Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 17 Octobre 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesMondeArticle
Le sommet de la FAO consacré à la crise alimentaire mondiale s'est ouvert à Rome
03/06/2008
 

Aujourd'hui 3 juin 2008 s'ouvre le sommet de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) consacré à la crise alimentaire mondiale. Plus de 40 chefs d'État et de gouvernement, ainsi que quelques 2000 délégués vont se réunir à Rome, pour esquisser un plan d'action pour lutter contre la flambée des prix agricoles.
 
Par Audrey Brière
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Ban Ki-moon  
Ban Ki-moon
© AFP
 

Aujourd'hui 3 juin 2008 s'ouvre le sommet de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) consacré à la crise alimentaire mondiale. Plus de 40 chefs d'État et de gouvernement, ainsi que quelques 2000 délégués vont se réunir à Rome, siège de l'organisation, pendant trois jours.

Objectif : esquisser un plan d'action pour lutter contre la flambée des prix agricoles. À cette occasion, les ONG vont également tenter de faire entendre leur voix. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon va lancer une idée : suspendre définitivement ou temporairement un vaste panel de taxes agricoles et de tarifs douaniers. Assouplir les réglementations encadrant les produits agricoles pourrait en effet contribuer à faire baisser le cours des denrées alimentaires, et ainsi venir en aide aux millions de pauvres qui font face à la plus importante hausse des prix alimentaires depuis trente ans.

Un responsable des Nations Unies a indiqué que cette stratégie venait d'un rapport rédigé par le groupe de travail de l'ONU, constitué spécialement pour s'attaquer à la question de la flambée des prix. L'application de ce plan pourrait coûter jusqu'à 15 milliards de dollars.

 Publicité 
 
Les propositions des ONG
La hausse des prix a engendré des violences au Pakistan  
La hausse des prix a engendré des violences au Pakistan
© AFP
 

À l'occasion du sommet, les ONG vont également proposer quelques pistes. Plus de 31 d'entre elles ont appelé l'Union européenne à abandonner son objectif de produire 10% de carburants « verts » d'ici 2020. En effet, la production de ces « biocarburants » passe par la conversion de terres agricoles à des fins énergétiques. Ce détournement d'une part de la production alimentaire explique entre 20 et 30% de la flambée des prix, selon le FMI. Le rapporteur de l’ONU sur le droit à l’alimentation, Olivier de Schutter, approuve l’idée d’un moratoire sur les biocarburants : « en abandonnant ces objectifs, nous enverrions un signal fort aux marchés que le prix des récoltes de denrées alimentaires ne va pas monter indéfiniment, décourageant ainsi la spéculation ». Sans parler du fait que subventionner les carburants verts coûte cher. « On évalue entre 13 et 15 milliards de dollars le montant des subventions des pays de l’OCDE ! », explique Robert Bailey, d'Oxfam International. « Alors que ces cultures alimentent la destruction d’écosystèmes », ajoute-t-il.

Par ailleurs, beaucoup d'ONG recommandent d'appliquer le principe de souveraineté alimentaire, c'est à dire le droit, pour les pays les plus démunis, de protéger leurs marchés nationaux. « La libéralisation doctrinaire des échanges a détricoté la possibilité des pays pauvres à se nourrir eux-mêmes », explique Alex Cobham, de Christian Aid. « Et les élites du Sud ont préféré acheter la paix sociale via des importations à bas prix ». L'application de ce principe de souveraineté alimentaire passerait par le rétablissement de protections tarifaires ou douanières, ou la réhabilitation des structures – comme les caisses de stabilisation – pour aider les petits paysans.

D'autre part, Oxfam International souligne que l'aide au développement agricole dans les pays les plus pauvres a été négligée ces vingt-cinq dernières années. Une solution ? Réinvestir dans l'agriculture, et ce de façon massive. « La France ne donne que 10 % de son aide en projet agricole », indique Ambroise Mazal, du Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD). Jacques Diouf, le directeur de la FAO, estime à 20 milliards d'euros par an la somme qu'il faudrait injecter dans l'agriculture, en cash, pour acheter localement et aider à augmenter la production grâce à la distribution de semences et d'engrais.

Autre modification importante à apporter : les stratégies et objectifs du FMI et de la Banque mondiale ne doivent plus primer sur les institutions telles que la FAO, le Programme alimentaire mondial (PAM) ou le Fonds international de développement agricole (FIDA). « Ces institutions sont efficaces même si lestées par la bureaucratie, et surtout écrasées par la logique du FMI, de la Banque mondiale et de l’OMC. Changeons la hiérarchie : le droit à manger avant celui de commercer », propose Robert Bailey, d'Oxfam international. En outre, dans le domaine des institutions, Action contre la faim (ACF) veut lutter contre la fragmentation de l'aide. L'organisation milite pour la création d’un Fonds mondial contre la faim et la malnutrition. « Un instrument nouveau pour permettre une meilleure coordination », explique François Danel, directeur général d’ACF.

Visite controversée de Robert Mugabe
Le président Zimbabwéen Robert Mugabe et sa femme, à l'aéroport de Fiumicino à Rome, le 1er juin 2008.  
Le président Zimbabwéen Robert Mugabe et sa femme, à l'aéroport de Fiumicino à Rome, le 1er juin 2008.
© rfi.fr
 

Mais ce sommet ne commence pas précisément sous les meilleures auspices. Dimanche 1er juin, c'est le très controversé président zimbabwéen Robert Mugabe qui est arrivé à Rome. Il s'agit de son premier déplacement à l'étranger depuis les élections du 29 mars, remportées par l'opposition. Il est accompagné par son épouse Grace, ainsi que par plusieurs responsables du gouvernement.

Sauf que techniquement, Robert Mugabe est interdit de séjour dans l'Union européenne, en raison des atteintes aux droits de l'homme commises dans son pays. Que fait-il donc à Rome ? Cette interdiction ne concerne pas les sommets de l'ONU sur le territoire européen. Reste que plus d'un, au sommet, voient d'un mauvais œil cette présence culottée. En effet, en 2005, lors d'un précédent sommet à Rome également, le président du Zimbabwe s'était fait remarqué par des propos qui avaient fait s'étouffer quelques uns. Comparant George Bush et Tony Blair aux fascistes Adolf Hitler et Benito Mussolini, il avait aussi dénoncé les pays donateurs, les accusant de déverser des vivres inutiles sur le Zimbabwe. Et déjà, à l'époque, le pays connaissait une crise alimentaire grave.

Ainsi, à l'annonce de la présence de Mugabe au sommet, les réactions n'ont pas traîné. L’opposition zimbabwéenne estime que « Mugabe n’a aucun mandat et aucune légitimité pour être à Rome ». Le Premier ministre britannique Gordon Brown, qui lui voue une haine déclarée, considère que sa présence à Rome est « particulièrement regrettable, étant donné sa contribution aux difficultés liées à la situation alimentaire » dans son pays. De son côté, le gouvernement australien a jugé « obscène » ce déplacement de Mugabe, tandis que le gouvernement français, plus diplomate, s’est interrogé lundi 2 juin sur « l’opportunité de cette visite, compte tenu de la situation au Zimbabwe ».

Eh oui, l'ancien « grenier de l’Afrique australe » s’est effondré depuis que le régime de Robert Mugabe a décidé de mettre en pratique une réforme agraire en 2000. En outre, le Zimbabwe bat tous les records en matière d'inflation annuelle, puisque celle-ci s'élève à 165 000%.

Outre Robert Mugabe, de nombreux autres dirigeants vont participer à ce sommet de Rome : l'Argentine Cristina Kirchner, le Français Nicoals Sarkozy, le Brésilien Lula da Silva, l'Egyptien Hosni Moubarak, l’Espagnol José Luis Zapatero, le Sénégalais Abdoulaye Wade, ainsi que le président iranien Mahmoud Ahmadinedjad, etc. Robert Zoellick, le président de la Banque mondiale, et Dominique Strauss-Kahn, patron du FMI, sont également présents.

Selon l'indice FAO des prix alimentaires, la moyenne des quatre premiers mois de l'année est supérieure à 53 % à la même période de 2007. Cette crise touche les plus pauvres, qui doivent consacrer la plus grande partie de leur budget à l'alimentation. La sécurité alimentaire est menacée, mais aussi la sécurité tout court.

       
Mots-clés
afrique   ban ki moon   crise alimentaire   fao   mugabe   robert mugabe   senegal   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 4 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina Faso      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Esclavage      France      Gabon      Ghana      Livre      Mali      Nigeria      Patrice Lumumba      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version