Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Samedi 25 Mai 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Jeanine Jackson : "nous soutenons toute structure démocratique en Afrique"
26/04/2006
 

L'ambassadeur des Etats-Unis au Burkina s'exprime
 
Par Rédaction
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Jeanine Jackson  
Jeanine Jackson
© lefaso.net
 

Pour sa première sortie dans un organe de presse écrite, depuis son arrivée il y a un mois, Son Excellence Jeanine Jackson a choisi d'accorder une interview aux éditions burkinabé "Le Pays".

Elle était accompagnée de ses collaborateurs, dont Todd Haskell, directeur du Centre culturel américain.

"Le Pays" : Quel est le sens de votre visite aux Editions "Le Pays" ?

Il y a un mois que je suis au Burkina. Je m’impatientais de vous rendre visite. Je suis très impressionnée par la qualité de vos articles. Ainsi, votre organe a été choisi pour notre première sortie. Je sais que vous accordez un grand intérêt aux actions des Etats- Unis à travers le monde. J’ai pu lire des éditoriaux que vous avez rédigés. Je suis vraiment très contente de vous rencontrer. "Le Pays" fait des articles très critiques et équilibrés.

Quel est l’état des relations entre les Etats-Unis et le Burkina Faso ?

Nous entretenons de très bonnes relations, centrées notamment sur trois objectifs qui sont le soutien au processus démocratique, le développement économique et la stabilité dans la sous-région. Ces dernières années, nos relations ont connu une amélioration considérable. Je souhaite que durant mon séjour au Burkina Faso, elles se renforcent.

Il est de plus en plus question de programme de coopération militaire avec le Burkina. Quel est son contenu ?

Il y a de cela une année, nous avons entamé un programme qui concerne la formation des officiers, personnels militaires burkinabè aux Etats- Unis. Les axes de cette formation sont la santé, la logistique, etc. Des écoles spécialisées existent pour des formations multiples en matière militaire. J’entends apporter ma contribution dans ce sens.

Justement, parlant de questions militaires, les Etats-Unis auraient envoyé des éléments dans le nord du Burkina en vue d’assurer des missions précises. Confirmez-vous cela ?

J’ai lu des articles sur ce sujet, faisant notamment état de militaires déployés au nord du Burkina par les Etats-Unis. Nous n’avons pas de base militaire au Burkina. Je ne crois pas que cela soit même un projet à notre niveau. Il y a deux programmes aux Etats-Unis qui s’occupent de la formation de militaires dans certains pays. Il y a celui qui est essentiellement centré sur la lutte contre le terrorisme et qui a commencé au Mali, au Tchad, au Sénégal et au Nigeria.

L’autre programme concerne le maintien de la paix. Avec le Burkina Faso, nous sommes seulement au stade des discussions pour le second programme.

Quelles innovations comptez-vous apporter aux différents programmes de développement au Burkina Faso ?

Nous avons une nouvelle méthode de coopération pour le développement, portant notamment sur la bonne gouvernance, le développement économique. Le Burkina Faso, pour sa part, est jugé éligible pour des appuis financiers dans ses actions pour le développement. Nous apporterons, pour ce faire, notre soutien à l’économie du Burkina et à son gouvernement pour améliorer les conditions de vie des populations.

Quelles opportunités l’initiative AGOA peut-elle offrir à l’Afrique en général et au Burkina en particulier ?

L’AGOA offre des opportunités à certains Etats africains pour faire du commerce, sans payer des taxes spécifiques. Il y a plus de six mille quatre cents produits qui sont exportés aux Etats-Unis sans paiement de droits. A Ouagadougou et à Bobo Dioulasso, deux centres de recherche sur l’AGOA ont été établis par les Etats-Unis, pour tous besoins d’information. Le karité, les produits de l’art, par exemple, sont concernés par ces avantages de l’AGOA. J’ai été informée que des Burkinabè se rendront aux Etats-Unis pour mieux s’imprégner des avantages dont ils peuvent bénéficier de notre part. A Washington, j’ai rencontré une association de Burkinabè y vivant. Cela est une bonne chose.

Vous appuyez le développement des médias en Afrique. Comment avez-vous accueilli la création de la Société pour le développement des médias en Afrique (SODEMA) ?

Nous soutenons le développement de toute structure démocratique en Afrique. Dans chaque pays, toute organisation qui travaille pour le renforcement de la démocratie, peut bénéficier de notre appui. La création de la SODEMA est à saluer. Je ne saurais vous situer exactement sur nos actions futures, mais sachez que nous appuyons fortement le développement des médias. Je suis très impressionnée par la liberté de la presse au Burkina Faso, même s’il existe des problèmes à résoudre.

L’obtention d’un visa pour les Etats-Unis reste assez difficile. Envisagez-vous un assouplissement de vos conditions ?

Du fait du problème de sécurité consécutif aux attentats du 11 septembre 2001, nous devons être plus vigilants. J’espère que nous saurons donner des réponses appropriées aux différentes demandes de visa à notre niveau, dans les mois à venir. Nous avons une équipe à l’ambassade, chargée de l’accueil de tous les Burkinabè désireux de se rendre aux Etats-Unis. C’est vous dire combien nous sommes attentifs au problème d’obtention de visas.

Le terrorisme est l’arme du désespoir, dit-on. En coupant les vivres au Hamas, en Palestine, ne craignez-vous pas le pire ?

Les Etats-Unis pensent que la solution au conflit israélo-palestinien est la création de deux Etats voisins vivant en bonne entente, côte à côte, et surtout libérés du terrorisme. Le secrétaire d’Etat américain, Condoleeza Rice, a promis que l’aide à la Palestine serait doublée si les actions de violence prenaient fin. Nous soutenons la Palestine, non ceux qui pratiquent la violence et le terrorisme. Mais nous sommes disponibles pour le volet humanitaire. L’actuel gouvernement palestinien devra renoncer à la violence.

Avec l’Iran, ne serait-il pas sage de choisir la voie du dialogue plutôt que d’user de la force ? Pourquoi des Etats peuvent-ils disposer de l’arme nucléaire et pas d’autres ?

Dans les relations de coopération à travers le monde, l’Iran s’est engagé à ne pas fabriquer d’armes nucléaires. Le monde est inquiet devant cette situation qui prévaut en Iran. Nous nous sommes adressé au Conseil de sécurité de l’ONU. Des pays comme la Russie, l’Egypte ont voté contre l’Iran, qui devait tirer leçon de cela. Le président George Bush et tous les autres acteurs pensent à une solution diplomatique. Nous sommes contre une dictature en Iran. J’ai travaillé, par deux fois, en Irak et des progrès sont enregistrés dans ce pays débarrassé de la dictature et qui connaît une stabilité depuis trois années.

Quelle appréciation faites-vous du déroulement des municipales 2006 au Burkina Faso ?

Le dimanche 23 avril 2006, j’étais à Kaya pour suivre le déroulement du vote. J’ai pu visiter d’autres bureaux de vote sur le trajet conduisant à Kaya. J’ai beaucoup apprécié le déroulement du processus. A Koudougou et Ouahigouya, nous avons également apprécié l’accueil qui nous a été réservé et je pense que les Burkinabè ont effectué un pas important dans l’avancée de la démocratie.

 Publicité 
 
       
Mots-clés
afrique   burkina-faso   nigeria   senegal   tchad   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version