Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 19 Janvier 2020 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesParcoursArticle
Régis Cornelie: d'HEC au BCG
13/03/2003
 

Découvrez ce mois le Parcours de Régis Cornélie, jeune guadeloupéen ayant vécu aux Antilles, qui a ensuite fait une prépa HEC qui l'a mené de New York à Paris, du Crédit Lyonnais au BCG, en passant par le lycée "Ginette"
 
Par Hervé Mbouguen
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Les années prépa
Régis Cornélie pendant sa prépa à "Ginette" en 1992  
Régis Cornélie pendant sa prépa à "Ginette" en 1992
 

grioo.com: Bonjour, pouvez-vous vous présenter à nos internautes?

Je m’appelle Régis Cornélie, et je suis Français, Français des Antilles ! Je suis né en Guadeloupe en 1975, et j’y ai grandi jusqu’à l’obtention de mon baccalauréat. J’ai ensuite rejoint la région parisienne pour poursuivre mes études secondaires.

Vous faites vos études secondaires aux Antilles, et rejoignez « la métropole » comme disent certains pour y effectuer une prépa HEC. Avez-vous ressenti une différence de rythme significative suite à ce changement, ou l’adaptation s’est-elle passée sans problème ?

Le rythme d’une prépa n’a rien à voir avec celui du lycée. En prépa j’ai eu l’impression que par comparaison, je n’avais jamais vraiment travaillé auparavant. Il y a donc eu une vraie rupture pour moi entre le lycée et la prépa. Mais je ne l’ai pas perçue comme une rupture entre la scolarité aux Antilles et la scolarité en métropole. Et de fait, mis à part l’histoire et la géographie, je n’ai pas ressenti de décalage de niveau entre mes camarades métropolitains et moi même. J’avais un copain qui venait du même lycée que moi en Guadeloupe et qui se retrouvait dans le même lycée que moi en prépa, qui pour sa part s’en sortait très bien.

Par contre, j’ai ressenti à Paris une forte différence de rythme avec la Guadeloupe dans l’activité économique. Les gens pressés dans le métro, les commerces ouverts plus longtemps et brassant plus de monde. Tout cela était assez frappant pour moi.

1994, vous intégrez la prestigieuse école HEC. Votre ressenti 9 ans plus tard sur les classes préparatoires, ce moment probablement particulier de votre vie ?

Comme beaucoup de gens qui sont passés par le lycée Sainte Geneviève, « Ginette », pour leur prépa, j’en garde un excellent souvenir. Les années de prépa sont celles où l’on découvre un nouveau monde, avec d’autant plus de brutalité que l’on vient de loin. Ce sont des années où l’on se forge le caractère que l’on aura à l’âge adulte. Les années de prépa à Ginette m’ont beaucoup plus marqué que les années à HEC. L’expérience Ginette constitue un apport plus fondamental pour la façon de voir la vie et l’établissement de nouveaux liens loin de ma terre natale.


 Publicité 
 
Régis intégrera HEC au terme de sa prépa  
Régis intégrera HEC au terme de sa prépa
 

Etiez-vous parfaitement « intégré » durant ces années prépa, ou vous est-il arrivé d’être victime du racisme ?

La vie à Ginette était semblable à la vie dans un village où l’on avait rassemblé 700 jeunes venant d’un peu partout, de la province et de l’étranger. Il y avait aussi des parisiens et des versaillais, mais nous étions tous sur un pied d’égalité. Même les versaillais étaient à l’internat. Etre confronté à des gens venant d’horizons aussi divers permet d’avoir une certaine ouverture d’esprit. La loi du concours et le principe de méritocratie évitent de se racrocher à des considérations d’exclusion de l’autre non fondées. Je n’ai pas du tout souffert de racisme dans le milieu de la prépa. J’avais mon rôle au sein du lycée au même titre que les autres élèves, et j’ai même été désigné la deuxième année comme représentant des élèves de prépa HEC au Conseil de Perfectionnement de l’école.

Dans ces conditions, le racisme dont j’ai pu faire l’expérience hors du milieu de la prépa était d’autant plus surprenant et blessant. Il était le fait de petites gens ordinaires, dans la vie de tous les jours. Il m’est arrivé de le subir de la part de chauffeurs de taxis, ou de commerçants quelconques. Mais Ginette était mon cadre de vie principal et limitait mon exposition au racisme.

Vous avez brillamment tordu le cou du mythe de l’antillais sans ambition, et qui terminera sa carrière à La Poste ou à la RATP. Qu’avez-vous à dire à ceux qui tiennent ces propos stupides ?

Les Antillais qui ont migré en métropole vers les années 1960 ont pour beaucoup fait carrière dans le secteur hospitalier, à la Poste, la RATP et d’autres administrations publiques. Je pense que c’est tout simplement parce que ces filières recrutent sur concours administratif. Des antillais arrivant en métropole à cette époque avaient certainement plus de facilité à être recrutés par des processus anonymes et égalitaires que par des entretiens en face à face dans le secteur privé. Aujourd’hui, je pense que la population française, ou du moins parisienne, est déjà plus habituée à la présence des noirs en son sein, et que les noirs ont par conséquent un accès plus facile à l’emploi. Ils peuvent dans une plus large mesure trouver du travail hors de l’administration.

D’autre part, Paris jouit d’une meilleure information sur les rouages du système scolaire et de l’ascenseur social que la province, les DOM TOM l’étranger. Par conséquent, les élèves antillais n’ont pas toujours été aussi bien orientés que les élèves parisiens. Au moment où j’ai décidé de faire une prépa HEC, beaucoup de personnes en Guadeloupe pensaient encore que tous les bons élèves doivent faire Math Sup, alors qu’on sait à Paris que les filières d’excellence sont multiples.


CLInvest/ Crédit Lyonnais, fusion et acquisitions
Régis Cornélie  
Régis Cornélie
 

Vous quittez JobSesame pour un groupe plus connu, plus grand, a priori plus solide. Pouvez-vous nous décrire vos motivations à partir de JobSesame pour le Crédit Lyonnais ?

Dès le mois de juillet 1997 je m’étais engagé à travailler pour le Crédit Lyonnais en fusions & acquisitions à New York. Il était prévu dès l’origine que je participe au lancement de JOBSESAME puis que je poursuive ma propre voie.

Vous travaillez à New York, puis à Paris. Pouvez-vous nous décrire vos activités ?

A New York j’ai d’abord occupé le poste d’analyste en fusions & acquisitions. Je réalisais tout le travail de base du métier en effectuant des recherches et des analyses financières de sociétés à vendre/acheter. J’ai appris les différentes méthodes de valorisation d’entreprise, et les différents usages de communication dans le monde de la banque d’affaires anglo-saxonne. Au moment de quitter New York pour continuer le métier à Paris, j’étais parvenu au grade d’associate. J’étais alors plus autonome dans mon travail. Sous la responsabilité directe d’un Vice President je devais assumer la conduite de processus complets de cession d’entreprise ou de présentation d’offre pour une acquisition.

Quelles satisfactions avez-vous retirées de cette période de votre carrière ?

New York est une ville unique, exceptionnelle. Apprendre le métier de la banque d’affaires dans un tel contexte est une expérience très excitante. A Paris j’ai participé à des opérations de taille significative. C’était à la fois un peu grisant et en même temps trsè instructif de voir le monde des affaires à travers le prisme des fusions & acquisitions.


Crédit Lyonnais  
Crédit Lyonnais
 

Quels éléments vous ont laissé des souvenirs moins positifs ?

Le retour à Paris fut par certains aspects un peu difficile. Il a fallu s’habituer à des modes de travail un peu moins directs. Mais j’ai pu jouir de l’autonomie que j’avais acquise à New York, car j’ai eu la chance de travailler avec le même supérieur hiérarchique à New York et à Paris.

Vous avez connu le monde du travail anglo-saxon, ainsi que le monde français. Quelles différences majeures avez-vous observées ?

La communication semble plus directe et plus simple dans le contexte anglo-saxon. Le contexte français semble beaucoup plus marqué par l’importance des jeux politiques. Cela donne parfois une impression de gaspillage d’énergie. D’autre part, d’après mon expérience les anglo-saxons établissent une distinction plus nette entre leur travail et leur vie privée. Dans la journée ils vont travailler sans relâche, quitte à déjeuner à leur bureau s’il le faut, et partiront relativement tôt le soir afin de rejoindre leur famille. En caricaturant, je décrirai le cadre français comme trainant la journée à la machine à café et au téléphone, et se plaignant le soir de devoir rentrer tard chez lui. Il y a une sorte de snobisme à travailler tard en France qui est parfois un peu irritant.

D’ordinaire, ceux qui travaillent aux Etats-Unis éprouvent les pires difficultés à revenir sur le « Vieux Continent ». Comment expliquez-vous votre retour ?

Je suis revenu pour des raisons personnelles. Je n’exclue pas de repartir.


The BCG: Boston Consulting Group
The Boston Consulting Group  
The Boston Consulting Group
 

Mai 2001, vous intégrez le prestigieux BCG. Pouvez-vous décrire votre rôle ?

Il y a au BCG trois grands groupes de ‘professionnels’ :
-les associés du cabinet, qui vendent les missions,
-les chefs de projet, qui gèrent le déroulement des missions,
-les consultants, qui travaillent en étant coordonnés par les chefs de projet.

Je fais partie des consultants.

Combien de personnes managez-vous et comment décririez-vous vos rapports ?

Je ne manage personne. Sur chaque nouvelle mission, je suis placé avec d’autres consultants sous la responsabilité d’un chef de projet différent. Chaque consultant est relativement autonome dans l’organisation de son module de travail.

Quelle est l’ambiance générale de votre entreprise ?

En prenant ses habitudes, on perd le recul nécessaire pour décrire le fonctionnement de l’entreprise. Quand je suis arrivé au BCG j’étais frappé par la facilité des rapports entre tous, quels que soient les niveaux hiérarchiques. Les gens sont très cordiaux, et tout le monde se connaît plus ou moins. L’ambiance est très studieuse, bien évidemment, mais les contacts sont vraiment faciles.

Quelle place y jouent les noirs ?

Les critères de recrutement sont transparents, et des gens de tous les horizons sont recrutés dans l’entreprise. Tous les groupes ethniques sont représentés. Ceci dit, la diversité semble plus affirmée dans les bureaux américains qu’à Paris. Il s’agit là d’un simple reflet du milieu économique.

Etes-vous satisfait de votre évolution depuis votre entrée dans la société ?

Le système d’évolution au BCG est très cadré. Chacun reçoit des ‘feedbacks’ à la fois de ses supérieurs et de ses subordonnés. Ce sont ces feedbacks qui déterminent l’évolution dans la société, selon les mêmes critères pour tout le monde. Je suis donc soumis aux mêmes règles d’évolution que les autres.


Régis Cornélie  
Régis Cornélie
 

Votre évolution salariale vous semble-t-elle identique à celle des membres d’autres communauté ?

Le système de rémunération au BCG est très transparent et ne permet pas de faire de la discrimination. Il n’y a pas de différence entre moi et mes pairs en termes de rémunération et de responsabilités.

Quelle est votre fourchette de rémunération actuelle ?

Suffisamment pour être content

Que vous voyez-vous faire dans 5 ans ?
Un artiste dont j’ai oublié le nom disait « If you know what you’re going to do, what’s the point of doing it ? »

Comment vous contacter ?
cornelie.regis@bcg.com

Un conseil à donner aux plus jeunes qui aimeraient suivre votre exemple ?
Pour obtenir ce que l’on veut il n’y a pas de miracle, il n’y a que le travail et la conviction. Il faut à la fois accomplir sa tâche et ne pas douter de son succès. Mais par dessus tout, il faut avoir choisi soi-même son orientation. Pour avoir l’énergie d’accomplir sa tâche et ne pas douter de son succès, il faut être sûr de suivre sa propre voie et non pas un chemin indiqué par d’autres.



       
Pour en savoir plus
 Le site officiel du Boston Consulting Group
 Site officiel du Lycée Sainte-Geneviève
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 4 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
  
  
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Guinée      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version