Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 15 Décembre 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesMédias et SociétéArticle
Jeune Afrique : "bienvenue chez les Bamilékés !"
30/07/2008
 

L’hebdomadaire consacre la une de son numéro 2481 [du 27 juillet au 2 août 2008] à une communauté « influente, redoutée, dynamique, mystérieuse… »
 
Par Paul Yange
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
La couverture de ''Jeune Afrique''  
La couverture de ''Jeune Afrique''
 

L’hebdomadaire Jeune Afrique consacre sa une et un dossier de six pages aux Bamilékés, un peuple constituant une grande partie de la population camerounaise dans son numéro 2481. En couverture, on peut lire : "Ils sont influents, redoutés, dynamiques, mystérieux...Enquête sur l’une des communautés les plus admirées mais aussi les plus controversées d’Afrique centrale". Inutile de dire que Jeune Afrique va réaliser une de ses meilleures ventes de l’année au Cameroun…

Reste qu’après lecture du dossier, le lecteur averti sera déçu et restera probablement sur sa faim. Certains pourraient même se sentir floués après une présentation si accrocheuse en couverture. Le profane par contre, non camerounais de préférence, y trouvera peut-être son compte.

En effet, toute personne qui a déjà entendu parler des bamilékés sort du dossier sans vraiment mieux comprendre en quoi cette communauté est "mystérieuse", ou pourquoi elle serait "redoutée". Que les bamilékés soient réputés avoir le "sens du commerce", qu’ils utilisent les "tontines" comme mode d’épargne ou d’entrée dans les affaires est de notoriété publique et n’est pas vraiment une information en soi. Qu’une éventuelle accession au pouvoir politique de certains d’entre eux ne suscite pas l’enthousiasme de tout le monde n’est pas nouveau non plus.

 Publicité 
 
L'entrée d'une chefferie dans un village bamiléké  
L'entrée d'une chefferie dans un village bamiléké
 

Un des intervenants interrogé par Jeune Afrique explique le fait que les "rares partis d’opposition dirigés par les bamilékés aient un poids électoral insignifiant" par le système des chefferies. (Schématiquement, les bamilékés sont formés de sous groupes où les chefs traditionnels gardent un certain prestige et les fédérer exigerait de fédérer les chefferies ?).

Cette affirmation concernant les partis politiques sous entend aussi que les bamilékés auraient du adhérer à ces partis lancés par "un des leurs". Ne faudrait-il pas surtout se poser la question de savoir si les leaders de ces formations politiques ont les capacités requises pour fédérer, convaincre, s’ils ont un projet politique viable de nature à intéresser les camerounais (et pas seulement les bamilékés comme il est sous entendu dans l’article), et s’ils se distinguent de l’apathie habituelle de la classe politique camerounaise...

Selon Jeune Afrique "s’ils n’ont pas de partis qui comptent, ils [les bamilékés] détiennent une bonne partie des médias". Une autre affirmation qui aurait mérité un plus long développement dans l’article, et pouvant être sujette à controverse est la suivante : "Leurs succès dans le domaine des affaires doivent beaucoup au président Ahidjo, qui, au début des années 60, encouragea la formation d’une bourgeoisie dans cette communauté en échange des luttes dans les maquis de l’UPC. C’est de cette alliance que les André Sohaing, Joseph Kadji Defosso et autres Victor Fotso tirèrent leur réussite".

Un notable bamiléké en costume traditionnel  
Un notable bamiléké en costume traditionnel
© camerounphotos.afrikblog.com
 

S’il est vrai qu’Ahidjo (premier président du Cameroun NDLR) encouragea la constitution d’une bourgeoisie camerounaise, la contrepartie politique qui serait l’arrêt de la lutte de l’UPC dans le maquis semble beaucoup moins évidente à percevoir, puisqu’elle s’est poursuivie dans le maquis jusque dans les années 70 (Ernest Ouandié, le dernier leader historique des upécistes fut fusillé sur la place publique en janvier 1971).

Dans sa biographie, "Le chemin de Hiala", l’homme d’affaires bamiléké Fotso Victor (qui passe pour être l’homme le plus riche du Cameroun), qui avait déjà connu une belle réussite dans le commerce, attribue son entrée dans le monde de l’industrie à un coup de pouce d’Ahidjo, qui voulait le remercier d’avoir aidé à accueillir des personnalités présentes au Cameroun lors d’un sommet international. Mais le point crucial de son ascension est surtout selon Fotso Victor le tandem improbable que l’autodidacte qu’il était avait formé avec un polytechnicien français du nom de Jacques Lacombe, chef d’entreprise très compétent. Ce dernier l’aida à structurer, à bâtir et à développer ce qui allait devenir le groupe Fotso (industrie, immobilier, banque etc).


On peut aussi regretter que "Jeune Afrique" n’ait interrogé, étrangement, aucune des "têtes d’affiches" mise en exergue dans son dossier. Les hommes d’affaires bamiléké de l’ancienne génération, pour l’essentiel autodidactes, auraient certainement pu fournir un éclairage intéressant. [Il ne faut toutefois pas écarter l’hypothèse qu’approchés par l’hebdomadaire, ils aient décliné la proposition de s’exprimer sur un sujet qui peut être "sensible" au Cameroun NDLR.] Ceux de la nouvelle école, qui ont fréquenté les universités et grandes écoles, souvent en Occident, auraient pu expliquer l’évolution, voire la mutation de la pratique des affaires chez les têtes d’affiches bamilékés.

Par ailleurs, Jeune Afrique oublie de mentionner une chanson que Meiway avait consacré aux bamilékés en 2005 ( "bami power"), et surtout, une phrase fameuse, attribuée à l’ex-président ivoirien Félix Houphouët Boigny qui aurait dit un jour : "Donnez moi les bamilékés et je ferai de la Côte d’Ivoire un pays développé". On peut encore souligner une phrase d’un ancien responsable politique français à leur propos : "une belle ethnie" (!). En conclusion, il faut néanmoins rappeler qu’au delà de la réussite des hommes d’affaires bamilékés, la plupart des bamilékés ne vivent pas mieux que le reste des camerounais pour qui la vie quotidienne demeure un combat permanent. Ça va sans dire, mais ça va mieux en le disant...

       
Mots-clés
afrique   bamilekes   cameroun   fotso victor   jeune afrique   kadji defosso   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 48 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
  
  
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version