Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Samedi 23 Février 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesCultureArticle
Livre: "Allah n'est pas obligé", de Ahmadou Kourouma
15/03/2006
 

Reconnu aujourd’hui, notamment grâce à ses écrits, son engagement et son militantisme comme l’un des écrivains africains les plus importants, Ahmadou Kourouma a publié Allah n'est pas obligé, en 2000.
 
Par Albertine M.
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Ahmadou Kourouma  
Ahmadou Kourouma
 

Reconnu aujourd’hui, notamment grâce à ses écrits, son engagement et son militantisme, comme l’un des écrivains les plus importants du continent noir, Ahmadou Kourouma a publié son roman, Allah n’est pas obligé, en 2000. Titulaire de trois prix pour le moins non négligeables, le Prix Renaudot 2000 (un des prix les plus importants en France), le Prix Goncourt des lycéens 2000 et le Prix Amerigo Vespucci 2000, ce roman, véritable allégorie guerrière et historique, dépeint, à travers le regard « innocent » et le triste vécu d’un jeune enfant, les réalités socio-économiques de l’Afrique contemporaine. Une Afrique profondément meurtrie, imméritée et sans pitié, sans cesse ravagée par des guerres fratricides. Dans cette véritable « jungle humaine » où tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins, où « l’homme est un loup pour l’homme », de nombreux enfants, à l’instar du jeune Birahima, sont amenés à vivre ou plutôt à survivre.

C’est dans un style d’écriture particulier et assez personnel, où se mélangent à la langue française de nombreux africanismes, que Birahima nous relate sa triste enfance aux côtés de sa mère et de sa grand-mère, puis les différentes étapes, toutes semées d’obstacles et d’embûches, de sa vie d’enfant-soldat entre le Libéria et la Sierra Léone en passant par la Côte-d’Ivoire. Muni du dictionnaire Larousse, du petit Robert, de l’Inventaire des particularités lexicales du français Afrique noire et du Harrap’s, le jeune garçon retrace avec acuité, lucidité, perspicacité mais aussi avec dureté et sans sentiment aucun, son parcours et celui de ses compagnons, eux aussi « small-soldiers », enrôlés de gré ou de force dans des factions tribalo-politiques.

 Publicité 
 
"Allah n'est pas obligé"  
"Allah n'est pas obligé"
 

Né en Guinée, Birahima est issu de la tribu des Malinkés. Enfant de la rue, il n’est âgé que d’une dizaine d’années lorsqu’il devient orphelin. Ayant perdu son père dès le bas âge, il a été élevé en Côte d’Ivoire par sa grand-mère et une mère infirme qui succomba des suites d’un mauvais sort, d’un ulcère à la jambe droite. Dès lors, sa vie bascule. Accompagné et encouragé par Yacouba le féticheur roublard, le marabout et « multiplicateur de billets », Birahima arpente les routes du Libéria puis celles des principales villes d’Afrique de l’Ouest à la recherche de sa tante Mahan, résidant au Libéria et qui, à la mort de sa mère, est devenue sa tutrice, sa « seconde maman ». Sans ressource aucune, le jeune garçon n’aura pas d’autre solution pour gagner sa vie que de devenir, comme de nombreux orphelins de son âge, un enfant-soldat au service des nombreuses factions régnant sur le pays. A cette occasion, Birahima y fera la douloureuse expérience de la vie dure et impardonnable de small-solider, une vie faite de souffrances et de violence, dans laquelle le mot « sentiment » n’existe vraisemblablement pas. Cette situation le contraint dès lors, faute de choix, à participer aux pires atrocités et injustices et à travailler très dur en échange d’un « maigre » salaire, d’un piètre logement et d’une ration alimentaire quelque peu dérisoire et insignifiante. En effet, la vie des enfants-soldats est loin d’être aisée. Drogués au hasch et à l’alcool, ces enfants demeurent sous joug d’une autorité suprême à laquelle ils doivent respect et obéissance.

De ce fait, devenu une sorte de mercenaire dans les guerres tribales qui déchirent le pays, Birahima vagabonde et erre d’un camp politique à l’autre dans l’espoir de retrouver sa tante, avec à sa suite ses amis, Yacouba le féticheur et Sékou. Ce dernier leur sera d’une aide très précieuse. En effet, rencontré à plusieurs reprises au fil de l’aventure, aux différentes étapes de leur voyage, Sékou leur donnera des informations sur l’endroit où se trouve la tante. Ainsi, c’est d’indice en indice, de ville en ville, de camp en camp et de contact en contact avec les grands chefs de guerre que sont le Colonel Papa le bon, le Lieutenant Charles Taylor, Doe, le Prince Johnson et El Hadji Koroma, tous dirigeants des factions politiques au Libéria ou en Sierra Léone, que Birahima découvrira les tristes réalités du pays qu’il a tant désiré découvrir. Conscient, qu’il n’est qu’un pion au service des intérêts d’une toute petite élite dont la devise est de « diviser pour mieux régner », ce small-soldier « sans peur et sans reproche » a appris l’art du métier. A l’aide de sa kalachnikov, arme essentielle pour tout enfant-soldat pendant la guerre tribale, le jeune garçon deviendra très vite polyvalent. De gardien de postes de combat dans les camps, à protecteur des chefs en passant par coupeur de route, Birahima a tué beaucoup de villageois et pillé leurs maisons. Ne se séparant jamais de leurs kalaches, ces enfants, devenus des criminels sans foi ni loi, ne savent que tirer. Les drogues qui leur sont administrées inhilent leurs sens et leurs sentiments d’hommes, de créatures de Dieu. De ce fait, dépourvus de compassion, de tendresse, de sensibilité et d’humanité, ces enfants-soldats, à l’image du jeune Birahima, n’éprouvent aucun remord à abandonner leurs camarades blessés ou morts sur le champ de bataille. Les plus chanceux, c'est-à-dire les plus connus et les plus appréciés, ont droit à une oraison funèbre ; les autres non. Dans ce monde d’atrocités et d’injustices, les faibles n’ont pas leur place, la solidarité et la fraternité non plus.

Ahmadou Kourouma  
Ahmadou Kourouma
 

Plus qu’une simple histoire, ce roman est un véritable réquisitoire à l’égard de ceux qui exploitent la misère matérielle et morale de jeunes esprits crédules qui, conscients de l’état de détresse dans lequel ils se trouvent, n’ont pas d’autre choix que de devenir les « sous-fifres » des « puissants » de ce monde. Sans sentiment aucun et avec la neutralité la plus totale, le jeune Birahima se pose comme le porte-parole d’une jeunesse africaine déshéritée et exploitée. Cette histoire relate et décrit l’insoutenable souffrance que vivent au quotidien de nombreuses populations africaines subissant depuis quelques années déjà, les vices et les effets pervers engendrés par les guerres tribales.

Par ailleurs, Ahmadou Kourouma tente de dénoncer de manière plus ou moins subtile, une pratique bien souvent oubliée voire occultée volontairement ou non, qu’est l’exploitation des enfants. C’est avec souvent beaucoup de tact et d’euphémismes, qu’il essaie à travers la voix d’un être innocent, de rendre justice et de jeter l’opprobre sur nos dirigeants qui, corrompus jusqu’aux os, demeurent de simples pions au service des intérêts propres et égoïstes des puissances occidentales. Face une telle situation, il nous incombe à tous la lourde tâche d’aider nos pays à s’affranchir du joug colonial, frein à notre développement, afin d’œuvrer pour la création non seulement d’Etats forts et démocratiques mais également d’un monde où chacun aura sa place et une chance de se réaliser.

       
Mots-clés
afrique   gabon   livre   prix renaudot   sierra leone   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 3 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2010      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Mali      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version