Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 17 Octobre 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
20 septembre 2007 – 20 mai 2008 : le journaliste Moussa Kaka est en prison depuis neuf mois
20/05/2008
 

Le 15 mai 2008, la Cour de cassation du Niger a rejeté le pourvoi formé par Moussa Kaka, journaliste arrêté le 20 septembre à Niamey et inculpé de « complicité de complot contre l’autorité de l’Etat ». Le correspondant de RFI et de Reporters sans frontières au Niger est toujours en prison.
 
Par Audrey Brière
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Moussa Kaka  
Moussa Kaka
© rfi.fr
 

« Moussa Kaka, Niamey, RFI ». Voilà une voix que l'on n’a pas entendu depuis bien longtemps, sur les ondes de Radio France Internationale (RFI). Depuis que le journaliste a été arrêté en septembre 2007, et inculpé de « complicité de complot contre l'autorité de l'Etat », pour avoir eu des contacts avec les rebelles touareg. Incarcéré à la prison civile de Niamey, ce correspondant de RFI et de Reporters sans frontières (RSF) au Niger, par ailleurs directeur de la station indépendante Radio Saraouniya, encourt la prison à vie pour avoir fait son travail de journaliste. Puisqu'il ne peut plus parler de son pays, d'autres voix s'élèvent pour dénoncer les conditions arbitraires de son arrestation. Depuis neuf mois, la presse nigérienne et internationale, ainsi que les organisations de soutien, se mobilisent pour obtenir sa libération.

Le 15 mai, la Cour de cassation du Niger a rejeté le pourvoi formé par le journaliste, dans lequel il demandait l'invalidation des écoutes téléphoniques servant à l'accuser, ainsi que sa demande de libération provisoire. L'instruction a été renvoyée à son point de départ.

Retour sur les étapes d'une arrestation spectaculaire

Le 20 septembre 2007, aux environs de dix-huit heures, des policiers en civil interpellent Moussa Kaka dans les locaux de Radio Saraouniya, à Niamey. Le journaliste est conduit à la gendarmerie, son domicile perquisitionné et la police saisit le brouillon d'un reportage envoyé à RFI. À ce moment, aucun motif officiel n'est encore donné pour justifier cette arrestation, la loi nigérienne autorisant la gendarmerie à garder à vue un suspect pendant vingt-quatre heures avant de lui permettre de voir un avocat.

Quatre jours plus tard, Moussa est écroué à la prison civile de Niamey. Le parquet ne lui a toujours pas notifié le motif de son incarcération, comme la loi l'oblige, et il n'a pas été formellement inculpé au terme de sa garde à vue.

Le 26 septembre, Moussa comparaît devant le procureur. Il est inculpé de « complicité de complot contre l'autorité de l'État », sur la base d'un acte d'accusation principalement fondé sur des écoutes téléphoniques du journaliste. Écoutes dont l'accusation ne peut justifier de base légale. Il est accusé d'avoir eu des contacts réguliers avec la rébellion touarègue du Mouvement des Nigériens pour la justice (MNJ), et notamment avec l'un de ces chefs, Agali Alambo. En effet, depuis l'apparition de ce mouvement rebelle dans le nord du pays en février 2007, Moussa a largement rendu compte des affrontements meurtriers entre le MNJ et l'armée nigérienne, n'hésitant pas à donner la parole à ce chef touareg. Il a obtenu des interviews exclusives et des images de la situation sur le terrain. Adama Harouna, le procureur, lui reproche sa « connivence » avec les rebelles. Il encourt la prison à perpétuité.

Le journaliste nie et dénonce un coup monté. RSF parle d'un acte d'accusation « inconsistant et absurde », soulignant que tout ce qui peut être reproché à Moussa « entre dans le cadre normal de son métier de journaliste ». La presse nigérienne privée, RFI, Amnesty International et la plupart des organisations de défense de la liberté de la presse et des droits de l'homme se mobilisent pour réclamer sa remise en liberté, au moyen notamment d'un appel à signatures (moussa@rsf.org et liberezmoussa@rfi.org).

Fin novembre, le juge d’instruction chargé de l'affaire écarte les écoutes téléphoniques comme élément de preuve de la culpabilité de Moussa, mais le procureur fait appel de cette décision. Au cours de l’audience devant la Cour d'appel, en janvier 2008, les avocats du journaliste font valoir que les écoutes téléphoniques ont été réalisées de manière "secrète, clandestine et anonyme" et qu’elles n’entrent dans "aucun cadre légal".Ces conversations téléphoniques entre Moussa et Agali Alambo sont des échanges professionnels entre un journaliste et sa source. Le 12 février, les magistrats se prononcent : les écoutes versées au dossier sont recevables. La demande de remise en liberté est rejetée, et un autre juge d'instruction est nommé. Retour au point de départ.

Le 12 mars 2008, le président du Conseil supérieur de la communication (CSC), l'organe de régulation des médias, ordonne la suspension de RFI en territoire nigérien, accusant la station d'avoir jeté un « discrédit » sur « les institutions de la République » lors de la journée de solidarité avec Moussa Kaka, deux jours plus tôt. Au cours de cette journée, le jingle « Moussa Kaka, Niamey, RFI » a été largement diffusé sur les ondes.

 Publicité 
 
Pourvoi rejeté
Moussa Kaka  
Moussa Kaka
© rfi.fr
 

Le 15 mai 2008, la Cour de cassation du Niger a rejeté le pourvoi formé par Moussa, renvoyant l’affaire à son point de départ. Dans ce pourvoi, le journaliste demandait l'invalidation des écoutes téléphoniques servant à l'accuser ainsi que sa remise en liberté provisoire. Mais la plus haute juridiction du pays a estimé que ces écoutes, pourtant réalisées sans mandat judiciaire et par un service non identifié, étaient légales et devaient être intégrées dans le dossier à charge. Moussa Kaka devra par conséquent comparaître devant le doyen des juges d’instruction et être interrogé sur le contenu de ces écoutes. Aucun délai n’a été donné pour la reprise de l’instruction. Il entame aujourd'hui, 20 mai 2008, son neuvième mois de prison.

Depuis le début de l'année 2007, le MNJ, qui réclame plus de droits pour les Touaregs et un meilleur partage des richesses, ébranle la fragile stabilité qu'essaye d'instaurer Mamadou Tandja, le chef de l'État. Irritées, les autorités ont bouclé militairement le nord du pays et fait taire tous les journalistes, étrangers ou nigériens, qui s'intéressaient à cette crise. Moussa Kaka, qui couvre depuis une quinzaine d'années la question touarègue, n'en est pas à sa première arrestation. Il avait été publiquement menacé de mort, le 14 juillet 2007, par le chef d'état-major de l'armée, le général Boureima. RFI avait été suspendue pendant un mois par le CSC, pour avoir « diffusé des informations mensongères » sur le MNJ.

Moussa Kaka est toujours incarcéré à la prison civile de Niamey. Il est bien traité et peut recevoir des visites régulières. Amnesty International le considère comme un prisonnier politique.


       
Mots-clés
moussa kaka   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 11 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina Faso      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Esclavage      France      Gabon      Ghana      Livre      Mali      Nigeria      Patrice Lumumba      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version