Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 21 Mai 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesInterviewsArticle
Delia Jarrett-Macauley : l'histoire de "citizen" contraint à tuer ses parents m'a incité à écrire...
26/04/2006
 

L'auteur de "Moses, citizen & Me", prix George Orwell 2005, a répondu à nos questions
 
Par Paul Yange
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Una Marson (en bas à droite)  
Una Marson (en bas à droite)
© black-history-month.co.uk
 

Vous êtes universitaire, vous avez travaillé avec la BBC. Comment et pourquoi être vous devenue écrivain ?

A l’école, j’aimais déjà écrire des histoires, mais je ne m’imaginais pas être un jour écrivain. J’étais plutôt attirée vers les arts et pendant de nombreuses années, j’ai soutenu d’autres personnes travaillant dans le domaine artistique. Je les ai aidé dans les domaines du management, de la formation, le développement de politique culturelle, j’ai même travaillé avec des organisations européennes comme la fondation culturelle européenne. Puis, finalement, j’ai eu le sentiment de devoir explorer le monde à travers les mots, de devoir créer quelque chose de mon propre fait et j’ai écrit la biographie d’une femme jamaïcaine du nom de Una Marson, à la fois poète, auteur dramatique, activiste féminine et speakerine à la BBC. En un sens, j’écrivais sur le genre de personnes auxquelles je voulais ressembler.

La biographie fut publiée en 1998, un an après la guerre civile en Sierra-Leone atteigne Freetown, mais j’ai commencé à travailler sur mon roman, « Moses, citizen & me » seulement au printemps 1999.

 Publicité 
 
 
© granta.com  

Pourquoi avez-vous choisi comme thème la guerre civile en Sierra-Léone dans votre dernier livre « Moses, Citizen & Me » ?

Je suis née en Angleterre de parents sierra-léonais et je m’étais rendue en Sierra-Léone quand j’étais enfant. Lorsque j’ai entendu un jour au cours du journal de la mi-journée de la BBC le récit d’un enfant soldat, « Citizen », qui avait été contraint à exécuter ses propres parents, j’ai su immédiatement que je devais écrire quelque chose sur lui. La Sierra-Leone de mon enfance était toujours en moi pour ainsi dire, et je ressentais intérieurement la souffrance que connaissait le pays.

Le thème du génocide est aussi un grand classique de la littérature, et quand la personne qui commet le crime est en plus un enfant, l’écrivain est poussé à prendre en considération et à analyser les questions d’ordre morales et émotionnelles les plus difficiles. J’avais travaillé en Europe centrale et orientale dans les années 90 et j’ai vu le résultat de conflits interethniques rapprochés. Et là je devais regarder le pays de mes parents subir le même sort et imaginer ce qui pourrait se passer dans une famille.

Delia Jarrett-Macaulay  
Delia Jarrett-Macaulay
© bbc.co.uk
 

Vous n’aviez pas été en Sierra Leone depuis plusieurs décennies, et vous y êtes retournée après la publication du livre. Comment avez-vous fait pour écrire un livre émouvant sur la Sierra-Léone sans y avoir été ?

Si j’avais eu l’argent et les autres ressources nécessaires, je serais allée en Sierra-Leone pour faire des recherches sur le terrain pour mon ouvrage. Cependant, je pense que l’imagination prospère mieux avec un nombre minimal de données et finalement ce fut une bonne chose que je n’y sois pas retournée. Je me suis cependant rendue à Paris en avril 2001 pour assister à la première du documentaire "nouvel ordre mondial" de Philippe Diaz (Documentaire sur la guerre civile en Sierra-Leone NDLR). J’ai aussi discuté avec des membres de l’ONG « Monde contre la faim » qui travaillaient en Sierra-Léone.

Seulement une poignée de personnes ont assisté à la première du documentaire, une brillante peinture très visuelle des atrocités de la guerre civile. A la fin du film, nous avons regagné le foyer ensemble. Nous étions tous désemparés et émus, mais nous avons échangé nos points de vue. Un jeune homme m’a dit de façon encourageante que ce serait bien si je pouvais écrire quelque chose de supportable qui permettrait aux lecteurs de comprendre la réalité du conflit, sans être simplement choqués. Ses paroles réfléchies sont restées en moi. Je voulais écrire quelque chose de beau et de fort. Etant physiquement éloignée de la Sierra-Léone, j’étais capable de créer de moi-même, de développer des personnages, et faire autre chose que rapporter simplement des faits. La mémoire de l’être humain est forte, de même que la capacité d’imaginer quelque chose au delà du réel.


Vous attendiez vous à gagner un prix tel que le prix George Orwell ?

Bien sur je voulais que le roman ait un bon accueil, j’espérais avoir de bonnes critiques ainsi qu’un certain succès commercial, mais rien ne pouvait me préparer aux sentiments d’allégresse que j’ai ressentis en gagnant le prix George Orwell. Le prix signifie que plus de personnes partageront l’histoire que je raconte et ressentiront, je l’espère, de l’émotion à travers les personnages.

Avez-vous l’intention d’écrire d’autres livres ?

Je travaille sur un autre livre, souhaitez moi bonne chance...


Vous pouvez visiter le site de Delia Jarret Macaulay à l'adresse suivante: www.deliajarrettmacauley.com







       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Delia Jarrett-Macauley gagne le prix George Orwell 2005 pour son roman politique
 
Mots-clés
sierra leone   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 0 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version