Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 17 Novembre 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesCultureArticle
Joel Cimarron, réalisateur du "Retour de Liaram" : "L’histoire de l’esclavage et du colonialisme nous concerne tous"
16/04/2007
 

"Le Retour de Liaram" est un film d’animation 100 % afro de Joël Cimarron, qui, malheureusement, n’a pas encore trouvé ni producteur, ni diffuseur, ni partenaire, frileux, sûrement, de ce nouveau style
 
Par Zouhour Harbaoui
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

«Le Retour de Liaram» est un film d’animation 100 % afro de Joël Cimarron, qui, malheureusement, n’a pas encore trouvé ni producteur, ni diffuseur, ni partenaire, frileux, sûrement, de ce nouveau style. C’est pour cela que son réalisateur a décidé de lancer la bande annonce sur un site afin de toucher le plus grand nombre de personnes et de donner le plus grand impact à son court métrage.

Formé en Art appliqué à l'école Emile Cohl de Lyon, section bande dessinée, illustration et dessin animé, Joël Cimarron est un féru de films d’animation. Cet artiste de 34 ans a été lauréat du concours de projet du Festival International d'Annecy, Prix France 3 : Convention de développement et co-production du projet «Le Couteau-chien» en juin 2003 et lauréat du fond d’aide à l’innovation CNC pour un projet de série TV, "Kalinago", en collaboration avec Carlo de Boutiny, en février 2006.

Mais entretemps, Joël Cimarron participe à de nombreux projets tels que ceux des dessins de presse pour le comité de soutien pour Florence Aubenas et Hussein Hanoun al-Saadi, de série TV, comme «BrainZone», en collaboration avec Carlo de Boutiny et Annabelle Perrichon, ou, toujours avec cette dernière, de bande dessinée, "La bête du boulevard". Fort de ces différentes expériences, Joël Cimarron décide de faire son propre film d’animation 100 % afro, "Le Retour de Liaram", dont la bande annonce peut être visionnée en fin d'article.


 Publicité 
 
 
 

Qu’est-ce que «Le retour de Liaram»?
Le retour de Liaram est un projet de film d’animation «nègre». Inspiré de l’histoire de l’esclavage et du colonialisme, il valorise le personnage mythique du nègre marron, archétype même du héro rebelle qui résiste et combat pour la liberté.

Pourquoi ce titre ?
«Il n’y a pas si longtemps de cela, la terre mit au monde des enfants prodigieux. Liaram, le plus courageux d’entre eux, fût initié aux forces de la création. Ce jeune guerrier pouvait alors invoquer les esprits de la nature qui possédaient d’immenses pouvoirs magiques. Mais un jour, Liaram et ses frères furent arrachés de leur terre mère, et transportés dans le ventre pourri d’un arbre mort vers un nouveau monde.». Ainsi commence l’histoire de Liaram qui a jadis emprunté le passage du milieu pour un voyage sans retour.

 
 

Quelle est la durée de ce film d’animation ?
Il s’agit d’un court-métrage d’auteur sans dialogue en peinture animée tridimensionnelle. Sur le plan technique c’est un film d’essai. L’animatique du film, sorte de maquette, dure environ 9 minutes. Il n’y a pas de dialogues, car j’ai voulu privilégier les émotions. Seule la voix d’un griot nous introduit dans le récit et accompagne la fin du film. Je trouve que l’oralité propre aux contes d’origines africaines s’adapte parfaitement au genre cinématographique qu’est le film d’animation.

Tu désires toucher les plus jeunes. Mais, ne trouves-tu pas que «Le retour de Liaram» est trop dur pour leur sensibilité d’enfants ?
Ce film s’adresse aux ados adultes avant tout. C’est une période en effet où les contours de la liberté semblent assez flous. Liaram est un héro rebelle, il représente un modèle valeureux pour les jeunes et moins jeunes qui se sentent victimes d’une injustice dont ils souhaiteraient s’émanciper. Selon Aimé Césaire «La vraie émancipation n'est pas celle qui se décrète, mais celle que l'homme conquiert sur lui-même... ».

 
 

En quoi l’esclavage te concerne-t-il ?
Je suis d’origine martiniquaise, et outre le fait d’être descendant d’esclave, étant français j’estime être héritier d’une histoire singulière dont je n’ignore pas l’influence dans la société contemporaine. Je crois que l’histoire de l’esclavage et du colonialisme nous concerne tous.

Pourquoi avoir représenté certains de tes personnages en animaux ?
Le comportement humain est parfois bestial. Ici, j’ai voulu représenter la bestialité de façon grotesque. Dans ce film, il y a une lutte permanente entre humanité et bestialité d’où le caractère hybride des personnages. Certains le sont plus que d’autres. Quant à Liaram, sa déshumanisation est plutôt subite, sa condition est celle d’un animal en cage.

 
 

Pourquoi ces animaux précisément ?
Il me plait de penser que l’aspect à la fois grotesque et effrayant des hybrides de ce film vienne d’une vision cauchemardesque où animaux dit domestiques, "civilisés" en quelque sorte comme le porc ou le coq, domineraient finalement l’être humain.

Tu as décidé de diffuser une bande annonce sur un site. Quel en est le but recherché ?
Le retour de Liaram est un film unique en son genre. Au-delà du propos, il innove dans l’aspect purement technique. La technique que j’utilise, la peinture animée, est plus qu’un style aux yeux des producteurs, c’est une performance auteuriste qui coûte cher, et qui souvent par son aspect graphique s’adresse à un certain public. Seule une poignée d’artistes s’aventure à réaliser des films d’animation en peinture animée. Après mes études d’art appliqué, j’ai mis au point un procédé informatique qui permet l’industrialisation à moindre coût de la peinture animée, et également sa vulgarisation. Il me fallait donc tester la réaction du public face à ces nouvelles images et aussi à ce nouveau type de héro.



Quelles sont les difficultés que tu as rencontrés ou rencontre ?
Les producteurs et diffuseurs et autres partenaires qui composent le paysage audiovisuel français, ne sont pas prêts à croire que ce genre de film puisse intéresser le public. Mais j’espère qu’ils se trompent, et qu’il sera possible un jour de produire des films afro-antillais authentiques loin des stéréotypes convenus.

Que manque-t-il a ton film d’animation pour être diffusé soit au cinéma, soit à la télé ?
Vous savez, les professionnels de l’audiovisuel prennent très au sérieux les réactions du public sur le net. Si «Le retour de Liaram» est apprécié par un grand nombre, cela peut débloquer la situation financière dans laquelle se trouve la production du film actuellement.

Que demandes-tu ?
Que le public ait, lui aussi, son mot à dire dans l’avenir de ce projet.


mail leretourdeliaram@hotmail.fr


Ci-dessous un extrait de "Le Retour de Liaram"






       
Mots-clés
colonialisme   esclavage   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 5 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
  
  
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Droits Civiques      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version