Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 23 Septembre 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesOpinionsArticle
Ethiopie : l’argent de la banque mondiale ne fait pas le bonheur
04/07/2008
 

Il y a trois ans le ministre des finances et du développement de l'Ethiopie prédisait un peu vite le "miracle économique"
 
Par Ephrem Madebo
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Sufian Ahmed  
Sufian Ahmed
© daylife.com
 

Il y a trois ans le Ministre des Finances et du Développent de l’Ethiopie, Sufian Ahmed, prédisait un peu vite le miracle économique de l’Ethiopie et une transition fulgurante vers un niveau de revenu moyen en une vingtaine d’année. Au vu de sa position, Sufian Ahmed croyait disposer de toutes les informations nécessaires pour estimer la croissance économique future en Ethiopie. Malheureusement, trois ans après sa prédiction optimiste, l’Ethiopie se dirige vers une nouvelle phase de sécheresse et de famine.

Il faut rappeler que le progrès réel d’une nation ne se mesure pas grâce à un indicateur unique de croissance tel que la variation du Produit Intérieur Brut. Il est aussi mesuré par le degré d’intégration de ses citoyens aux processus politiques et économiques. Afin de promouvoir le développement, les Nations Unies et la Banque Mondiale ont mis en place depuis plusieurs décennies des politiques consistant à injecter des capitaux dans les pays pauvres.

Mais, en dépit du renflouement permanent de la part de ces institutions depuis 63 ans en Ethiopie, ce pays n’a pas réussi à se débarrasser de son image : celle d’un symbole de pauvreté et de mauvaise gouvernance dans le monde. Quelles sont les raisons de cet échec ?

 Publicité 
 

Il est certain qu’une telle injection de larges doses d’aide financière et de prêts, les transferts de capital et la formation domestique de capital ont induit une croissance ininterrompue du PIB entre 2001 et 2007. Cependant comment expliquer le fait que cette croissance, largement soulignée dans les rapports de la Banque Mondiale, n’a pas profité aux Ethiopiens les plus pauvres ? Pourquoi l’Indicateur de Pauvreté Humaine des Nations-Unies classe-t-il toujours l’Ethiopie en toute fin de liste ?

En réalité, malgré une croissance économique toute récente, l’objectif de réduction de pauvreté fixé par la Banque Mondiale s’est soldé par un fiasco en Ethiopie. En fait, cette croissance n’a profité qu’à l’élite en place. La qualité de la gouvernance s’est d’ailleurs détériorée en proportion directe du nombre d’années durant lesquelles la Banque Mondiale est restée en Ethiopie. Une aide efficace supposerait au moins que la Banque Mondiale établisse des procédures strictes de contrôle et de respect des objectifs par les Etats à qui elle fournit son soutien, de sorte que les dirigeants changent leur comportement.

Sinon, ces mêmes capitaux destinés à changer la vie des pauvres Ethiopiens finiront indirectement par les priver définitivement de leurs droits. Or, les changements récents dans la conceptualisation du développement et l’accent mis sur les droits humains ont permis de redéfinir la relation entre développement et droits humains. Ces derniers ne sont plus vus comme un simple sous-produit du développement mais plutôt comme un facteur crucial pour atteindre le développement économique et sociétal.

 
 

Aujourd’hui le manque de fonds n’est pas la raison principale expliquant pourquoi l’Ethiopie n’a pas été capable de se tirer de la pauvreté. En effet, les Nations-Unies, l’Union Européenne, la Banque Mondiale et un bon nombre d’Etats occidentaux ont versé des montants colossaux pour la réduction de la pauvreté en Ethiopie. Et un très grand nombre d’Ethiopiens vivent toujours et encore en dessous du seuil de pauvreté. En réalité, la pierre angulaire pour la réduction de la pauvreté n’est pas l’argent. C’est en premier lieu la bonne gouvernance.

Et ceci implique des acteurs aussi divers que l’Etat, l’administration, les partis politiques, les militaires mais aussi les syndicats, les coopératives, les ONG, les dirigeants religieux, les institutions financières, les instituts de recherche ou encore les propriétaires.
La bonne gouvernance se traduit par un processus de prise de décision qui respecte l’état de droit. Un processus transparent, réactif, équitable, et participatif autant que faire se peut, dans lequel les décideurs rendent des comptes.

La bonne gouvernance suppose que les opinions des minorités soient prises en compte et que les voix des plus vulnérables dans la société soient écoutées dans les prises de décision. La bonne gouvernance doit prendre en compte les besoins d’aujourd’hui mais aussi, dans une certaine mesure, ceux de demain. Mais surtout, la bonne gouvernance implique que l’on réduise la corruption. Sans bonne gouvernance, tout l’argent du monde ne tira pas l’Ethiopie – et bien d’autres pays – de la misère.


Avec la collaboration de www.UnMondeLibre.org




       
Mots-clés
banque mondiale   ethiopie   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Cameroun      Can 2010      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2010      Diaspora Africaine      France      Gabon      Ghana      Guinée      Guinee Conakry      Haïti      Mali      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version