Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 14 Juillet 2020 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Lettre ouverte aux chefs d'Etat africains
23/10/2006
 

Les problématiques liées au développement durable impliquent une attention
 
Par Thierry Tene Mangoua
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

EEDD Lettre ouverte aux Chefs d’Etats et de Gouvernements Africains
Par Thierry Téné

Messieurs et Mesdames les Chefs d’Etats et de Gouvernements Africains, la rentrée scolaire et académique a eu lieu il y a quelques semaines. Dans le même temps nous sommes grâce à L’UNESCO dans la décennie de l’Education à l’Environnement vers un Développement Durable (EEDD). En effet, l’UNESCO a décidé de consacrer la période 2005-2015 à la sensibilisation à la préservation de l’Environnement et au Développement Durable. Le développement durable permet de répondre à nos besoins sans compromettre les capacités des générations futures de répondre aux leurs. L’Afrique a la particularité d’être l’un des continents où le pourcentage de jeunes est le plus élevé. Il semble donc important de sensibiliser cette jeunesse (qui représente la génération future) aux problématiques environnementales et de développement durable. La formation et l’information au développement durable est d’autant plus urgente que c’est l’Afrique qui subit et subira le plus les conséquences du changement climatique dont la fonte des neiges du Kilimandjaro et la disparition du Lac Tchad sont les exemples les plus marquants du réchauffement climatique sur le continent.

Mon interpellation sur cette question résulte d’un constat simple : Le développement durable et le changement climatique présentent de nombreuses contraintes (désertification, pollution, apparition de nouvelles maladies etc.) auxquelles le continent sera de plus en plus confronté et de nombreuses opportunités (Mécanismes de Développement Propre, écotourisme, commerce équitable, économie solidaire etc.) pouvant réduire la pauvreté qui mine l’Afrique. Les pays occidentaux ont compris les premiers l’intérêt stratégique de saisir ces opportunités. Ainsi en matière de formation, on ne compte plus les masters tournés vers la préoccupation environnementale. Les étudiants d’écoles de commerce multiplient à la fin de leurs cursus la création d’entreprise dans le domaine du commerce équitable ou de l’économie sociale et solidaire.

Pour la sensibilisation du grand public et la formation des jeunes, les Etats ont défini dans le cadre de leur Stratégie Nationale de Développement Durable des campagnes comme « la semaine nationale de développement durable » et inclus le développement durable dans les programmes scolaires. En France par exemple, du primaire au lycée, chaque élève doit recevoir au moins 70 heures de cours sur l’Education à l’Environnement vers le Développement Durable. Je suis donc agréablement surpris lors de mes interventions dans les établissements scolaires de Lille (France), le degré de connaissance des écoliers et collégiens sur la pollution atmosphérique, l’épuisement des ressources naturelles et la déforestation. Combien d’écoliers, collégiens ou même lycéens africains sont ils sensibilisés à ces questions ? Qu’en sera –t-il demain quand ces jeunes devront aborder ces questions avec leurs collègues occidentaux ? Il semble donc urgent d’informer et former la population africaine à ces questions cruciales pour l’humanité et particulièrement pour l’Afrique.

En plus des pays développés, les pays émergents comme le Brésil et la Chine ont compris l’intérêt de tirer profit de la problématique du développement durable. La Chine est parmi les pays d’Asie qui reçoivent la majorité des projets du mécanisme de développement propre de Kyoto. De plus les chinois se lancent de plus en plus dans les projets ambitieux de développement durable comme la construction d’éco-quartier. Le Brésil est actuellement l’un des plus gros producteur de biocarburant au monde. Quant on sait l’importance que ces carburants alternatifs prendront dans les années à venir, on comprend l’intérêt de former et d’informer la population. Ainsi la majorité des brésiliens optent facilement pour les véhicules utilisant le flex-fuel (mélange de d’essence classique et de carburant alternatif). La mise en place de politique sectorielle et de stratégie de développement durable est une question de politique publique c’est la raison pour laquelle, les autorités politiques sont les plus concernées pour l’intégration du développement durable dans le cursus des établissements scolaires et universités africaines.



 Publicité 
 
Pourquoi faut il informer et former la population africaine à l’Environnement et au Développement Durable?

La population adhère plus facilement aux politiques publiques qu’elle est bien formée et informée sur leurs intérêts et la capacité à améliorer les conditions de vie. Dans un contexte parfois d’extrême pauvreté, la population pense à tort ou à raison que la préservation de l’environnement et le développement durable ne devraient pas être une priorité.

Pourtant la formation des élites et la sensibilisation de la population au développement durable pourraient contribuer à créer la richesse par l’intermédiaire des éco-entreprises (entreprises spécialisées dans la domaine de l’environnement), des entreprises dans le domaine de l’économie sociale et solidaire et parallèlement résoudre les problèmes de pollution auxquelles sont confrontées les populations au quotidien.




Quelques pistes de formation prioritaire pour rattraper le retard de l’Afrique en matière d’EEDD:

Afin de passer de la théorie à la pratique, voici quelques pistes de formation pouvant offrir de nouvelles opportunités de lutte contre la pauvreté.
Les énergies renouvelables : Solaire, éolienne, biomasse, géothermie, l’Afrique du fait de son climat offre de nombreux pistes sérieuses pour le développement des énergies renouvelables.
Le mécanisme de développement propre avec la possibilité de financement des projets qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre peut être un levier de développement s’il est adopté par les entrepreneurs et étudiants africains.
Le commerce équitable permet de rémunérer les petits producteurs au juste prix. En informant et formant les jeunes africains sur cette problématique, nul doute qu’ils prendront comme leurs collègues occidentaux des initiatives pour la production et la commercialisation de produits équitables. Il est quand même regrettable de constater que les produits du commerce équitable proviennent pour la plupart d’Afrique et que les porteurs de projets sortent des écoles de commerces occidentaux.
L’économie sociale et solidaire : Véritable outil de lutte contre la pauvreté puisqu’elle est à finalité sociale, l’économie solidaire devrait être développée et traitée dans les établissements scolaires et universités africains.
La responsabilité sociale et environnementale des entreprises fournira des outils pour juger de l’impact sociétal et environnemental des entreprises qui exercent sur le continent.

La gestion durable des déchets qui permet avec le tri sélectif et la valorisation organique (récupération du biogaz) permet de faire des déchets qui polluent une piste créatrice d’emplois
L’Agriculture Biologique plus tournée vers les produits et engrais naturels est déjà pratiquée par bons nombres d’agriculteurs africains mais une formation et une valorisation de ces produits très demandés en Europe permettraient de développer ce secteur porteur.
L’Écotourisme permettra de faire des paysages du continent un argument pour attirer les touristes et développés des emplois de proximité.

Messieurs et Mesdames les chefs d’Etats et de gouvernements africains, je suis conscient que cette lettre ne suscitera peut être aucun enthousiasme de votre part mais reste convaincu que la formation et l’information des africains sur les contraintes et opportunités du développement durable sont des priorités pour notre continent. Soit nous prenons les initiatives en ce sens, soit les bailleurs de fonds font nous les imposer. Par cette lettre, je souhaite me débarrasser de la culpabilité qui hante mon esprit car ayant mis beaucoup d’énergie pour sensibiliser et former au développement durable à Lille (France), je m’en voudrai sûrement à vie de n’avoir pas attiré l’attention des africains au plus niveau sur cette notion.

Thierry Téné : Consultant développement durable
Email : a2dconseil@yahoo.fr
Tel + 33 (0) 6 21 93 91 45

       
Mots-clés
tchad   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Billets - Comment perdre du ventre - DotClear 1.2-rc
  
  Conseils alimentaires
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
  
  
  Mariage d argent
  
  meetic
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version