Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 18 Août 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Mauritanie : autopsie d'un coup d'Etat
21/08/2008
 

Retour sur le coup d'Etat survenu en République islamique de Mauritanie, le 6 août 2008
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

En renversant le président démocratiquement élu, les ex-généraux ont prétendu avoir agi pour sauver la démocratie et préserver la sécurité du pays. Ce faisant, ils tentent ainsi de remettre au goût du jour le concept éculé, désuet et fallacieux de "coup d’Etat légal", qui se caractérisait par la prétention des putschistes de respecter tout ou en partie les règles constitutionnelles ou de mieux défendre les droits du peuple.

Cet oxymore, aussi dangereux que provocateur de coup d’Etat légal, avait aussi été justifié, dans le temps, par des actions hardies et extraordinaires que les princes sont contraints d’exécuter contre le droit pour le bien public, et qui sont nécessairement légales dans une monarchie où la volonté royale doit non seulement commander selon les lois, mais encore aux lois mêmes si la nécessité le requiert.

 Publicité 
 
 
© afvp.org  

Dans l’histoire, le concept de coup d’Etat légal avait été évoqué dans les années 1639, puis ultérieurement appliqué au coup d’Etat de Napoléon Bonaparte du 9-10 novembre 1799, devenu par la suite l’Empereur Napoléon 1er, caractérisé alors de "coup d’Etat légal du 18 brumaire An VII". Le même coup d’Etat légal sera utilisé plus tard par son frère Louis Bonaparte qui devint Napoléon III le 2 décembre 1851. Mais ce dernier utilisera le terrain parlementaire pour pouvoir concilier l’emploi de la violence et le respect de la légalité, faisant dire plus tard à monsieur C. Malaparte dans son ouvrage "Technique de coup d’Etat", Grasset, Paris 1931 que "seul le Parlement peut, en effet, aider les conjurés à insérer le fait accompli dans l’ordre constitué par une greffe de la violence sur la légalité constitutionnelle".

En ce début du deuxième millénaire, rien ne saurait encore justifier la prise du pouvoir par le recours à la force ou la menace d’y recourir. Le coup d’Etat se définit comme la prise de pouvoir par des moyens illégaux ou comme la tentative inconstitutionnelle ou illégale réussie ou non de conquête ou de reformulation du pouvoir politique, fondée sur l’usage ou la menace de la force. Ce qui s’est passé en Mauritanie n’est autre chose qu’un coup d’Etat opéré par des hommes pour se venger d’un président démocratiquement élu qui les a destitués. Reste maintenant la tentative de légitimation.

Les facteurs de réussite d'un coup d'Etat

La réussite du coup d’Etat dépend aussi du silence des médias, du mutisme des intellectuels et de la passivité des populations. Toutes choses qui donnent le temps au temps, facteur fondamental de l’acceptation du fait accompli. Sur ce plan, les actions et appels enregistrés ça et là ressemblent à des cris dans le désert. Les généraux semblent décidés à n’entendre que leur raison.

La réussite d’un coup d’Etat repose enfin sur la reconnaissance du nouveau pouvoir par les gouvernements étrangers et les organisations internationales. Là, la communauté internationale, notamment l’Union africaine, a le dos au mur. Depuis la date fatidique du 6 août 2008, la diplomatie est certainement en marche. Mais l’entêtement des généraux à instaurer leur ordre, avec à la clé la nomination d’un Premier ministre, sonne comme un signe annonciateur de l’échec ou alors de l’impuissance de cette diplomatie. Mais, sachons espoir garder, car en matière d’actions diplomatiques, il faut aller lentement parce qu’on est pressé.


La réussite du coup d’Etat dépend aussi du silence des médias, du mutisme des intellectuels et de la passivité des populations. Toutes choses qui donnent le temps au temps, facteur fondamental de l’acceptation du fait accompli. Sur ce plan, les actions et appels enregistrés ça et là ressemblent à des cris dans le désert. Les généraux semblent décidés à n’entendre que leur raison.

La réussite d’un coup d’Etat repose enfin sur la reconnaissance du nouveau pouvoir par les gouvernements étrangers et les organisations internationales. Là, la communauté internationale, notamment l’Union africaine, a le dos au mur. Depuis la date fatidique du 6 août 2008, la diplomatie est certainement en marche. Mais l’entêtement des généraux à instaurer leur ordre, avec à la clé la nomination d’un Premier ministre, sonne comme un signe annonciateur de l’échec ou alors de l’impuissance de cette diplomatie. Mais, sachons espoir garder, car en matière d’actions diplomatiques, il faut aller lentement parce qu’on est pressé.

Autre temps autres mœurs

De la période des empires et de l’absolutisme à l’esprit de La Baule en passant par la déclaration universelle des droits de l’homme et l’histoire politique tumultueuse parfois tragique des Etats africains, il y a des alchimies et des trompe-l’œil que nos gouvernants ou ceux qui aspirent à nous gouverner devraient désormais s’interdire de servir au peuple. L’histoire n’est plus à réinventer. La démocratie, l’Etat de droit démocratique, le respect des droits humains ne sont plus l’affaire des seuls gouvernants ou de quelques supposés rédempteurs.

Ils transcendent les frontières nationales pour devenir des valeurs chères à toute la communauté internationale. Ils possèdent en eux-mêmes les principes et procédés légaux de règlement des conflits qui leur sont inhérents ou des déviations éventuelles. Dans la démocratie, le peuple choisit les dirigeants qu’il mérite. Il se trompe rarement. Alors, il ne faudrait pas que sous prétexte de sauver cette même démocratie, ou de servir ce même peuple, on desserve toute une nation en lui imposant d’autres sacrifices, l’instabilité, l’incertitude des lendemains, le retard dans son développement socio-économique et culturel. Il faut guérir les maux de la démocratie par plus de démocratie, dit-on.


Au nom du respect des valeurs républicaines et des droits de l’homme, le président démocratiquement élu doit être rétabli dans ses fonctions. Le système constitutionnel doit être rétabli. Respect des droits humains, car la Déclaration universelle des droits de l’homme, dont nous fêtons en cette année 2008 le soixantième anniversaire, énonce en son article 23 que la volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s’exprimer par des élections honnêtes.

Respect des droits humains, car la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples dispose que tous les citoyens ont le droit de participer librement à la direction des affaires publiques de leur pays soit directement soit indirectement par l’intermédiaire de représentants librement choisis ce, conformément aux principes édictés par la loi (article 13). Respect des droits humains enfin, parce que ce sont les intérêts de tout un peuple qui sont aujourd’hui hypothéqués, menacés. En somme, ce coup d’Etat est un déni des droits humains du peuple mauritanien. Sans tomber dans un "droits-de-l’hommisme" débridé, les défenseurs des droits de l’homme de tous les pays devraient conjuguer leurs efforts pour obtenir le rétablissement de l’ordre constitutionnel en Mauritanie.

Il faut y mettre du tact

Les intervenants, quel que soit leur statut, devront, cependant, formuler des propositions qui ménagent l’orgueil des usurpateurs et jouer avec leurs suiveurs ou ceux acquis à leur cause pour qu’ils ne se sentent pas ridicules ou exclus une fois la situation revenue à la normale. La grandeur d’un homme réside aussi dans sa capacité non seulement à assumer correctement ses responsabilités, mais aussi à reconnaître que l’on peut se tromper. Les ex-généraux doivent se ressaisir. Il faut éviter au peuple mauritanien l’épreuve des sanctions économiques qui se profilent ; il faut lui éviter les sacrifices d’une autre élection, dont personne n’ignore le coût et les péripéties. Mais au juste, quelles élections, dans quelles conditions et avec quels candidats ? On ne vote pas à reculons !

Kuseblè Somda K. Marc Juriste rivksomda@yahoo.fr


L’Observateur


www.lefaso.net




       
 Donnez votre opinion ou lisez les 0 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version