Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mercredi 22 Mai 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesCultureArticle
Ma mère est belle, et c’est l’Apartheid
19/08/2008
 

« Ma mère était une très belle femme ». Tel est le titre que Karlien de Villiers, dessinatrice Sud-Africaine, donne au récit de son enfance. Une bande dessinée parue aux Editions Ça et là, où le lecteur découvre la vie d’une fillette blanche rythmée par les derniers soubresauts de l’apartheid. Atmosphère morose et images décolorées…
 
Par Bakchich.info
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
© caetla.fr  

On ne peut s’empêcher de penser au « Persepolis » de Marjane Satrapi quand on découvre « Ma mère était une très belle femme ». Tant dans sa forme que dans son graphisme les deux bandes dessinées se ressemblent. Une autobiographie de Karlien de Villiers en images, qui retrace l’enfance de la dessinatrice dans une Afrique du Sud violemment agitée.

Les tons mats, légèrement décolorés ainsi que la mollesse des dessins forment un ensemble assez peu dynamique, qui contraste avec la violence des faits racontés. Un style bien particulier s’en dégage, qui colle parfaitement à une atmosphère à la fois dense, chaude et dure.

Karlien de Villiers naît en 1975 au Cap à la pointe de l’Afrique du Sud, dans une famille de classe moyenne ; où l’on pense que « les noirs ne sont pas des gens comme nous ». L’époque est celle des plages et des transports en commun réservés aux blancs. Une époque où les noirs sont appelés « Zulus ». Disparités sociales, préjugés raciaux et tensions politiques précipitent peu à peu le pays dans une période d’instabilité et de violences.

Après le divorce de ses parents, pratique encore choquante pour la très pieuse communauté Afrikaans, la petite Karla et sa sœur apprendront que leur mère est atteinte d’un cancer. Et, tandis que leur père se remarie, une bombe explose à Pretoria (attentat du 20 mai 1983)… Page après page, le récit s’alourdit, l’incompréhension grandit dans la tête de la petite fille, et le lecteur peine.

 Publicité 
 

L’auteur a découpé les périodes de sa vie comme des albums d’images pour enfants. Elle y colle habilement les événements politiques, les conflits familiaux et le choc des cultures. Ça et là, au détour de la page, le regard croise une image sanglante, une phrase cruelle, toujours dépeintes avec une distance inquiétante. L’enfant, puis l’adolescente s’égare entre la pensée raciste, l’écrasante présence de la religion et le poids d’institutions trop rigides. Et, quand tout éclate, c’est comme si de rien n’était, comme un vague souvenir lancinant qui ronge lentement mais sûrement.

Une bande dessinée assurément réussie mais peu divertissante, on en ressort instruit.


www.bakchich.info












       
Mots-clés
afrique du sud   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 0 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version