Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 20 Août 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Zimbabwe: les pourparlers au piétinent malgré l'intervention de Thabo Mbeki
31/08/2008
 

Les négociations qui ont officiellement repris vendredi semblaient ce week-end au point mort, même si personne n'osait officiellement l'avouer.
 
Par Rachel Kesseng
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Le président du Zimbabwe Robert Mugabe le 29 août 2008 à Harare  
Le président du Zimbabwe Robert Mugabe le 29 août 2008 à Harare
 

Les Discussions sur un partage du pouvoir au Zimbabwe achoppent une fois de plus, après une ultime tentative vendredi dernier du médiateur sud-africain Thabo Mbeki visant à relancer le dialogue entre pouvoir et opposition.
Suspendues depuis le 12 août, ces négociations ont officiellement repris vendredi, selon la présidence sud-africaine, qui a certifié que "le processus de dialogue se poursuivait". Mais le parti au pouvoir et le Mouvement pour le changement démocratique (MDC) ont simplement évoqué des "entretiens".

Selon le ministre de la Justice Patrick Chinamasa, cité dans le journal Sunday Mail, Le président Mbeki les a rencontrés séparément à Pretoria pour "savoir quel chemin prendre", Les deux délégations sont ensuite rentrées au Zimbabwe, dans l'attente de déclarations du médiateur.


 Publicité 
 
Le président sudafricain Thabo Mbeki le 17 août 2008 au Sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe © AFP  
Le président sudafricain Thabo Mbeki le 17 août 2008 au Sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe © AFP
 

"Nous restons confiants, tout en étant prudents, sur le fait que le dialogue aboutira", a déclaré dimanche à l'AFP le porte-parole du MDC Nelson Chamisa, qui en appelle au soutien de l'Afrique australe et de l'Union africaine.Mais le silence des gouvernements sud-africain et zimbabwéen ainsi que de l'opposition, montre bien que la situation est tendue.

l'analyste politique zimbabwéen Lovemore Madhuku, estime que
"Les pourparlers sont morts depuis longtemps. Il n'y a rien qui puisse sortir de ces consultations. Ces hommes politiques devraient tout simplement avouer publiquement qu'ils n'ont pas réussi à parvenir à un accord". Une source proche de l'opposition fait preuve du même pessimisme, estimant que "les chances sont de plus en plus minces".

Ces pourparlers visent à sortir le Zimbabwe d'une paralysie politique née de la défaite historique du régime aux élections générales fin mars et de la réélection contestée du président Robert Mugabe le 27 juin. Ils achoppent à l'issue de trois semaines de négociations sur le contrôle de l'exécutif, point de discorde majeur.

L'Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF), lui campe sur ses positions, outrée par une nouvelle proposition du MDC de coprésider le gouvernement avec M. Mugabe, proposition que l'opposition n'a pas confirmée.
"Tout ce qui reste à faire pour le MDC, c'est de signer l'accord ou de le retenir tant qu'il le veut, sachant pertinemment que la formation d'un gouvernement se fera sans encombre", souligne un responsable de la Zanu-PF, citée samedi par The Herald.


Le zimbabwéen Morgan Tsvangirai, secrétaire général du Mouvement pour le changement démocratique à Johannesburg le 16 août 2008 © AFP  
Le zimbabwéen Morgan Tsvangirai, secrétaire général du Mouvement pour le changement démocratique à Johannesburg le 16 août 2008 © AFP
 

Le président Mugabe, a annoncé qu'il formerait "prochainement" un gouvernement après avoir officiellement ouvert le Parlement en début de semaine, au grand dam du MDC, qui en a remporté la présidence et hué le chef de l'Etat en signe de protestation.

"Les membres du parti au pouvoir pensaient qu'un accord avec le MDC permettrait de résoudre la crise économique. C'est au MDC de trouver une sortie après l'échec des pourparlers. Il pense que les pressions économiques vont pousser la Zanu-PF vers la table des négociations mais ce n'est pas assez", souligne M. Madhuku.

Vendredi, le régime a mis un terme à la suspension de l'activité des organisations humanitaires dans ce pays où 80% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Un soulagement pour plus de quatre millions de Zimbabwéens.
Au Zimbabwe, les denrées se font de plus en plus rares, les coupures d'électricité sont constantes et l'hyperinflation a atteint en juin un taux annuel officiel de 11,2 millions de pour cent.

Le MDC "espère (...) que la nourriture sera distribuée de façon non-partisane" et rapporte de nouveaux cas de pression. Sur ses cinq députés arrêtés en début de semaine, un seul a été libéré sous caution et les violences se poursuivent, portant à près de 200 le nombre de personnes tuées depuis les élections générales fin mars.


       
Mots-clés
afrique   afrique du sud   politique   zimbabwé   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 0 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Italie      Mali      Mario Balotelli      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Thomas Barwuah      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version