Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 20 Mai 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesCultureArticle
Fanta Régina Nacro : « l‘humanité à besoin d’actes symboliques forts »
05/07/2005
 

La réalisatrice burkinabé présente son nouveau film. « La nuit de la vérité ». Une fable sur la difficulté de construire la paix après des périodes de guerre. Fanta Régina Nacro revient également sur son combat féministe.
 
Par Raoul Mbog
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

Note de Grioo.com: Partenaire du film, Grioo.com permet aux premières personnes qui appeleront le 01 40 09 06 00 de bénéficier d'une entrée gratuite pour la première séance du 6 Juillet.
Il n'y en aura peut-être pas pour tout le monde...

Le film est diffusé à Paris dans les salles :
Les 7 parnassiens, 98 bd Montparnasse 75014
l'Espace Saint Michel 7 place Saint Michel 75005 Paris.
En banlieue, il sera diffusé à L'Ecran à Saint Denis et au cinéma Les
Lumières à Nanterre.
Pour les salles en province vous pouvez vous référer au site des Histoires Weba www.leshistoiresweba.com

 Publicité 
 
« La nuit de la vérité »  
« La nuit de la vérité »
© leshistoiresweba.com
 

Vous vous êtes fait connaître en développant un cinéma où la satire sociale passait par l’humour. Pour votre premier long métrage, vous attaquez un sujet grave et pas du drôle. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on ne vous a pas vue venir, en tout cas sur ce terrain de la guerre…

Il est vrai que pour mes courts-métrages, j’ai toujours employé l’angle de l’humour et de la comédie pour faire passer des messages importants. Mais dans « La nuit de la vérité », je ne voulais justement pas faire passer un message. Le but était de susciter la réflexion sur l’un des plus grands fléaux de tous les temps, la guerre, de même que sur la capacité des peuples à retrouver entente et harmonie après des périodes de déchirements. Et pour moi, le meilleur moyen d’y arriver n’était pas nécessairement l’humour.

Fanta Régina Nacro  
Fanta Régina Nacro
© fiff.ch
 

Je n’ai pas envie de croire que l’idée d’écrire un film comme celui-ci vous est venu par hasard…Pourquoi un film sur un sujet aussi difficile pour un premier long-métrage ?

J’ai l’habitude de travailler dans l’urgence. Dès lors qu’un sujet me vient à l’esprit, je ne trouve la tranquillité que dès lors que je l’ai traité. Plus précisément l’idée de faire ce film m’est apparu en 1999 lors de la guerre en Yougoslavie. Les images de la guerre et les témoignages des victimes m’ont conduite vers une réflexion sur les atrocités, les conflits, la violence. Qu’est-ce qui peut amener un individu à un moment de son existence à perpétrer des actes qui parfois relèvent de l’inimaginable ? Par la suite, tout à fait naturellement, je me suis penché sur des drames qui m’étaient plus proches, comme le génocide du Rwanda ou encore cette histoire d’un de mes oncles qui s’est fait tuer dans un barbecue parce qu’il était soupçonné d’avoir fomenté un coup d’Etat.

On y retrouve tout le militantisme et tout l’engagement que vous avez mis dans vos précédents films, puisqu’il apparaît clairement que vous défendez avec force l’idée d’une paix possible et durable dans le monde. Doit-on considérer que votre cinéma est avant tout un cinéma de combat ?

Mon cinéma se veut avant tout un cinéma éducatif. Je suis convaincu du pouvoir de persuasion de l’image et du son, et je m’en sers pour communiquer avec un large public. Il se trouve simplement que tous les sujets que j’aborde sont des sujets de combat. En ce sens, oui, on peut effectivement voir mon travail comme acte militant et politique.

Edna  
Edna
© fanta-nacro
 

« La nuit de la vérité » doit-il être vu comme un rêve, un espoir ou comme la conviction qu’une réconciliation est toujours possible après une longue guerre ?

Au delà de l’espoir qui est d’ailleurs très infime dans le film, ce que je voudrais avant tout, c’est mettre le doigt sur la fragilité de la paix. Il ne s’agit par exemple pas seulement de signer des accords, comme on le voit souvent, pour que la paix revienne. Car en réalité, il suffit d’un rien pour que tout s’embrase. J’essaie de l’illustrer tout le long du film à travers par exemple l’allégorie du tambour, le regard, des petites choses comme ça qui peuvent raviver des souvenirs et donc susciter des désirs de vengeance. On doit en permanence être d’une vigilance extrême si on veut avoir la chance de bâtir une paix durable et universelle. Et pour cela , il faut que l’individu s’implique, qu’il aille chercher au plus profond de lui-même le courage et la force nécessaire pour surpasser les germes de violence qu’il y a en chacun de nous. Je pense que l’une des plus grandes faiblesses de l’humanité aujourd’hui, c’est la difficulté à trouver un équilibre entre l’affirmation de ses convictions et l’acceptation de la différence. Cela peut paraître banal, mais ce ne sont pas des choses simples. Et tant que l’on n’aura pas pris cela en compte, on vivra toujours dans un monde dangereux.

 
© fanta-nacro  

Qu’est-ce qui, selon vous, est le plus important dans le processus de réconciliation ? C’est le pardon d’abord ? Ou un gros travail de repentir à faire sur soi-même ?

Je pense que ce qui est important avant tout, c’est la vérité. Tant qu’on n’a pas pu établir ce qui s’est réellement passé et ce qui a pu motiver les actes des uns et des autres, on ne peut espérer aucune guérison. Il faut pouvoir avoir la paix du cœur d’abord. Et cela passe par le choc, la douleur, la souffrance que peut générer la vérité. Ensuite seulement on peut aller vers l’autre. Je crois beaucoup en la catharsis. Parce que, plus on éprouve des choses au plus profond de soi, plus on les comprend et mieux on peut se porter. Bien sûr, tout ce travail d’établissement de la vérité doit être mené avec prudence et délicatesse.

L’horreur  
L’horreur
© fanta-nacro
 

Parce qu’on voit bien dans le film que Edna l’épouse du président refuse d’oublier – et donc forcément de pardonner-, le meurtre de son fils par les Bonandé. L’oubli et le pardon sont-ils liés ?

Je ne trouve pas de lien bien précis. Parce que je me suis moi-même toujours posé la question de savoir ce que je ferais si je me trouvais devant le bourreau d’un proche. Face à la difficulté de répondre à cette question, Marc Gautron mon co-scénariste et moi, nous avons pensé que le meilleur moyen de redonner de l’espoir à la vie, c’était de poser un acte sacrificiel qui se traduit à travers la mort d’Edna dans le film. Mais aussi à travers le pacte de sang. J’ai le sentiment que dans le monde d’aujourd’hui, nous sommes arrivés à ce moment crucial. C’est-à-dire que face à toutes ces intolérances, la xénophobie, le racisme, la violence, il faut poser des actes symboliques forts pour pouvoir avancer.

Même les dessins témoignent de la violence  
Même les dessins témoignent de la violence
© fanta-nacro
 

Le film est construit sur les trois règles de la tragédie classique. Qu’est-ce qui justifie cette approche ?

Nous sommes partis du constat que les notions de pardon, de réconciliation, d’oubli, sont des notions assez abstraites. Mais seulement, jusqu’au jour où l’on se retrouve devant le bourreau de son enfant. A cet instant précis, qu’est-ce qui se passe ? Nous avons donc ainsi été amenés à construire le film autour de cet instant T. Ce qui donne finalement à « La nuit de la vérité » des allures d’un drame shakespearien.

Les acteurs sont assez à l’aise dans leur jeu. Malgré des déclamations pleines de théâtralité. J’imagine que cela n’a pas été simple de les diriger…
Cela a été d’autant moins simple que, comme vous le savez, nous n’avons pas beaucoup de comédiens professionnels en Afrique, notamment au Burkina Faso où le film a été tourné. Je n’avais ni le temps ni les moyens de recruter des non-professionnels et les former aux usages et codes militaires. Pour beaucoup de rôles, j’ai été amenée, avec l’aide de l’Armée, à recruter des acteurs au sein même des militaires afin d’obtenir un minimum de crédibilité.

 
© fanta-nacro  

S’il est un thème qui revient dans votre cinéma, c’est bien celui de la femme, du féminisme qui est très présent dans « la nuit de la vérité », puisque vous engagez une réflexion sur la place et l’influence de la femme dans les conflits politiques et humains…

Je le dis et le revendique, je suis convaincu que le monde s’en sortira grâce à la femme. D’abord parce que c’est elle qui donne la vie. Et que c’est la première à subir les conséquences de la guerre. Elle perd son fils et son mari. Surtout, c’est la femme qui instruit et éduque sur les valeurs de la société. Son engagement ne peut donc aller que vers la recherche des meilleurs moyens pour vivre dans un monde de paix. Tout le problème, c’est qu’elle doit en même temps, tous les jours se battre face aux conservatismes masculins pour assumer sa place et jouer ce rôle. Cependant, si je crois beaucoup en la femme, je n’ai pas voulu l’idéaliser non plus. Car nous savons qu’elle est aussi capable du pire. Il y a en effet beaucoup de conflits qui se sont déclenchés par la faute de la femme.

       
Pour en savoir plus
 Les Histoires Weba, distributeurs du film
 Le site de Fanta Régina Nacro
 
Mots-clés
burkina-faso   rwanda   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 10 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nicolas Sarkozy      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version