Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 30 Mars 2020 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesCultureArticle
Africa Paradis: et si les rôles s'inversaient?
01/03/2007
 

Le film du réalisateur Sylvestre Amoussou sort cette semaine dans les salles françaises, film dans lequel es rôles s'inversent: les africains sont unis, les européens non, du coup les européens veulent immigrer en Afrique... à tous les prix
 
Par Hervé Mbouguen
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
© africaparadis.com  

Et si les rôles s'inversaient? Et si au lieu que les africains tentent d'aller en Occident par tous les moyens, y compris au péril de leur vie, miroitant un improbable eldorado, ce sont plutôt les européens qui voulaient aller "chez nous" par tous les moyens? Il suffirait pour cela que les états européens ne fassent pas leur union pendant que les états africains eux réalisent une grande union.
C'est désormais aux européens de subir les quotas d'immigration, de faire la queue de bonne heure devant le consulat des Etats-Unis d'Afrique. Et de s'entendre dire deux minutes après l'ouverture des portes "c'est fini pour aujourd'hui". Ou encore, de se voir proposer un boulot de domestique quand on est un informaticien confirmé. Avant de décider d'immigrer clandestinement. De rencontrer des immigrés qui vous pousseront dehors afin de de ne pas risquer de perdre leurs privilèges, ou d'autres au contraire très solidaire, qui vous donnent tous les "trucs" pour survivre avec une solidarité probablement similaire à celle qui s'opère entre résistants pendant la guerre. Parmi les "trucs", celui de prendre les "papiers" d'un congénère semblable mort afin d'aller et venir en paix.
Présentée comme cela l'histoire n'aurait aucun intérêt si ce n'est que dans le film de Sylvestre Amoussou les immigrés sont blancs (campés par Stéphane Roux et Charlotte Vermeil), et les "méchants" sont noirs. Notamment Eriq Ebouaney ("Lumumba") un très convaincant ministre de l'intérieur, ou encore Emil Abossolo M'bo député du parti radical africain dont les interventions à l'assemblée nationale rappellent les accents du Front National. Heureusement qu'il y a des "gentils" comme Cheik Doukoure un responsable de l'immigration très humain, comme Myriam Kaba qu'on aperçoit furtivement en tant que présidente de l'Assemblée, ou Sylvestre Amoussou lui-même, député du "parti libéral africain", un utopiste qui cherche à mieux intégrer les européens sur le continent africain.
On aperçoit, en début de film à l'Assemblée nationale, comme figurants de nombreux journalistes africains comme Benson Diakité ou Amobe Mevegue de RFI, Bilguissa Diallo (présentée ici par grioo.com) ou Joseph Andjou de I-Télé/I-Afrique.

Note de grioo.com : en fin d’article vous pourrez consulter une liste de salles où il est possible de voir le film

Nous avons rencontré le réalisateur avant la sortie du film en salles.

 Publicité 
 
 
© africaparadis.com  

Pouvez-vous nous parler des débuts du film?

Le film a été tourné en 2003 entre Paris et le Sénégal, avec des financements français et européens, même si les financements européens sont plus durs à avoir.
L'argent a été versée à une production fantôme, ce qui fait que je ne l'ai jamais vu, et après la faillite de la production j'ai même dû racheter mes rushes au liquidateur!, avant de trouver de l'argent pour la post-production. Malgré les difficultés j'ai voulu mettre la qualité en tournant en 35 millimètres. Pour moi, comme on le voit dans le film, je considère que les immigrés sont victimes de l'incompétence des députés, je n'ai donc pas voulu prêter le flanc à la critique en faisant un effort sur le travail.

D'où vous est venue l'idée de votre film?

En 25 ans en France je me suis rendu compte qu'à chaque présidentielle les immigrés sont au centgre du débat. Je n'ai jamais compris pourquoi on parlait en priorité des noirs et pas des autres.
Ayant toujours été blessé par ce côté xénophobe anti-noir je pense que notre rôle est d'expliquer au peuple français, afin qu'il se distingue de ses dirigeants.
L'idée du film a germé pendant douze ans, j'ai commencé par faire un court-métrage au même nom, Africa Paradis avec Pierre Sauvil, sans grands moyens. Il a rencontré du succès à l'étranger... mais pas en France.


 
© africaparadis.com  

Estimez-vous que votre film saura éviter l'écueil des films sortant en salles, mais ne restant à l'affiche qu'une ou deux semaines?

Je pense que mon film évite le côté "cliché" et mérite mieux qu'une semaine à l'affiche. Lors de projections test, par exemple au Planet Hollywood, le public lui a réservé un très bon accueil, certains français estimant "avoir compris". Un professionnel comme Sanvi Panou (NDLR: son cinéma Images d'Ailleurs diffusera le film) m'a même confié: "tout est balayé du revers de la main, le film est techniquement parfait, je n'ai qu'un seul regret: celui de ne pas y avoir joué".
Je pense que les français "lambda" voudront voir le film.

Votre film n'est pourtant pas aussi aseptisé qu'une bonne partie des blockbusters qu'on voit en salle?

C'est vrai que les films doivent souvent être "filtrés" pour rentrer dans le moule et passer en salle. Pour vous donner une anecdote, j'ai présenté le film à MK2 (NDLR: cette chaîne diffuse de nombreux films de cinéastes indépendants) qui m'a répondu "non, ce n'est pas un film à gros budget". J'ai ensuite présenté le film à un distributeur qui s'est montré très enthousiaste et était quasiment prêt à signer avec moi. Après quelques jours de réflexion il a fait volte-face me demandant "y-a-t-il un public pour ce genre de films?.
Un second distribiteur m'a dit, défense de rire!, "trouvez un distributeur et on verra" tandis qu'un dernier m'a dit "on ne peut quand même pas tout comparer".

 
© africaparadis.com  

Votre film pointe indirectement la responsabilité des élites africaines, élites qui accessoirement ne vous ont pas forcément aidé?

Oui, c'est à cause des "élites" qu'il n'y a pas d'union sacrée et que les dirigeants occidentaux en profitent pour nous diviser, comme Nicolas Sarkozy qui tente de diviser noir et antillais, alors que dans la rue on ne te demande pas ton origine ethnique pour te taper dessus.
Dans mon film en tout cas, je suis d'origine africaine, Mylène Wagram qui joue ma soeur est d'origine antillaise, tandis que Kagna Sonia qui joue ma mère est haïtienne.

Quant à l'aide pour mon film, disons que certains africains m'ont aidé avant et après la faillite de la première production, mais je dois dire que beaucoup de dirigeants africains sont en réalité incultes et n'ont pas encore compris qu'il faut qu'ils investissent. Cela a décuplé mon envie de leur prouver.

Comment avez-vous fait le casting du film?

Je connaissais déjà les principaux acteurs et j'ai donc écrit les rôles en sachant qui allait les interpréter.
Avec Cheik Doukouré je voulais montrer l'inhumanité des maisons de transit, mais avec quelqu'un sans zèle excessif.

 
© africaparadis.com  

Eriq Ebouaney lui est le "petit Sarko": il prépare les coups en douce, sait tout et est partout.
Emile Abessolo le tenant de "l'Afrique aux africains" pour qui "nous n'avons pas intégré les blancs chez nous pour une raison fondamentale: ils sont différents de nous".
Mylène Wagram qui joue ma soeur est raciste par ignorance: elle n'aime pas ce qu'elle ne connait pas, mais comme vous l'avez vu, elle s'humanise sur la fin.
Je joue moi-même quelqu'un de bon, qui estime que "chacun a systématiquement quelque chose de bon en lui".

Outre le casting, votre film a été directement ou indirectement soutenu par plusieurs journalistes

Oui, on peut citer Sergé Bilé, Wasis Diop qui a fait la musique du film, Joseph Andjou, Harry Roselmack, Amobe Mevegue, Charles Onana ou encore Benson Diakité et bien d'autres.

Salles où il est possible de voir le film

Remarque de grioo.com : partenaire du cinéma Images d’Ailleurs depuis plusieurs années, nous vous encourageons vivement à aller voir le film dans cette salle : de cette façon vous supporteriez réalisateurs indépendants et cinéma indépendant

Cinéma Images d’Ailleurs
21 rue de la Clef - 75005 Paris - Metro Censier-Daubenton. Tél : 01 45 87 18 09
Vendredi 2 Mars : 14h, 18h35 et 21h40
Samedi 3 Mars : 14h, 17h20, 20h40
Dimanche 4 Mars : 14h, 17h20, 21h
Lundi 5 Mars : 14h, 17h45, 21h15

Espace Saint-Michel - 7 place Saint-Michel 75005 PARIS - Métro Saint Michel
Les cartes " PASS " ET " UGC ILLIMITE " sont acceptées
Tous les jours (sauf samedi à 13h et dimanche à 22h) : 13h (sauf samedi), 14h40, 17h30, 20h20 et 22h (sauf dimanche)

       
Pour en savoir plus
 Le site officiel du film
 
Mots-clés
afrique   patrice lumumba   senegal   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 5 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
  
  
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version