Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mercredi 2 Décembre 2020 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesOpinionsArticle
Jeux Olympiques de Londres et démocraties tropicales africaines
10/08/2012
 

Pourquoi les résultats africains ne sont pas à la hauteur des talents des athlètes ?
 
Par Lucien Pambou
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

Les résultats olympiques qui nous viennent de Londres ne sont pas très encourageants pour les Afriques noires, francophone et anglophone. L’Afrique noire francophone présente un bilan négatif même si des athlètes comme l’ivoirienne Murielle Ahoure ont réussi à se hisser en finale du 200 mètres.

Cinq ou sept athlètes camerounais ont profité des jeux pour se faire la belle et disparaitre dans la nature et on pense que leurs conditions de vie et d’entrainement au Cameroun ne sont pas conformes à leurs attentes pour des athlètes de haut niveau. Le Cameroun montre piteusement, comme la plupart des comités nationaux olympiques africains francophones, que la prospective et la stratégie ne sont pas à l’ordre du jour dans la préparation des jeux olympiques tous les quatre ans.

Les dirigeants des comités olympiques africain s'engraissent sur le dos des athlètes qui obtiennent des miettes
Lucien Pambou


Il en va ainsi du sport comme du développement économique pour lesquels les pays africains toujours bavards et toujours prompts à dire "on va participer aux Jeux" alors que les athlètes ne s’entrainent pas dans des conditions correctes et que les crédits budgétaires mis à la disposition de ces comités nationaux olympiques sont souvent détournés. Voilà la règle qui s’applique dans les démocraties tropicales africaines francophones.

 Publicité 
 
Raila Odinga, premier ministre kenyan, s'est rendu à Londres pour les jeux olympiques  
Raila Odinga, premier ministre kenyan, s'est rendu à Londres pour les jeux olympiques
 

C’est ce concept de démocratie tropicale que je souhaite mettre en avant pour expliquer le comportement atypique et non démocratique au sens universel du terme dans la plupart des pays africains francophones et anglophones. J’en donne ici un début de lecture que j’ai plus ou moins mis en évidence dans mes interventions sur Africa 24 en tant qu’éditorialiste et sur Africa n°1 en tant que polémiste invité et je demande aux grioonautes par leurs apports de contribuer à densifier le concept qui peut servir à d’autres grilles de lecture concernant l’Afrique.

Par démocratie tropicale, il faut entendre le cas des pays africains mais surtout francophones qui après les indépendances ont accepté au nom d’une inféodation complète à l’Occident les diktats mis en évidence par les pays développés pour valoriser la gouvernance du marché, la démocratie politique et les élections. Accepter ces concepts tout en les transformant en fonction de leur "culture" (élections truquées, déni de la justice, mise au ban de la justice et du droit en fonction des critères politiques) permet aux Africains de continuer à bénéficier de l’aide occidentale qui profite aux élites africaines et qui permet de maintenir les populations dans la paupérisation absolue.

C’est dans cette ligne tropicalisante qu’il faut comprendre les erreurs des dirigeants des comités olympiques nationaux africains et la corruption qui entoure les fonds concernant la préparation aux Jeux Olympiques.

L'éthiopienne Tirunesh Dibaba championne olympique sur marathon avec ses deux dauphines kenyanes :Jepkemoi Vivian Cheruiyot (à g) et Sally Jepkosgei Kipyego (à d)  
L'éthiopienne Tirunesh Dibaba championne olympique sur marathon avec ses deux dauphines kenyanes :Jepkemoi Vivian Cheruiyot (à g) et Sally Jepkosgei Kipyego (à d)
 

Dans l’Afrique anglophone les résultats olympiques ne sont pas à la hauteur de ce que les Kenyans et les Ethiopiens ont toujours montré à la face du monde. Dans le cas des pays anglophones comme le Kenya et l’Ethiopie les résultats sont contestés par les autres Nations qui ont compris leurs méthodes d’entrainement et qui viennent sur les hauts plateaux pour se les approprier. L’état des équipements sportifs au Kenya et en Ethiopie est déplorable.

Il faut le dénoncer, le dire. Les athlètes gagnent des médailles, les sponsors s’enrichissent sur ces africains anglophones de l’Est souvent analphabètes ; les élites en collusion avec les sponsors de ces pays anglophones favorisent la corruption et ne construisent aucun stade. Evidemment les athlètes qui gagnent des médailles construisent des maisons à étage, c’est bien pour eux et leur famille, mais cela ne fait pas une politique sportive de long terme comme la petite Jamaïque aujourd’hui qui est en train de construire sa renommée avec ses sprinters hommes et femmes.

L’état des équipements sportifs au Kenya et en Ethiopie est déplorable
Lucien Pambou


De l’Afrique anglophone à l’Afrique francophone, la tropicalisation des méthodes démocratiques de travail est à l’œuvre avec une intensité plus ou moins grande. Les dirigeants des comités olympiques s’engraissent sur le dos des athlètes qui obtiennent des miettes, voire rien du tout en Afrique francophone, et qui contribuent à ne pas créer d'équipements de très haut niveau, dignes des victoires des hommes des hauts plateaux en Afrique anglophone.


Les Afriques ont beaucoup de chance, surtout l’Afrique anglophone qui compte sur le talent naturel de ses athlètes et sur les conditions climatiques et géographiques du Kenya et de l’Ethiopie. Pour une pérennité de ces éléments, il faut que les responsables et les dirigeants sportifs dans les démocraties tropicales sachent que le sport comme le développement sont des aventures de très long terme qui nécessitent un engagement qui doit s’éloigner de la corruption. C’est à ce prix que la crédibilité des Afriques deviendra acceptable et que l’on sortira progressivement du modèle de tropicalisation démocratique dans lequel nous nous complaisons.








       
Mots-clés
afrique   jeux olympiques   jeux olympiques 2012   lucien pambou   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 1
  bien dans sa peau
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 2
  Saine alimentation
  Bang gia cac loai vai bat moi nhat của Hoa Phat Dat
  Billets - Comment perdre du ventre - DotClear 1.2-rc
  
  Conseils alimentaires
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version