Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 23 Août 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesMondeArticle
Barack Obama interviewé par Barbara Walters le 26 novembre
30/11/2008
 

Interrogé par la journaliste vedette Barbara Walters, le président élu Barack Obama est revenu sur les premiers défis qui mobilisent déjà sa présidence et ses équipes, bien qu’il n’ait pas encore prêté serment.
 
Par Redaction Grioo.com
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Barbara Walters en compagnie de Michelle et Barack Obama  
Barbara Walters en compagnie de Michelle et Barack Obama
© abcnews.com
 

La célèbre journaliste américaine Barbara Walters recevait Barack Obama dans le cadre de l’émission 20/20 diffusée sur la chaîne ABC le mercredi 26 novembre dernier. Un grand nombre de sujets ont été passés en revue dans les domaines de l'économie, de la politique étrangère, des choix de Barack Obama etc. Commençant par répondre à la question de savoir quelle était sa plus grande peur, Barack Obama a déclaré : "une des inquiétude que j’ai c’est que l’économie est si affaiblie que les soixante prochains jours vont être difficiles, car nous avons de surcroît un président sortant qui n’a plus les moyens d’agir, le congrès n’a pas encore repris ses activités, et je n’ai pas encore les rênes du pouvoir.

Mon travail actuellement est de constituer la meilleure équipe, mettre en place des plans afin que le 20 janvier (jour de sa prestation de serment NDLR), nous soyons prêts et rassemblés. Mais nous devons nous assurer que dans l’intervalle de temps qui va s’écouler il n’y ait pas de nouvel affaiblissement des marchés financiers".


Le changement vient de celui qui occupe le bureau ovale à la Maison-Blanche
Barack Obama


Le président Obama a également répondu aux questions concernant les attentes placées en lui, qui sont parfois irréalistes (vous devez remettre l’économie sur les rails, et sauver la planète, êtes vous inquiet du fait que les attentes placées en vous soit trop élevées ? lui a demandé Walters) :

 Publicité 
 
 
 

"Eh bien, une des choses qui s’est produite pendant cette campagne, c’est que nous avons vu le peuple américain prendre en main sa démocratie et dire c’est la nôtre, nous voulons un gouvernement qui fonctionne correctement et qui se batte pour nous. Je pense que je peux répondre à ses attentes. En Mettant sur pied un gouvernement qui a confiance en lui, qui est honnête et qui essaye de rendre meilleure la vie des américains chaque jour qui passe (...)

En ce qui concerne l’économie, nous n’allons pas résoudre la crise du jour au lendemain, ça va demander du temps, et des efforts. Je pense que si les gens voient du progrès alors j’aurais répondu aux attentes (...) mais je ne serai pas un faiseur de miracles".
En journaliste chevronnée, Barbara Walters a cherché à obtenir de Barack Obama une confirmation de l’information selon laquelle Hillary Clinton avait accepté le poste de secrétaire d’Etat aux affaires étrangères (elle succèderait donc à Condoleezza Rice). Une nouvelle que Barack Obama a refusé de confirmer, en disant que pour l’instant, il avait seulement annoncé officiellement la composition de son équipe économique.

"Après Thanksgiving" a-t-il ajouté, il y aura d’autres annonces comme la composition de l’équipe chargée de la sécurité nationale, du secrétariat d’Etat au commerce.... Barbara Walters a également cherché à savoir si l’actuel secrétaire d’Etat à la défense, Robert Gates, allait continuer à son poste, ce qu’Obama a également refusé de confirmer en disant : "il faut que je conserve quelques surprises. Il n’y aura plus personne aux conférences de presse si je dis tout lors de 20/20".

Barack Obama en compagnie de Peter Orszag, son directeur du budget, et Rob Nabor, directeur adjoint du budget  
Barack Obama en compagnie de Peter Orszag, son directeur du budget, et Rob Nabor, directeur adjoint du budget
© daylife
 

Barbara Walters s’est fait l’écho d’une question qui taraudait de plus en plus les médias, à savoir que dans l’administration Obama, beaucoup des nouveaux venus étaient d’anciens membres de l’administration Clinton, ce qui donnait l’impression d’assister à un simple recyclage : "Qu’est ce qui est arrivé au changement ?" a-t-elle demandé.

"C’est intéressant que les gens disent cela" a répliqué Barack Obama. "Pour un job comme trésorier par exemple, il est fondamental que nous ayons quelqu’un qui a de l’expérience dans la gestion de crises du type de celle à laquelle nous devons faire face. Cela signifie que je dois faire mon choix dans un pool de gens qui typiquement ont travaillé dans l’administration Clinton. Le changement vient de la personne qui occupe le bureau ovale à la Maison-blanche".

En matière de politique étrangère, Barack Obama a confirmé son intention d’envoyer des troupes supplémentaires en Afghanistan (deux ou trois brigades) afin de s’assurer que les troupes américaines ne soient pas attaquées ou sur la défensive vis-à-vis des talibans. Obama a lié ce renfort à un retrait d’Irak en disant qu’il était difficile d’envoyer des troupes en Afghanistan si les Etats-Unis continuaient à avoir plus de 140 000 soldats présents en Irak.

Barack Obama  
Barack Obama
 

Concernant son évaluation de la situation en Irak, Barack Obama a répondu que pour lui, la situation en Irak s’était grandement améliorée en terme de sécurité, que la vie des gens là bas était meilleure qu’il y a deux ans. "Notre tâche est de laisser derrière nous un Irak qui a une intégrité territoriale, qui n’encourage pas des terroristes qui pourraient chercher à nous attaquer". Au sujet de Ben Laden, Barack Obama a déclaré que les Etats-Unis allaient à nouveau se concentrer sur lui, tâche qui avait été détournée par la guerre en Irak, une guerre que "les Etats-Unis n’avaient pas besoin de mener. Nous aurions du rester concentrés sur l’Afghanistan et sur Al Quaeda qui a des camps d’entraînement et qui complote pour tuer des Américains".

Barbara Walters est revenue sur une information passée quelque peu inaperçue, à savoir une hausse des incidents racistes enregistrés dans le pays au lendemain de l’élection de Barack Obama. "Les autorités disent qu’il y a plus de menaces à votre égard que contre n’importe quel autre président dans l’histoire des Etats-Unis. Pourquoi pensez-vous que cela se produise ?"

"Ce que vous voyez c’est une énorme contestation des progrès que nous avons fait dans le pays en matière de relations raciales" a dit le président élu. "Que les gens aient voté pour moi ou non, ils l’ont fait essentiellement sur la base de mon programme (...) Les gens présents à Grant Park la nuit de mon élection représentaient un échantillon du peuple américain et des valeurs pour lesquelles il se bat. Et qu’il soutient. A la marge, il y aura toujours des extrémistes, c’est vrai dans n’importe quelle société. Mais ils ne sont pas représentatifs de ce qu’est l’Amérique et de ce en quoi elle croit. Ils seront de plus en plus marginalisés avec le temps car les prochaines générations seront encore plus ouvertes à l’idée que des gens de background différents, de races différentes, de religions différentes vivent ensemble ce rêve américain."

Michelle Obama  
Michelle Obama
 

"Beaucoup de gens sont inquiets au sujet de votre sécurité. Etes vous inquiets au sujet de votre sécurité ?" a encore demandé Barbara Walters. "Non je n’y pense pas" a répondu Barack Obama. "En partie parceque j’ai cette formidable équipe des services secrets qui me protège partout où je vais, mais aussi parceque j’ai une foi religieuse profonde, une foi dans les gens, une foi que je porte avec moi le long de la journée. Donc je ne peux pas être inquiet au sujet de ce genre de choses".

Evoquant un sujet plus léger, Barbara Walters a demandé à Barack Obama s’il allait finalement se séparer de son Blackberry ou le conserver. Barack Obama a fait savoir qu'il souhaitait le conserver, afin de ne pas perdre le contact avec le monde extérieur en devenant président : "Une des choses que je veux éviter c’est l’isolation, la bulle qui existe autour du président. Je suis entrain de négocier avec les services secrets, les avocats, le staff de la Maison-Blanche pour trouver une façon de recevoir des informations provenant de personnes autres que les dix ou douze personnes dont je serai entouré à la Maison-Blanche. Une des pires choses qui puisse arriver à un président c’est de perdre le contact avec la vie que les gens mènent quotidiennement."

Michelle Obama a par la suite rejoint son époux et Barbara Walters, et a évoqué d'autres sujets comme la vie à la maison-blanche, son rôle de première dame, la scolarisation de ses filles, son avenir professionnel pas facile à mener de front parallèlement à un statut de première dame...

Vous pouvez voir ci-dessous l'interview de Barack Obama par Barbara Walters

Vidéo : Barack Obama reçu par Barbara Walters le 26 novembre 2008



       
Mots-clés
barack obama   barbara walters   diaspora africaine   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 9 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Samuel Eto'o      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version