Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 27 Octobre 2020 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesHommes IllustresArticle
Jesse Owens (1913-1980) : Le plus grand athlète du 20è siècle?
15/03/2003
 

Owens battit trois records du monde en 70 minutes en 1935 et fut le premier athlète de l'histoire à gagner 4 medailles d'or aux jeux olympiques de Berlin en 1936
 
Par Paul Yange
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Jesse Owens à l'Ohio State University  
Jesse Owens à l'Ohio State University
© Margaret Bourke White/ life time inc
 

James Cleveland Owens est né le 12 septembre 1913 à Danville dans l'Alabama. Il est le septième enfant de Henry et Emma Owens. Jusqu’à l’âge de sept ans, lui et sa famille vivent dans le sud profond des Etats-Unis jusqu'à ce qu'en 1920, son père décide d'émigrer dans un autre Etat afin de trouver un meilleur travail. Le père Owens se fixera dans l'Ohio. Lors de son arrivée à Cleveland, le petit James Cleveland est inscrit dans une école publique et lorsque l’institutrice lui demande son prénom, il répond "JC", mais cette dernière comprend "Jesse", et c’est de cette façon qu’il sera appelé tout le reste de sa vie. L’Ohio n’était pas aussi prospère que l’espéraient les Owens et la famille demeura très pauvre. Jesse effectuait des petits boulots pendant son temps libre et découvrit qu’il aimait courir.

Au lycée lors d’une séance de sport, un coach remarqua son talent sur une course de 60 yards (environ 55 mètres) et lui demanda d’être membre de l’équipe d’athlétisme du lycée. Jesse devint une star dans sa catégorie d’âge, réalisa plusieurs performances de choix sur 100 yards (91 mètres), 220 yards (200 mètres) et en saut en longueur. Grâce à son talent, l’équipe de son lycée remporta la victoire lors des compétitions interscolaires en 1933.

 Publicité 
 
en pleine action...  
en pleine action...
 

Plusieurs universités prestigieuses cherchent alors à le recruter dans leur équipe d’athlétisme. Il choisit la Ohio State University. Les Etats-Unis vivant sous la ségrégation raciale, Owens vit quelques expériences difficiles : quand il voyage avec l’équipe, il mange ou dort dans des restaurants où des hôtels pour "pour noirs seulement". Parfois, certains hôtels pour "blancs seulement" acceptent des sportifs "de couleur", mais ceux-ci doivent passer par la porte de derrière et utiliser les escaliers au lieu de prendre l’ascenseur.

Owens termine 3è lors du championnat des championnats des Etats-Unis quelques mois plus tard, mais c’est en 1935, le 25 mai, à Ann Harbor dans le michigan, lors de la compétition des "Big Ten" qu’il commence à écrire sa légende. Au cours de cette compétition à laquelle il a failli ne pas participer car il était tombé dans un escalier et ressentait de violentes douleurs dorsales, Jesse bat trois records du Monde et égale un quatrième, le tout en l’espace de 70 minutes. Sur 100 yards (environ 90 mètres), Owens fut chronométré en 9,4 secondes, égalant le record du monde. A peine remis de sa course, Owens s’engagea sur le saut en longueur. Son bond fut mesuré à 8,13 mètres, record du monde battu. Owens était le premier homme à franchir la barre des 8 mètres, et son record du monde allait tenir 25 ans, jusqu’en 1960 aux jeux olympiques de Rome. Quelques dizaines de minutes plus tard, sur 200 mètres et 200 mètres haie, il établissait à nouveau deux records du monde en respectivement 20,3 secondes et 22,6 secondes. Owens regagna les vestiaires sous les acclamations des 10 000 spectateurs qui venaient d’assister à un moment historique. Jamais un athlète dans l’histoire de l’athlétisme n’avait battu trois records du monde et égalé un quatrième.

Lors des Jo de Berlin en 1936 avec l'allemand Carl Ludwig Long qui deviendra un de ses amis  
Lors des Jo de Berlin en 1936 avec l'allemand Carl Ludwig Long qui deviendra un de ses amis
© g eisen
 

Pendant l’hiver 1935-1936, Owens se soumet à un intense travail de préparation et arrive au sommet de sa forme lors des jeux olympiques de Berlin, qui se déroulent en août 1936 à Berlin, dans l’Allemagne nazie. Il est inscrit sur 100 mètres, 200 mètres et relais 4x 100 mètres de même qu’en saut en longueur. Sur 100 mètres Owens s’impose face à son compatriote Ralph Metcalfe en 10,3 secondes. En longueur, il s’impose face à l’allemand Ludwig Long soutenu par 100 000 spectateurs et qui très sportivement le félicitera pour sa victoire. Sur 200 mètres, Owens s’impose en devançant son compatriote Matthiew Robinson en 20,7 secondes. Enfin quelques jours plus tard, il participe à la victoire du relais 4 X 100 mètres avec l’équipe américaine et décroche ainsi sa 4 è médaille d’or. Il est le premier athlète de l’histoire à remporter quatre médailles d'or au cours d’une même olympiade.

De retour au pays, New York lui fit un accueil triomphal sur Broadway, noyée sous une pluie de confettis. Pour des raisons financières (sa famille connaissait toujours des difficultés malgré ses succès) il passe professionnel au printemps 1937 et le demeura jusqu’en 1948. Il participa à diverses courses exibitions, et à une tournée de démonstration en compagnie des célèbres basketteurs américains de l'équipe des Harlem Globe Trotters.

 
 

Engagé par Ford Motors afin de servir de médiateur entre les ouvriers noirs de l'usine de Detroit et le patronat, il fit son retour sur le devant de la scène dans les années 1950 en tant qu'ambassadeur itinérant de l'administration Eisenhower.

Pourtant, Owens, plutôt favorable aux bonnes relations consensuelles entre noirs et blancs, se vit déborder par le mouvement noir des années 1960. Déjà contesté au sein de sa propre famille, il fut particulièrement choqué par l'attitude du "Black Power" de Tommie Smith et John Carlos sur le podium du 200 mètres de Mexico en 1968 (Poings gantés brandis). Ecartelé entre son identité noir et son esprit plus conformiste, il se retira progressivement de la vie publique et se passionna pour la collection de timbres et de pièces de monnaie olympique. Il avait assisté à tous les Jeux depuis 1952, lorsqu'il s'éteignit en mars 1980, à l'âge de 66 ans, des suites d'un cancer du poumon.

jesse owens en 1963 lors d'une conference en allemagne  
jesse owens en 1963 lors d'une conference en allemagne
 

Célébré, oublié, contesté, puis définitivement adopté au panthéon des athlètes modernes, décoré par le président Ford en 1976, Jesse Owens est l’une des figures les plus emblématiques de l’athlétisme. Il ne fut pas le premier sprinter noir d’envergure, mais il fut le premier champion de renommée internationale, ouvrant ainsi la voie à plusieurs générations de sprinters noirs talentueux. Perfectionniste, modeste et doté d’une exemplaire sportivité, Owens avait, à Berlin, apporté un démenti aux thèses raciales défendues par les nazis dans les années 1930. Ambassadeur de la beauté du sport, il consacra le restant de sa vie à défendre l’idéal olympique dont il avait si bien fait preuve sur la piste.


"Le poing ganté levé est un symbole vide. Quand vous l'ouvrez, vous n'avez rien d'autre que des doigts, faibles et vides. Le seul moment où le poing noir a une signification c'est quand il contient de l'argent. C'est là que réside le pouvoir." (critiquant Tommy Smith et John Carlos qui avaient brandi leurs poings pour effectuer le salut du black power sur le podiuum lors des Jeux Olympiques de Mexico en 1968).


"J'ai réalisé que le militantisme dans le meilleur sens du terme était la seule réponse que pouvait faire l'homme noir, et que tout homme noir qui n'était pas militant en 1970 était soit un aveugle, soit un lâche". (1972 dans son livre "I've changed")

Vidéo : Jesse Owens aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936



Jesse Owens vs Hitler



Jesse Owens aux jeux Olympiques de Berlin (2)






       
Mots-clés
athlétisme   discrimination   droits civiques   jesse owens   jeux olympiques   racisme   ségrégation raciale   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 10 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 1
  bien dans sa peau
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 2
  Saine alimentation
  Bang gia cac loai vai bat moi nhat của Hoa Phat Dat
  Billets - Comment perdre du ventre - DotClear 1.2-rc
  
  Conseils alimentaires
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version