte deux sièges.

Les grandes lignes de son programme sont, et resteront pour les élections suivantes, celles du RDA : union de tous les Africains et de tous les Français sans distinctions de conceptions philosophiques ou religieuses, et lutte pour l'émancipation politique, économique et sociale de l'Afrique dans le cadre de l'Union française fondée sur l'égalité des droits et des devoirs.

A l'Assemblée nationale, où Mamadou Konaté siège à l'UDSR, il est nommé membre de plusieurs commissions : celle de la marine marchande et des pêches et celle des moyens de communication, mais aussi à deux autres qui lui tiennent particulièrement à cour : la commission des territoires d'outre-mer et celle de l'éducation nationale.

En effet, la plus grande partie de son activité et de ses interventions est consacrée à l'organisation du travail et de l'enseignement dans les territoires d'outre-mer. Il invite par exemple le gouvernement, en août 1947, à mettre fin à la constitution obligatoire de greniers de réserves en AOF ; le 23 février 1950, il dépose une proposition de loi tendant à instituer un Code du travail dans les territoires d'outre-mer, proposition de loi qu'il défendra à la tribune à plusieurs reprises, y compris dans la seconde législature ; quelques jours plus tard, il dépose une autre proposition de loi tendant à la création d'un " cadre unique " du personnel des chemins de fer d'AOF.

Il prend souvent la parole, sur ses sujets de prédilection – coordination de l'enseignement en AOF, budget destiné à l'outre-mer -, mais aussi sur la politique de la France dans ses colonies : ainsi lors des discussions relatives aux événements de Madagascar en mai 1947, ou lorsqu'il interpelle le gouvernement sur l'attitude de l'administration lors des élections au Soudan et au Niger et des événements sanglants de Boromo (26 juin 1948).

Mamadou Konaté  
Mamadou Konaté
 

Il s'inquiète également de l'organisation politique qui convient à l'Union française : pour l'élection des Conseillers de la République outre-mer, il soutient par exemple l'unicité du collège et le scrutin proportionnel (18 août 1948) ; il soutient la création d'une assemblée représentative en Cochinchine (mars 1949), ainsi qu'en Côte française des Somalis (24 juillet 1950).

Mamadou Konaté ne vote pas la confiance au gouvernement le 4 mai 1947, vote à la suite duquel Paul Ramadier se sépare de ses ministres communistes ; il s'oppose aussi au projet de loi sur le statut de l'Algérie (27 août 1947).

Il ne prend pas part au vote sur la loi instituant la possibilité d'apparentements, le 7 mai 1951, loi modifiant les règles électorales en faveur de la troisième Force.

Le 17 juin 1951, de même qu'en 1946, le parti progressiste soudanais l'emporte sur le RDA, avec cette fois trois sièges contre un (201 866 suffrages contre 115 490), mais dans un collège qui a plus que triplé en volume : 337 989 suffrages exprimés pour 916 944 électeurs inscrits.

Mamadou Konaté, seul élu de la liste RDA, retrouve la Commission des territoires d'outre-mer et devient membre de la Commission de la justice et de législation, ainsi que de celle du travail et de la sécurité sociale dont il devient secrétaire. Mais ses centres d'intérêt restent les mêmes : promotion de la culture du coton dans l'Union française (proposition de loi le 23 juin 1953), promotion des élites (reculer de deux ans pour les étudiants d'outre-mer la limite d'âge pour les concours des grandes écoles), consolidation des contrôles administratifs en AOF et AEF (5 août 1955) et avancement des droits politiques des autochtones (création des " communes de plein exercice " outre-mer en 1954), etc. Comme il l'avait fait au cours de la première législature, il essaie d'imposer le respect par les militaires et les fonctionnaires de leurs obligations lorsqu'ils servent outre-mer, et ne laisse passer aucun manquement au droit en-dehors de la métropole, en particulier en matière électorale et juridique.

Mamadou Konaté  
Mamadou Konaté
 

Mamadou Konaté ne prend pas part au vote sur la loi Barangé-Marie sur l'enseignement privé, le 21 septembre 1951. Il soutient le projet de Communauté européenne du charbon et de l'acier (13 décembre 1951), accorde son investiture à Antoine Pinay (6 mars 1952), à Joseph Laniel (26 juin 1953) et à Pierre Mendès France (17 juin 1954). Il se prononce pour la question préalable opposée à la discussion de la ratification de la CED (Communauté européenne de défense) le 30 août 1954, vote équivalent au rejet du traité. Il accorde sa confiance à Edgar Faure en 23 février 1955, mais s'abstient volontairement lors de la chute de son cabinet, le 29 novembre 1955.

Le 2 janvier 1956, sur un collège unique qui a continué à croître (plus d'un million d'inscrits), la liste d'Union soudanaise de Mamadou Konaté, forte de 215 419 des 433 029 suffrages exprimés, remporte cette fois deux sièges sur les quatre à pourvoir, et Modibo Keita est élu aux côtés de Mamadou Konaté.

Retrouvant le Palais-Bourbon, ce dernier connaît un moment de gloire, puisqu'il est nommé vice-président de l'Assemblée nationale.

Malheureusement, il n'aura pas le loisir d'exercer son troisième mandat très longtemps : nommé membre de plusieurs commissions, il a le temps de déposer le 20 mars 1956 une proposition de loi portant suppression des sociétés indigènes de prévoyance dans les territoires relevant du ministère de la France d'outre-mer, mais son état de santé décline soudainement : il est soigné sans grand espoir à l'hôpital Saint-Antoine, puis rapatrié à Bamako où il décède le 11 mai 1956.

Le président de l'Assemblée nationale aura ces mots lors de l'annonce de cette triste nouvelle en séance, quatre jours plus tard : " Mamadou Konaté appartenait à ces élites que la France a su former partout où flotte son drapeau et sur lesquelles elle est en droit de compter pour réaliser une véritable Union française. Sa présence au fauteuil présidentiel, comme l'avait souligné si justement notre collègue M. le chanoine Kir, était plus qu'un symbole. "

       
Mots-clés
afrique   senegal   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Sommet Etats-Unis Afrique : 33 milliards de dollars de promesses d’investissement
 Sénégal : le procès de Karim Wade a débuté ce jeudi
 Côte d'Ivoire : hervé Renard désigné sélectionneur
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Senegal      Togo      Tyra Banks     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version