Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 18 Août 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesOpinionsArticle
Les enjeux de la réaction russe "disproportionnée"
20/08/2008
 

En engageant ses troupes dans la région pro-russe et sécessionniste d’Ossétie du Sud en invoquant la défense de l’intégrité du territoire géorgien, le Président géorgien Saakachvili s’est exposé à l’ire du Kremlin qui a répondu par une contre-offensive musclée. En dépit des demandes de cessez-le-feu de Tbilissi depuis dimanche, Moscou a pendant plusieurs jours la sourde oreille. Et le problème est désormais que Moscou a envahi plusieurs régions de la Géorgie au-delà des régions sécessionnistes, ce qui constituerait une réelle agression. Après des années de guerre souterraine, que peut expliquer la réaction russe ?
 
Par Emmanuel Martin
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Le Kosovo : un précédent gênant pour l’Occident
Le président russe Dimitri Medvedev (à gauche)  
Le président russe Dimitri Medvedev (à gauche)
© getty/afp
 

En acceptant que les frontières internationales puissent bouger avec la reconnaissance de l’indépendance du Kosovo en février dernier, les USA et d’autres pays occidentaux ont de fait accepté un précédent gênant. En effet, en toute cohérence, ces pays ayant reconnu l’indépendance du Kosovo doivent reconnaître aussi l’autonomie des régions sécessionnistes de la Géorgie que sont l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie. En effet, sur quel critère défendre aujourd’hui « l’intégrité du territoire géorgien » ? C’est ici un pur pragmatisme politique qui fait office de critère : on reconnaît les sécessions lorsqu’elles arrangent les pays amis ou ennuient les pays ennemis, et on ne les reconnaît pas dans les cas inverses. De même, la contre-réaction russe a été jugée « disproportionnée » par George Bush. Une autre contre-réaction violente, lors d’une « crise » plus au Sud-Ouest il y a deux ans (au Liban), n’avait pas eu droit au même qualificatif de la part du dirigeant américain. Pragmatisme là encore.

La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas
Paul Valery


Le camp occidental n’est pas cohérent dans ses critères, et cela a bien arrangé la Russie. En effet, si les occidentaux n’ont pas vu d’un mauvais œil la sécession du Kosovo de la Serbie, pourquoi objecteraient-ils à la sécession de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie ? La Géorgie tentant de récupérer ces territoires sécessionnistes peut alors – selon les critères occidentaux avec le Kosovo – légitimement être tenue pour « l’agresseur ». On comprend alors la gêne des négociateurs occidentaux. Mais le camp pro-russe n’est pas vraiment cohérent non plus : en effet, la toute proche Tchétchénie a été victime du rouleau compresseur russe lorsqu’elle a montré des velléités d’indépendance au milieu et à la fin des années 90. En toute logique, le précédent tchétchène aurait dû faire pencher la Russie en faveur de la réaction géorgienne. D’un côté comme de l’autre, il semble donc bien que les choix stratégiques soient basés sur un pur pragmatisme déterminé par une ligne de démarcation OTAN/Russie.

 Publicité 
 
Affaiblir l’OTAN ?

Il se pourrait que par le durcissement de sa contre-réaction, la Russie ait choisi de rappeler à l’ordre les anciennes républiques qui, à trop vouloir se rapprocher de l’OTAN ou de l’Europe (ce deuxième cas étant celui de l’Ukraine) ont irrité le Kremlin. Et cela représente un test : il paraît assez évident que même si les Etats-Unis soutiennent la Géorgie et lui ont promis son entrée dans l’OTAN contre des bases militaires US en Géorgie (c'est-à-dire aux frontières de la Russie !), ils ne vont pas prendre le risque – surtout à quelques mois des présidentielles – d’intervenir militairement contre l’autre super-puissance. La possibilité d’un « super-conflit » serait bien trop élevée. Voilà donc un coup de poker qui permet à Moscou de démontrer la fragilité des garanties occidentales et d’affaiblir ainsi l’OTAN.

Une bataille de l’énergie ?

Un autre élément sûrement non négligeable expliquant la violente contre-réaction russe peut-être une stratégie énergétique. La Géorgie est en effet traversée par le célèbre oléoduc Bakou-Tbilisi – Ceyhan ouvert en mai 2006. Le tracé de cet oléoduc avait été dessiné de manière à soigneusement éviter la Russie. Les hydrocarbures de la mer caspienne pouvaient ainsi arriver en méditerranée et rejoindre les terminaux occidentaux. Cet oléoduc représentait donc un moyen pour l’occident de desserrer l’étau énergétique de Moscou. Il ne faut sans doute pas minimiser la pression que pourrait constituer sa destruction partielle ou son contrôle russe (sous prétexte de « maintien de la paix ») sur l’état du marché. En rendant la région du tracé de l’oléoduc « à risque » (ou plutôt « encore plus à risque » puisque certains parties sont proches de zones de conflits latents), Moscou affaiblit encore la capacité d’approvisionnement énergétique de l’Occident et accroît ainsi indirectement sa dépendance.

On comprend que pour étendre leurs sphères d'influence, les super-Etats jouent ainsi encore une partie d’échec. Mais les perdants sont toujours les mêmes : les populations simples, loin des arcanes du pouvoir. A Gori, ville géorgienne tenue par les Russes et dont la population a fui en grande partie, une femme hurle aux journalistes le 11 août : « On n’a pas besoin des américains, ni des russes, laissez-nous ! Tout ce que vous voulez c’est notre pays, mais vous n’en avez rien à faire des géorgiens et des ossètes ». Elle n’a sans doute pas tort, et cela semble encore confirmer la citation de Paul Valéry: « La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas »...


Emmanuel Martin est docteur-chercheur en économie,
Responsable de la publication de www.UnMondeLibre.org




       
Mots-clés
etats-unis   ossétie du sud   russie   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version