Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 25 Avril 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Coups d'Etat en Afrique : L’introuvable antidote
19/11/2008
 

Pourquoi le coup d'Etat en Mauritanie ne sera pas le dernier coup d'Etat sur le continent...
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
La Mauritanie  
La Mauritanie
© afvp.org
 

Le dernier coup d’Etat en date en Afrique, celui qui a été perpétré en Mauritanie par le général Mohamed Abdel Aziz, continue de défrayer la chronique. Tant sur le plan national qu’en Afrique et dans le monde, une levée de boucliers s’est faite, avec des protestations venant d’opposants farouches à toute prise du pouvoir par la force.

Mais en même temps, on a observé un phénomène de forces centripètes qui ont afflué vers la junte et lui ont donné une certaine légitimité. L’expérience mauritanienne amène à se poser des questions sur la sincérité des directeurs de conscience occidentaux, prompts à condamner un putsch, mais inertes quand il s’agit de prévenir les dérives des chefs d’Etat.

Or les coups de force sont consubstantiels, dans la plupart des cas, à la trahison de dirigeants qui, sous le couvert de la légitimité que leur confère leur statut d’élus démocratiques, se croient en droit de prendre en otage les institutions de l’Etat. Les Occidentaux se focalisent sur les coups d’Etat lorsqu’ils sont perpétrés, pour une simple question de principe. Cela fait politiquement incorrect de se taire face , il est vrai, à l’arrêt brutal d’un processus démocratique.

 Publicité 
 
Le ''doyen",Omar Bongo  
Le ''doyen",Omar Bongo
 

Mais si tous ceux qui poussent des cris d’orfraie à travers le monde pour dénoncer les putschistes étaient moins cyniques, ils prendraient des mesures en amont, avant que le mal ne se déclenche. Car chaque jour que Dieu fait, bien des dirigeants africains créent les conditions d’un coup d’Etat à travers la malgouvernance politique et économique. Ils organisent des coups d’Etat subtils en permanence, en verrouillant, par divers stratagèmes, toute possibilité d’alternance. La corruption, la gabegie, le détournement, le clientélisme sont les pratiques qui fissurent la cohésion sociale dans un pays.

Ces faits sont suffisamment connus, et personne ne s’en préoccupe. Sur le plan politique, le tripatouillage des Constitutions, les fraudes électorales, l’embastillement des opposants, les violations diverses des droits de l’homme sont le ferment d’une exaspération nationale qui peut aboutir à un renversement du pouvoir en place. Et chaque pays, selon le niveau de pudeur de son président, dose ces atteintes à la démocratie. L’Afrique est ainsi traversée de pays aux moeurs politiques que l’on peut hiérarchiser, du meilleur au pire.

Il y a ceux - une infime minorité- pour qui la Constitution est sacrée et ne peut être détournée à des fins personnelles pour le pouvoir à vie. Et il y a le reste, pour qui la loi fondamentale n’est pas considéree comme l’incarnation de la nation et l’émanation du peuple, mais un outil au service des tenants du pouvoir. Dans ce dernier lot se trouvent les régimes les plus autoritaires, qui ignorent dans leur lexique le mot "alternance".

Le président équato-guinéen Obiang Nguema  
Le président équato-guinéen Obiang Nguema
© UN/DPI Photo #UNE586
 

Rien que deux cas typiques de régimes autoritaires mais très fréquentés par l’Occident : la Guinée Conakry et la Guinée équatoriale. Les firmes internationales et les hauts fonctionnaires d’Europe et d’Amérique se bousculent dans les ascenseurs pour décrocher des contrats avec ces pays dont les dirigeants n’hésitent pas à tirer à balles réelles sur des enfants, ou à faire enlever des opposants.

Lansana Conté et Teodoro Obiang NGuema sont les prototypes achevés des dirigeants insensibles au Discours de La Baule sur la gouvernance démocratique. Et que se passerait-il si un coup d’Etat survenait dans ces pays ? L’Occident s’en plaindrait, pas pour les beaux yeux des peuples qui y voient d’ailleurs une forme de libération, mais pour ses bonnes affaires qui risquent d’être remises en cause. De la même façon, il y a peu de chance que la communauté dite internationale verse des larmes - à moins que ce ne soit des larmes de crocodile- si le président zimbabwéen venait à être renversé. Il a été décrété que Robert Mugabe doit partir, peu importe par quelle porte de sortie. Cette ambivalence de l’Occident ne peut qu’encourager les apprentis dictateurs à s’accrocher au pouvoir en Afrique. Ils savent que l’allégeance aux grandes puissances est un paravent suffisant contre leurs détracteurs.

On avait d’ailleurs cru que la jeune génération de dirigeants changerait la donne. Il n’en est rien. Le coup de semonce de La Baule est aujourd’hui oublié. Après une période d’effervescence où l’on a feint de s’inscrire dans la dynamique tracée par le président français François Mitterrand, les vieilles habitudes ont repris le dessus. L’Afrique francophone a raté cette deuxième chance, après les indépendances, d’embarquer de façon irréversible dans le train de la démocratie.

Le défunt président français François Mitterrand  
Le défunt président français François Mitterrand
© memo.fr
 

Mais il est vrai que la France, en soufflant le chaud et le froid, en entretenant des relations occultes avec les dirigeants africains, a elle-même contribué à enterrer le projet de La Baule. C’est dire que même dans l’Hexagone, beaucoup ne croyaient pas en l’enracinement de la démocratie en Afrique.

Le successeur de Mitterrand, Jacques Chirac, ne pensait pas à autre chose à travers sa désormais célèbre phrase selon laquelle l’Afrique n’était pas mûre pour la démocratie. Cette vision des choses est certainement encore partagée par bien des Français, même dans les hautes sphères de l’Etat.

L’hypocrisie de la France en particulier, et de l’Occident en général, faite d’un grand écart entre leur discours officiel et leur pensée secrète, ouvre la voie à toutes les dérives en Afrique. Les mêmes maux causant les mêmes effets, le coup d’Etat survenu en Mauritanie, aussi condamnable soit-il, ne sera pas le dernier sur le continent. Parce que des mesures préventives ne sont pas prises, celles qui sont le vrai antidote à la prise du pouvoir par la force.


"Le Pays"

www.lefaso.net







       
Mots-clés
coup d'etat   mauritanie   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 2 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2010      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Guinée      Guinee Conakry      Haïti      Mali      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version