Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 22 Octobre 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesCultureArticle
Livre : "Chaka", de Thomas Mofolo
04/10/2009
 

Retour sur le livre de Thomas Mofolo, qui est l'un des premiers livres écrits dans une langue africaine, et qui a été classé parmi les 12 meilleurs livres africains du 20ème siècle
 
Par Iphri.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

"Il n’y avait certainement pas sur toute la surface du globe, à l’époque de la vie de Chaka que nous décrivons maintenant, un potentat plus aimé de ses sujets que lui. Lors des grandes célébrations nationales, il était de règle qu’avant la dispersion générale le souverain se montrât dévêtu à la foule, afin que les festivités prissent fin sur l’admiration du corps du Maître."

Chaka de Thomas Mofolo est une oeuvre a part.

D’abord, parce que c’est l’un des tous premiers romans de l’histoire de la littérature africaine, puisqu’il fut rédigé vers 1910. Ensuite, parce que ce livre écrit en langue Souto est le premier roman entièrement rédigé dans sa version originale en une langue africaine. Et enfin, tout simplement, parce que c’est un livre grandissime sous toutes ses coutures.

Il faut le dire, beaucoup s’attendaient à ce que la traduction du manuscrit original revelât un salmigondis peu cohérent, sur lequel la vieille garde littéraire aurait pu se pencher avec une paternelle indulgence. Surprise: “Quiconque pouvait lire la langue fut immédiatement frappé par la qualité de l’oeuvre, la pureté du langage, l’équilibre de la construction, la profondeur nuancée de l’analyse psychologique”, commentera un critique.

Car Chaka, d’autres l’ont déjà souligné, c’est un poème, un poème épique.

 Publicité 
 

C’est un poème parce qu’on ne peut pas rester indifférent à la finesse de la plume de Thomas Mofolo, à la beauté de ses images, au lyrisme de ses protagonistes; et ce poème est épique parce qu’on ne peut résister à son esprit chevaleresque, à la bravoure, à l’honneur, à la force; et en même temps, comme l’oiseau hypnotisé par le serpent, il impossible de ne pas être fasciné, et même malsainement attiré, par le déferlement des forces du mal, par le monde occulte, ses sorciers et ses espions, par la guerre, par la violence, par la cruauté, par les orgies et les bains de sang. C’est cela, Chaka, tous les extrêmes qui se rencontrent pour culminer avec une intensité inouïe en un seul homme.

 
 

« Il y a, dans l’étrange aventure de Chaka, quelque chose de perdurable, une force d’éternité, comme dans tous les grands poèmes épiques. Mais il y a aussi le poids du réel, la vie, la beauté de la vie. Thomas Mofolo est un grand écrivain, qui sait raconter le pays qu’il connaît et qu’il aime. Ici encore on voudrait parler de l’Odyssée, avec sa richesse verbale, son sens des gestes et des choses, son goût du détail minutieux. Chaka est l’homme de cette terre africaine où les croyances surnaturelles et les gestes quotidiens sont indissociables. L’on entend ici la voix des pasteurs bassoutos, leurs paroles à la fois cérémonieuses et pleines d’humour ; l’on entend la voix des conteurs, des guerriers, des féticheurs, comme autrefois, dans les chansons de geste, la voix des soldats et des ménestrels. Ce livre tragique et violent est aussi un livre d’images, un conte fabuleux, et un document sur la vie du peuple zoulou à la veille de l’arrivée des Oum’loungou, les Hommes Blancs.

C’est bien là la force des grands poèmes épiques. Ils sont à la fois les livres d’un peuple, pleins de la vérité terrestre, et les massages secrets de l’au-delà. Chaka, symbole de la grandeur et de la chute de l’empire zoulou, par son aventure exemplaire nous révèle un autre monde où les vérités essentielles sont encore vivantes. Alors, écoutant cette parole pleine de force, nous reconnaissons notre propre aventure, qui va du réel au magique. »
J. M. G. Le Clézio

L'acteur Henri Cele dans le rôle de Chaka  
L'acteur Henri Cele dans le rôle de Chaka
 

Naître dans l’illégitimité et grandir dans la honte, telles furent les premières épreuves du destin de Chaka, nous explique Thomas Mofolo. Le fils illégitime de Sénza’ngakona et de Nandi n’eut d’autre recours que celui de subir coups, quolibets, et mépris. Atteignant la force de l’âge, acculé dans ses derniers retranchements, il doit s’exiler. Il trouvera protection et refuge chez le Roi Ding’iswayo. Et c’est là-bas que Chaka rencontrera son destin, le devin Issanoussi, messager de l’au-delà qui lui proposera le pacte: le pouvoir contre le sang. Le pouvoir absolu, total, le seul, le vrai, contre le sang.

“Sur cette terre, à vrai dire, il n’y a qu’une seule chose qui m’importe; toutes mes affections se résument en ceci: pouvoir, guerre, armées.”

Chaka accepte donc le pacte, Chaka versera le sang du pacte. Il lancera alors le terrible “Imfekhane” (l’écrasement), qui signifiait non seulement la mise à mort indiscriminée de tous les peuples ennemis, mais aussi le saccage de leur bétail et la mise à feu de toutes leurs cultures; cet Imfekhane fut si terrible qu’il introduisit le cannibalisme en Afrique australe, il fut si terrible qu’on vit les gens pourchasser du gibier humain pour pouvoir survivre.


L’Imfekhane, c’était d’épouvantables et d’effroyables actes de cruauté et de barbarie, qui permirent à Chaka de verser le sang, d’immoler pour Issanoussi plus de deux millions d’hommes, de femmes et d’enfants. La soif de pouvoir de Chaka devint inextinguible: pour respecter le pacte, pour étancher sa soif de pouvoir, Chaka versera de ses propres mains le sang de sa mère Nandi, le sang de sa bien-aimée Noliwè, et le sang de tous ses enfants, du premier au dernier.

Mais, paradoxe de la vie, paradoxe de l’Homme, Chaka fut aussi l’homme de vision, l’homme de la grandeur, l’homme d’ambition, celui qui baptisa son peuple “Ama Zulu”, c’est à dire “Ceux du Ciel”. Chaka fut le génie militaire incarné, celui qui conçut une infinité de mouvements stratégiques inédits, qui conçut de nouvelles armes de corps, qui conçut une nouvelle discipline et un nouvel esprit militaire dans l’infanterie. Chaka est celui qui rassembla une poignée de vachers et les transforma en l’une des plus redoutables armées du 19e siècle. Chaka est celui qui conquit un empire couvrant presque toute l’Afrique australe et fonda une nation parlant une seule langue, le Zulu.

Alors, Chaka, génie visionnaire ou buveur de sang? Conquérant ou mégalomane fou? Chacun tranchera, ou ne tranchera pas.

A l’intersection de la métaphysique et de la psychologie, de l’imaginaire et du réel, de la fiction et des faits historiques, c’est avec un talent à peine descriptible que Thomas Mofolo nous initie aux mystères de Chaka, à sa vie, à sa mort, à sa légende. Que dire d’autre? La pierre fondatrice de la littérature africaine ne pouvait être plus solide.

       
Mots-clés
afrique   afrique du sud   chaka   culture   littérature africaine   livre   thomas mofolo   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 5 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version