Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 19 Juillet 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesCultureArticle
Livre : Ségou de Maryse Condé
23/10/2007
 

Retour sur Ségou, le chef d'oeuvre intemportel de la romancière guadeloupéenne Maryse Condé
 
Par Iphri.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
La tragique histoire d'une Cité

En même temps que ses yeux parcouraient la page, Eucaristus croyait entendre la voix, les paroles de Malobali:

“Un jour, tu viendras à Ségou. Tu n’as jamais vu de villes pareilles à celle-là. Les villes ici sont les créations des Blancs. Elles sont nées du trafic de la chair des hommes. Elles ne sont que de vastes entrepôts. Mais Ségou! C’est comme une femme que tu ne peux posséder que par la violence…”

Sanglotant de honte, de remords et de douleur, Eucaristus s’abattit sur sa couche.


 Publicité 
 
 
© amazon.fr  

Immense. Il est difficile de qualifier autrement le chef-d’oeuvre de Maryse Condé. Immense est bel et bien le seul mot qui lui convienne.

Imaginez un livre qui vous emmène à Tombouctou, a Djenné, à Sokoto, à Lagos, à Saint-louis du Sénégal, au Dahomey, au Ghana, en Sierra-Leone, au Maroc, mais aussi en Jamaïque, au Brésil, en Angleterre. Imaginez un livre qui ravive 60 ans du passé de l’Afrique, qui parle du destin d’une grande famille africaine sur trois générations. Imaginez un livre qui donne vie à des dizaines et des dizaines de personnages historiques ayant réellement existé, tels que El Hadj Omar Tall, Samory Touré, Ousman Dan Fodio, Mansa Da Monzon, Cheikou Hamadou, Mari Diarra, Guézo et tant d’autres. Imaginez un livre qui parle d’Histoire à travers une histoire.

Et imaginez Ségou. Non, ça c’est impossible, il est impossible d’imaginer Ségou. Il faut la vivre soi-même. Ou alors, peut-être, il faut laisser Maryse Condé vous la raconter, seule la magie et la poésie de sa plume peuvent réussir à recréer l’atmosphère de cette antique Cité.

En 1797, Ségou est la capitale du royaume des Bambaras, qui s’étend le long du fleuve Niger entre les villes de Bamako et de Tombouctou. C’est un royaume très puissant et très vaste qui tient en vassalité de nombreux autres royaumes, comme les Peuls du Macina par exemple, ainsi que les Bozos, les Dogons, les Touaregs, et les Sarakollés.


L’époque est pourtant trouble. Il y a ces esclavagistes qui saignent le pays, à travers le desert ou à travers l’océan; il y a ces vents religieux qui soufflent et veulent forcer les Bambaras à abandonner leurs Dieux pour celui des musulmans ou celui des chrétiens. Mais en 1797, les Segoukaw sont au faîte de leur puissance, et ils peuvent encore faire front contre tous leurs ennemis, et contre tous les prosélytes religieux. Mais combien de temps cela durera-t-il? Telle est déjà la question que se pose Doussika Traoré, un des membres les plus éminents de l’aristocratie de Ségou, un des conseillers les plus écoutés du Roi, le Mansa Da Monzon.

Ségou est l’histoire de Doussika Traoré et celle de ses descendants, que les guerres et l’esclavage éparpilleront aux quatre coins de la terre. C’est l’histoire de son premier fils, Tiékoro, fasciné par l’islam, et qui devint le premier “Modibo” de Ségou, le premier erudit musulman de la ville. C’est celle de son deuxième fils, Naba, qui sera capturé déporté au Brésil comme esclave. C’est l’histoire de son troisième fils, Siga, le mal aimé qui traversera le desert jusqu’à Fès. C’est l’histoire de son quatrième fils, Malobali, que le sort conduira à Lagos, la plaque tournante du négoce de chair humaine. Quatre hommes, et aussi quatre destins semblables à ceux que connurent la très grande majorité des africains durant la première moitié du 19e siècle.

 
 

Et la complexité de l’itinéraire des fils de Dousika Traoré ne pouvait que générer une complexité encore plus grande par rapport au destin de ses petits-fils. Que ce soit à travers Mohamed, fils de Tiékoro et prince de l’Empire de Sokoto, ou à travers Eucaristus, fils de Naba et prêtre engagé dans l’évangelisation de l’Afrique, ou encore à travers Olubunmi, le fils de Malobali qui finira comme tirailleur au service des colons français, la troisième génération des Traoré est une pléthore de profils extrêmement variés, de drames personnels profondément tragiques.

Au-delà des évènements et des tragédies qui affectent les uns et les autres, Ségou est aussi une fenêtre sur les moeurs en l’Afrique et dans le monde à une certaine époque. Que ce soit dans ces descriptions de la vie quotidienne à Ségou, à Tombouctou, au Ghana, en Jamaïque, au Brésil ou même à Londres, que ce soit dans cette fine description des moeurs, la richesse et la precision dans le détail sont telles que le miracle s’opère: on est si transporté qu’on a la réelle impression d’être témoin occulaire.

Et à ce propos il est important de noter que sur l’un des thèmes clés de l’oeuvre, à savoir l’esclavage, on ne peut qu’être admiratif devant le courage qu’elle a eu à montrer en toute simplicité les travers odieux du système de castes en Afrique, même si on peut en même temps lui reprocher d’avoir indistinctement qualifié d’esclaves des gens qui n’étaient en fait que des serfs.


L’Histoire, bien sûr, est centrale dans cette oeuvre. Anecdotes comme l’arrivée de l’explorateur britannique Mungo Park à Ségou, ou grands mouvements comme la guerre sainte de El Hadj Omar Tall, Ségou met en scène une variété encyclopédique de faits historiques avérés. Maryse Condé effectue ici un titanesque travail de reconstitution historique, un travail qui porte ses fruits tant il est vrai que la fiction devient pratiquement indistinguible de la réalité.

Ségou, c’est une vaste fresque peignant l’écartèlement, l’effondrement, l’éclatement de l’Afrique; c’est une vaste fresque peignant l’Homme et peignant l’Africain. Mais surtout, Ségou est tout simplement une oeuvre littéraire immensément belle, immensément grande, infinie.


Je crois que la grande leçon que m’a apportée l’Afrique, et pas seulement Ségou, c’est de m’assumer en tant que femme noire, consciente de son altérité, de la richesse du monde auquel elle appartient. De décentrer l’Europe, c’est-à-dire de cesser de la considérer comme une référence absolue, le lieu unique des valeurs culturelles.

Maryse Condé


Vous aimez la littérature ? www.iphri.net

       
Mots-clés
afrique   ghana   littérature africaine   littérature afro caribéenne   livre   maryse condé   ségou   senegal   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 6 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Can 2010      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version