Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 27 Juin 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Sommet de Nice : et pourtant la foire était infestée de putschistes
03/06/2010
 

Retour ironique sur le 25ème sommet franco-africain qui s'est tenu à Nice
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

A Nice, dans l’Hexagone, les lampions se sont éteints mardi dernier sur le jamboree du 25e sommet Afrique-France. Depuis, les 38 princes « nègres » qui avaient accouru à l’appel du « grand chef blanc » ont, pour la plupart, regagné le bercail. Mais avant, certains ont fait un petit crochet à Paris, histoire de laisser un peu de temps à la Première Dame de faire ses emplettes dans les plus grands magasins de la ville Lumières.

Dans le lot des absences à Nice, on retiendra, d’une part, celle d’un Laurent Gbagbo de la Côte d’Ivoire, qui a préféré décliner l’invitation, et, d’autre part, celles de présidents « parias » comme le Soudanais Omar El Béchir, le Malgache Andry Rajoelina, et le Zimbabwéen, Robert Mugabe, qui ont vainement attendu le précieux bristol.

Le cadre de ce sommet, véritable théâtre de fête foraine, se prête plus au farniente qu’à de vraies cogitations devant déboucher sur des décisions ayant une incidence directe et concrète sur les populations africaines. Il ne faut tout de même pas oublier qu’on est sur la Côte d’Azur, lieu de plaisance où nombre de chefs d’Etat du continent possèdent des hôtels particuliers pour leurs vacances d’été !

 Publicité 
 
Nicolas Sarkozy et Sekouba Konaté  
Nicolas Sarkozy et Sekouba Konaté
 

De toute façon, on savait que cette Afrique-France allait donner lieu à de grands discours comme à l’accoutumée : une vraie litanie de déclarations d’intention. On n’en attendait donc pas grand-chose. Et, de ce point de vue, on n’est pas du tout déçu par les conclusions de cette grand-messe, qui passe plus pour des scories et des survivances d’un néocolonialisme hors du temps que pour autre chose.

Parmi les princes de la françafrique, quelques-uns ont pu faire parler d’eux : les généraux guinéen Sékouba Konaté et nigérien Salou Djibo. La raison à cela est qu’ils sont tous deux putschistes. Sur cette question, le président Jacob Zuma de l’Afrique du Sud, dans un entretien accordé à la chaîne de télévision France 24, a déclaré : « Nous souhaiterions que ces gens n’aient pas cette reconnaissance, parce que s’ils sont reconnus ici au même niveau pratiquement que les autres chefs d’Etat, cela pose un problème pour l’Afrique ».

Puis a ajouté que leur présence à de telles rencontres peut être perçue comme une exhortation faite aux militaires de renverser les pouvoirs civils dans nos pays. « Les inviter signifie une reconnaissance. C’est ainsi que c’est interprété sur le continent. Ils (les militaires) ne devraient pas pouvoir entreprendre des coups d’Etat. C’est contre la culture démocratique, que nous essayons de promouvoir en Afrique ».

Paul Biya et Nicolas Sarkozy à Nice  
Paul Biya et Nicolas Sarkozy à Nice
 

Mais à vrai dire, il y a de quoi se marrer devant de tels ostracismes. Certes, il est évident que Sékouba Konaté et Salou Dijbo sont des putschistes, mais c’est des putschistes pas comme les autres. Dans le premier cas, le coup d’Etat a catalysé aujourd’hui, après les errances d’un général et la boulimie du pouvoir d’un capitaine illuminé qui a fini par prendre une balle dans la tête, la relance du processus démocratique en Guinée. Dans le second cas, l’irruption du treillis dans l’arène politique a permis de mettre un terme à l’œuvre d’un colonel-président qui voulait trois ans pour finir ses chantiers. Pour être honnête, il faut reconnaître que ces deux ont fait une œuvre de salubrité publique.

Mais au lieu de vouloir mettre à l’index ces deux putschistes, pourquoi ne pas plutôt s’en prendre à ces présidents qui sont arrivés au pouvoir par les armes ou encore à ces roitelets qui sont déjà aux affaires et qui perpètrent régulièrement des putschs constitutionnels pour se scotcher à la magistrature suprême de nos Etats ? Ceux-là étaient pourtant les plus nombreux sur la Côte d’Azur. Nous ne citerons pas de noms de peur d’en oublier.

 
 

En effet, n’est-ce pas quelque part un coup d’Etat que de changer en cours de match les règles du jeu, de se tailler des Constitutions sur mesure et de sauter les verrous constitutionnels pour s’éterniser au pouvoir ?

La France a soutenu que c’est parce que les juntes guinéenne et nigérienne avaient donné des « garanties », avec à la clé un « calendrier électoral » et une transition démocratique se déroulant dans un cadre consensuel. Une réponse qui tient, certes, la route, mais difficile de ne pas voir en bas la laide vérité qui est que ces deux pays représentent des intérêts économiques stratégiques pour l’ancienne puissance colonisatrice, qui a besoin de l’uranium de Niamey et des richesses du sous-sol de Conakry.

Ce 25e sommet, présenté alors comme celui du renouveau et de la rupture avec les vieux réseaux d’influence postcoloniaux, n’est que de la poudre aux yeux. On ne peut pas, comme Sarkozy, être le candidat du CAC 40 et rejeter des pays qui ont un certain intérêt pour les opérateurs économiques français.

San Evariste Barro

L’Observateur Paalga


www.lefaso.net




       
Mots-clés
afrique   sommet france afrique   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 11 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Mali      Niger      Nigeria      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version