Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 25 Août 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
"Demackysation" au Sénégal : Les caprices d’un vieil opposant
12/11/2008
 

Macky Sall finalement débarqué comme un malpropre, en toute légalité. Il était dans le collimateur du président Wade
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Macky Sall  
Macky Sall
© daylife
 

Ce à quoi on s’attendait est arrivé, sans surprise. Il a finalement été débarqué, comme un malpropre, sans ménagement, mais en toute légalité. Les députés sénégalais ont adopté à une large majorité une résolution "mettant fin aux fonctions" du président de l’Assmblée nationale. Impensable il y a un an.

Macky Sall dirigeait alors la campagne présidentielle du candidat Wade. Mais entre- temps, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et l’homme a fini par trouver...disgrâce auprès du chef de l’Etat. Aujourd’hui, il est lâché par les siens, amis et frères du parti qui l’auront poussé aux oubliettes avec sans doute le secret espoir qu’il y restera. Mais, magnifique Sall ! Car il sort en grand.

Il savait bien qu’on voulait sa tête. Il la livre à ceux qui la lui réclament et a même l’élégance d’offrir ce qu’on ne lui a pas exigé : il démissionne du PDS (Parti démocratique sénégalais) et de toutes ses "fonctions obtenues sous les couleurs du PDS", en l’occurrence son mandat de député-maire de Fatick. Par les temps qui courent, des hommes de cette trempe, on en cherche.

A priori, ce n’est pas vraiment la candidature de Karim Wade qui pose problème, mais plutôt l’acharnement que l’on manifeste à lui créer à tout prix un boulevard qui conduit aux marches du palais
Le Pays


Rarement on en trouve. Une éviction de plus, un potentiel opposant en plus ? Si l’on observe la kyrielle de défénestrés du parti de Wade, elle constitue depuis un certain temps déjà une saignée non négligeable de personnalités plus ou moins importantes et on ne manque pas de se demander ce qui reste au parti du Sopi. Mais le Maître lui-même semble n’en avoir cure, préoccupé, à ce qu’il paraît, par un seul souci : celui de préparer le terrain pour son fils, Karim Wade. Mais à la réflexion, lui rend-il vraiment service ?

 Publicité 
 
Karim Wade  
Karim Wade
 

On peut en douter. Car en démocratie, il est plus qu’impératif de savoir s’impliquer soi-même, se battre à la régulière, à la loyale, ne serait-ce que pour prouver que pour "y arriver" on n’a pas eu besoin de bénéficier d’une quelconque courte échelle ou d’une quelconque faveur paternelle et présidentielle. A titre d’exemple, le fils du président français Nicolas Sarkozy s’est mis dans les rangs, comme tout le monde et s’est battu comme doit le faire un quelconque citoyen, à la régulière. Son élection comme conseiller municipal de Neuilly n’en possède que plus de mérite. Il aurait reçu un coup de "piston" de son président de père, que cela aurait perdu tout panache et toute crédibilité.

A priori, ce n’est pas vraiment la candidature de Karim Wade qui pose problème, mais plutôt l’acharnement que l’on manifeste à lui créer à tout prix un boulevard qui conduit aux marches du palais. On a beau soutenir que tout ce qui se dit à ce sujet n’est que procès d’intention et allégations sans fondement, certaines coïncidences sont troublantes.

Idrissa Seck qui ne cachait pas ses ambitions présidentielles a été embastillé à Reubeuss puis écarté politiquement. A Macky Sall que l’on vient de déchoir de son perchoir de l’Assemblée nationale, ses détracteurs reprochaient entre autres de "privilégier sur le territoire national comme à l’étranger, ses activités personnelles au détriment de ses charges républicaines, le tout, à des fins inavouées". Le langage diplomatique cache mal l’accusation, et elle peine à se dissimuler.

 
© interet-general.info  

On choisirait de suicider politiquement tout potentiel candidat rival de Karim Wade que l’on ne procéderait pas autrement. Alors ? Le fils du président se mettrait en lice en tant que simple citoyen, à la manière de monsieur tout le monde, pour briguer la magistrature suprême, que personne, raisonnablement, n’aurait rien à redire. Mais lorsqu’on donne l’impression qu’on tient à la lui offrir sur un plateau d’argent, en usant de tous les moyens légaux et illégaux, pour effacer tout concurrent possible, on peut avoir à redire. Et avec raison. Malheureusement, pour le cas précis de la destitution de Macky Sall, même le parlement sénégalais semble avoir été instrumentalisé. Et c’est fort regrettable.

On en voulait à la personne de Macky.Le motif ? Presqu’un crime de lèse-majesté, et il le savait bien. Lorsqu’il avait convoqué Karim Wade à l’Assemblée nationale parce qu’il voulait l’entendre sur la gestion des chantiers routiers et hôteliers confiés à l’Anoci (Agence Nationale pour l’Organisation de la Conférence Islamique), la colère qu’il avait provoquée au sein de la majorité était la preuve manifeste qu’il avait signé son arrêt de mort politique. Ses adversaires libéraux devaient se charger de faire le reste, vite et bien.

Ils en feront d’ailleurs, avec beaucoup de zèle, une priorité, reléguant tout le reste au second plan. "On va liquider Macky ; ensuite on va s’attaquer à l’affaire Farba Senghor" disait récemment un député de la majorité. L’intention de nuire était on ne peut plus manifeste. La "liquidation" a certes eu lieu. Il reste cependant de légitimes questions que l’on ne manque pas de se poser. Tout d’abord, qu’adviendra-t-il de Macky Sall ?

Avec ses multiples vendetta, Abdoulaye Wade fait-il du bien à la démocratie sénégalaise ?  
Avec ses multiples vendetta, Abdoulaye Wade fait-il du bien à la démocratie sénégalaise ?
© afp/getty
 

Créera-t-il un nouveau parti politique ? Fera-t-il alliance avec un parti de l’opposition ? Si oui, quelle opposition ?Le libéral Idrissa Seck est son frère de sang. Seront-ils en mesure, tous les deux, de sublimer certaines divergences sévères les ayant opposés dans un passé relativement récent ? Ceux qui l’ont déchu iront-ils jusqu’à dénicher quelque péché mortel politique pour l’abattre définitivement et le mettre hors d’état de nuire ? Macky Sall lui-même parle d’"inquisition", d’"aversion intense" et de "sacralité de la loi pour servir l’ostracisme".

Jusqu’où ira-t-on ? Mais outre le devenir du désormais ex-président de l’Assemblée nationale, c’est l’avenir politique du PDS qui est également en question. Qui y reste ? Qui s’y sent à l’aise, si nul n’est autorisé à afficher une quelconque personnalité (ambition ?) politique ? Ne risque-t-on pas de n’y voir bientôt qu’une assemblée de béni oui-oui qui aquiesce au moindre signe du chef ?

Ou, tout au contraire, la famille libérale ne se dirige-t-elle pas vers les élections à venir, avec une cohorte divisée par des clivages et des scissions de toutes sortes dont la seule caractéristique est de diviser les troupes ? Le président Wade sait que son avenir politique est plus derrière que devant lui. On comprend qu’il se fasse du souci pour le Sénégal qui lui survivra.

Mais les méthodes anti-démocratiques employées jusque-là ne présagent rien de rassurant. Le chef de l’Etat d’aujourd’hui a-t-il oublié l’opposant que hier seulement il fut ? Et toutes les revendications qu’au nom du Sopi il clamait pour un Sénégal nouveau ? A supposer que Karim Wade ait un destin politique -cela, personne ne le conteste sérieusement- il serait plus que regrettable que ce destin se fasse au détriment de la légendaire tradition démocratique sénégalaise. Nul n’a le droit de tirer son pays en arrière de cette manière.

"Le Pays"

wwww.lefaso.net






       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Accusations contre Macky Sall : Wade dans son sport favori
 
Mots-clés
abdoulaye wade   afrique   karim wade   macky sall   sénégal   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 4 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version