Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 18 Août 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Démarrage de la campagne pour les législatives en Angola
05/08/2008
 

Les 14 formations politiques inscrites pour les élections législatives du 5 septembre prochain en Angola démarrent ce mardi leur campagne électorale qui doit se dérouler sur toute l'étendue du territoire national jusqu'à 48 heures de la date du scrutin.
 
Par PANAPRESS
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Démarrage de la campagne pour les législatives en Angola

Ces élections législatives sont les secondes organisées en Angola depuis le premier scrutin du genre il y a 16 ans, quand le pays a abandonné le système de parti unique en vigueur depuis l'indépendance nationale le 11 novembre 1975.

Parmi les principales forces politiques en lice figurent le Mouvement populaire de libération de l'Angola (MPLA, au pouvoir) du président José Eduardo dos Santos, l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA) de Isaías Samakuva, actuel chef de l'opposition et le Front national de libération de l'Angola (FNLA) de Ngola Kabango.

Outre ces partis historiques, qui représentent les trois ex- mouvements de libération, entrent également en compétition le Parti de la rénovation sociale (PRS) d'Eduardo Kwangana, le Front pour la démocratie (FPD) de Filomeno Vieira Lopes, le Parti rénovateur démocratique (PRD) de Luís dos Passos et le Parti libéral démocratique (PLD) d'Anália de Vitória Perreira, unique femme dirigeante d'un parti politique en Angola et ex-candidate aux élections présidentielles passées.

La "pléiade" en course est encore complétée par le Parti démocratique pour le progrès d'alliance nationale de l'Angola (PDP-ANA) et par six autres partis ou coalitions, qui ont réussi à survivre à la "purge" du Tribunal constitutionnel (TC) qui, sur 34 candidatures, a recalé 20 listes pour "manque de conditions légales minimales d'admissibilité" ou falsification de documents.

Ces 14 partis politiques vont disputer 220 sièges à l'Assemblée nationale (Parlement), actuellement dirigée par le MPLA avec 129 sièges obtenus lors du dernier scrutin organisé le 29 septembre 1992, mais l'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA) du défunt chef rebelle Jonas Savimbi (70 députés) a rejeté les résultats électoraux, alléguant la fraude et a déclenché la guerre civile, empêchant le processus démocratique de continuer.

Pour ces consultations, l'Etat angolais a approuvé, pour chaque parti ou coalition, une aide financière d'un milliard et 275 millions de Kwanzas (soit 1.162.582 dollars américains) pour faire face à leurs dépenses de campagne.

Tous les partis ou coalitions politiques auront, dans le cadre de cette campagne, un temps d'antenne de 5 minutes à travers le principal canal de la télévision publique d'Angola et 10 minutes à la radio nationale pour exposer leurs messages et présenter à l'électorat leurs programmes de gouvernance pour la prochaine législature

A cet égard, le chef d'Etat angolais, José Eduardo dos Santos a exigé "une attitude de respect et de tolérance par rapport à la différence d'opinions, car le maintient d'une ambiance sereine et pacifique contribue au succès des élections et garantit que chaque électeur fasse son choix avec responsabilité".

Dans un message à la nation à la veille du début de la campagne électorale, dos Santos a rappelé que "des élections libres et justes exigent que l'on rejette toutes les formes d'intimidation, d'insulte, de violation des droits et de déstabilisation politique", avant de lancer un appel à tous les citoyens, aux partis politiques et coalitions pour qu'ils maintiennent une position responsable, en respectant la loi et l'ordre établi.

"L'Angola peut donner un exemple à notre continent et au monde en général, sur la forme de réaliser les élections démocratiques, libres et transparentes", indique le message du chef de l'Etat, réitérant l'appel a tous les intervenants dans ce processus à s'abstenir de quelconques provocations. Nous allons décevoir les prévisions de ceux qui, sans quelconques fondements, affirment que nous pourrons vivre un climat d'insécurité et de déstabilisation.

Dos Santos a assuré que les forces de l'ordre public sont en train de prendre des mesures nécessaires pour garantir la tranquillité et la sécurité durant tout le processus électoral et "qu'il n'y a pas de raisons pour alimenter quelconque idée pessimiste ou défaitiste parce que nous sommes un peuple pacifique et aimant la liberté".

"La campagne électorale ne peut pas se dérouler sous le signe de la violence. Dans cette compétition il n'y a pas des ennemis, il n'y a que des adversaires politiques, avec des programmes et propositions politiques différentes qui chercheront à capter le grand nombre des voix pour conquérir le pouvoir et l'exercer avec légitimité", a dit le président.

Selon lui, chaque parti "doit à peine utiliser l'arme des idéaux pour convaincre l'électorat et le citoyen électeur aura comme arme sa voix pour faire son choix, dans le cadre des lois établies en vigueur au pays".

 Publicité 
 
       
Mots-clés
angola   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 0 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version