Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 24 Avril 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesOpinionsArticle
Comment sauver l’université burkinabé ?
19/02/2013
 

De quels maux profonds souffre le système d'enseignement supérieur burkinabé ?
 
Par Patrice Burkindi
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

Grèves des enseignants ou des étudiants, une année académique suivant un calendrier pour le moins très spécial, des promesses politiques non respectées, un « temple du savoir » à la solde des politiques, des résultats, évidemment, décourageants… ce sont, entre autres, les caractéristiques des universités publiques d’un PPTE (Pays pauvre très endetté) qui se dit pourtant assez solide pour émerger en 2025.

Le Burkina Faso a durant longtemps fait comprendre aux yeux du monde entier qu’il possède les universités publiques crédibles de la sous-région. Peut-être que cela est vrai, ou du moins dira-t-on que le borgne est roi au pays des aveugles. Aujourd’hui, il est temps de diagnostiquer les problèmes qu’on a durant longtemps camouflé dans des discours politiciens.


 Publicité 
 
Une immixtion du politique dans les affaires du temple du savoir
 
 

La politique est la gestion de la cité. Et l’université est le lieu par excellence ou se construit cette cité. Mais les universités publiques du Burkina ont été prises dans le piège de la division politique.

La majorité des étudiants, nostalgiques du défunt président Thomas Sankara, se sont alignés derrière des syndicats aveuglements « révolutionnaires » à la solde de certains opposants politiques. Comme dans un feuilleton de dessins animés, on assiste à une bataille politique entre les pouvoirs en place (ayant leur enfant dans des universités de fortunés à l’étranger) à travers des syndicats créés à leur guise, et ses opposants.

La résultante des ces batailles est la fermeture momentanée des universités et des œuvres sociales et, souvent même, l’invalidation de l’année.


Un mensonge soigneusement orchestré

Les interventions des PAS (Programmes d’ajustements structurels) ont été utilisées par les politiques pour justifier leurs fuite de responsabilité et comme moyen d’endoctrinement la population. Le manque d’infrastructures universitaires, le faible budget d’éducation et d’enseignement, le manque de compétitivité sont en effet attribués aux institutions de Bretton Woods par l’opinion publique.

C’est en réalité un endoctrinement sérieusement manipulé par les hommes politiques qui utilisent l’esclavage, la colonisation, les PAS d’hier pour justifier leur incapacité et leur irresponsabilité d'aujourd’hui. Les étudiants, sensés pourtant pouvoir faire la part des choses, sont eux-mêmes embarqués dans un cercle vicieux qui leur permet d’endosser leur manque de bonne formation académique à un passé commun à toute l’Afrique, mais qui en réalité ne saurait justifier les dérives actuelles.

Des mutations structurelles
 
 

Il est vrai que les mutations dues au système LMD (Licence Master Doctorat) sont à l’origine des retards constatés actuellement. Mais remarquons que ces changements ont été imposés par les pouvoirs politiques. Être intellectuel c’est être capable de faire des mutations conjoncturelles comme structurelles pour se propulser. Et l’on peut être tenté de demander s’il y a des intellectuels dans les universités publiques burkinabè ou juste des politiciens ?

Quand en effet la faculté des sciences et technologies de l’université de Ouagadougou commence les cours de 1ère année 2011-2012 en… septembre 2012 ou que le projet de transformer les cités universitaires de Zogona en bureaux des professeurs a été lancé (après déguerpissements des habitants de la cité) pour un durée de 6 mois il y a… cinq ans, on se pose des questions. On ne peut pas construire une nation dans une désorientation de sa jeunesse. Les mutations à opérer doivent être orientées vers une formation professionnelle et qualifiante de la jeunesse.

La bureaucratie monolithique, caractérisée par une inertie pachydermique, n’a pas d’avenir dans ce monde technologique et industriel en changement perpétuel. Dans un pays dont la première activité est l’agriculture, il est par exemple impératif de faire de nos universités des chantiers de recherche dans ce domaine. Il leur faut de l’adaptation, de la souplesse, de la veille permanente face à l’évolution des compétences nécessaires à ce changement perpétuel. Et cela ne pourrait se réaliser correctement que dans la concurrence et dans l’ouverture, qui fournissent l’incitation à cette adaptation.


Quelles universités pour le Burkina ?

La neutralité politique, ou du moins l’absence de batailles politiciennes, dans les universités est un gage de sérénité. Et ces batailles politiciennes sont dues au fait que les universités en question sont essentiellement publiques dans leur fonctionnement, ce qui donne lieu, dans un contexte de rareté budgétaire, à des guerres de (petit) pouvoir.

Une ouverture au privé dans le cadre d’une coexistence entre universités publiques et privées, et avec des contrats de recherche avec des entreprises, permettrait de dégager des ressources supplémentaires (et donc mieux servir les étudiants) et de sélectionner des bons gestionnaires/présidents. Et pour éviter que ces universités privées ne deviennent des « écoles privées- boîtes à fric », comme le craignent certains, l’engagement de partenariats avec des grandes universités américaines ou anglaises par exemple serait une solution. De même un système de bourses pour garantir un accès aux moins favorisés.

La recherche est le moteur de toute université ; la concurrence doit être donc instaurée dans ce sens et ce, loin de tout calcul politique.


Patrice Burkindi est le nom de plume d’un activiste burkinabè.

Publié en collaboration avec LibreAfrique.org






       
Mots-clés
afrique   burkina faso   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 4 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
  Prédateurs et sadiques: L'Afrique et ses guerres qui n'en finissent pas. Des chefs charismatiques aux guérilleros sans vision. Pourparlers stériles. Y'a-t-il un intérêt mili-politique à pénétrer une femme avec un fusil d'assaut et appuyer sur la détente?
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Lewis Hamilton remporte le Grand Prix de Chine 2014!
 Obamacare : 8 millions de personnes se sont enrôlées
 Guinée: Cellou Dalein Diallo rassure les militants de son parti
 Guinée-Bissau: l'Union africaine promet la levée des sanctions
 Rwanda 20 ans du génocide : « les faits sont têtus » selon Paul Kagame
 Parti socialiste : Harlem Désir évincé, entre au gouvernement
 Lupita Nyong'o devient égérie de Lancôme
 Le Nigeria désormais première économie africaine devant l'Afrique du Sud
 Mali : Moussa Mara nommé premier ministre par Ibrahim Boubakar Keita
 Burundi : disparition de Cyprien Ntaryamira, 20 ans d’épais mystère
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Immigration      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version