Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 25 Août 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesSociétéArticle
France : Trop de commémorations pour peu de symbolismes ?
12/11/2008
 

C’est la conclusion à laquelle doit aboutir la commission chargée d’élaborer le rapport sur les lois mémorielles dirigée par l'historien André Kaspi.
 
Par Rachel Kesseng
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
André Kaspi  
André Kaspi
© ouest-france.fr
 

La commission travaillant sur rapport sur les commémorations nationales devrait être remis ce mercredi au secrétaire d'Etat aux Anciens combattants Jean-Marie Bockel par André Kaspi, à la tête de ce groupe de travail. Sur l’effervescence qu’ont suscité les résultats attendus de ce document, au sein de l’opinion, l’historien a voulu lever toute ambiguïté sur les conclusions réelles des travaux. Aussi selon ce dernier, le rapport sur les lois mémorielles, ne recommande aucun abandon des dates aujourd’hui commémorées en France. Il rapport suggère simplement de mieux étalonner le déferlante de ces souvenances observée depuis 1999.

Pour André Kaspi, c’est une "véritable inflation", dont le choix de quelques unes de ces dates, relève pour certains du "communautarisme" ou du "clientélisme". "Je pense qu'il faut que trois d'entre elles revêtent une signification particulière: le 11 novembre, le 8 mai et le 14 juillet (…) Le 11 novembre, ça peut être le moment où l'on commémore tous les morts pour la France, que ce soit la Grande guerre, les guerres postérieures et les guerres à venir. Le 8 mai, c'est la victoire sur le totalitarisme nazi, la victoire de la liberté, de la démocratie. Quant au 14 juillet, c'est la fête de la nation tout entière, des valeurs de la Révolution française", a affirmé l’historien.

Des affirmations qui n’ont pas laissé la classe politique de marbre. De nombreuses réactions ont également fusées des organisations de différents bords. La constante étant que, les propos d’André Kaspi, sont perçus comme un appel voilé à la suppression au final de certaines dates de commémorations. Jean-François Copé a par exemple jugé que : "C'est un contresens vraiment très fort d'imaginer qu'on puisse "fouler aux pieds des éléments majeurs de notre histoire". Patrick Lozès président du Cran (Conseil représentatif des associations noires) a avoué redouter le début d'une "concurrence des mémoires". Esclavage, déportation des juifs, harkis... car selon lui, il y a "de la place pour tous ces rappels publics de notre histoire", dont le rôle n'est pas "d'accuser ou d'excuser mais d'expliquer".

 Publicité 
 

Sur ces sous-entendus, l’historien a tenu à réitérer que : "Les autres commémorations ne doivent pas être supprimées (...) mais pourraient revêtir un "un statut régional" ou "communautaire". Et "de temps à autre, avoir un statut national, par exemple tous les 5, tous les 10 ans, ou dans des circonstances particulières", a-t-il précisé. Pour André Kaspi, multiplier "les journées de repentance pour satisfaire un groupe de victimes (...) serait affaiblir la conscience nationale".

L’historien, note : "le risque de désintérêt de la jeunesse pour ces commémorations" et espère "ouvrir un débat" menant à la réactualisation des "rituels" pour intéresser "tous ceux qui, jusqu'à maintenant, ne participent pas vraiment aux cérémonies commémoratives". Pour Kaspi, "Cela passe par l'école, par les médias, les municipalités. Il n'y a pas de quoi enflammer les foules!", atténue-t-il. C’est en cela que le président de la commission pour le rapport sur les lois mémorielles, rejoint l’approche du président français sur le sujet. Nicolas Sarkozy avait en effet déclaré en début d’année : "Les cérémonies doivent évoluer (...) pour toucher un public plus jeune qui n'a pas connu ce que nous commémorons".

Tout cela entraîne néanmoins quelques questions : les cérémonies doivent-elles forcément "toucher un public plus jeune" ? Que vient faire le terme "repentance", popularisé par Nicolas Sarkozy à des fins politiques dans la bouche d'André Kaspi ? Pourquoi s'applique t-il seulement à des cérémonies concernant des groupes "communautaires" qui après des années de lutte avaient enfin obtenus une reconnaissance de la part de la république française de leur place dans l'histoire de France ? Autant de questions au sujet desquelles M. Kaspi devra donner des explications plus claires et plus convaincantes.

       
Mots-clés
andré kaspi   france   histoire   société   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 2 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version