Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 29 Juillet 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesParcoursArticle
Ismael Nzouetom, président et fondateur de I-Dispo
04/07/2011
 

Grioo.com a rencontré Ismael Nzouetom président de la société I-Dispo, une jeune start-up créée en juillet 2010. Steve Ballmer, PDG de Microsoft, s’est enthousiasmé pour le concept de ''conciergerie virtuelle''et les applications qu'elle a développés. I-Dispo a été désignée par Microsoft comme l’une des 15 start-ups les plus prometteuses d’Europe et a réalisé un premier tour de table avec des acteurs de premier plan de la nouvelle économie en France : une future success story ?
 
Par Paul Yange
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 

Bonjour Ismaël Nzouetom. Vous êtes le fondateur de I-Dispo, une Start-up dont on parle beaucoup en ce moment. Peut-on connaître votre background, et savoir comment vous avez évolué professionnellement avant de vous lancer dans l’aventure I-Dispo ?

J’ai fait une partie de mes études au Cameroun. Après un bac « F » en électronique au lycée techique de Nkolbisson (à Yaoundé NDLR), j’ai rejoins la première promotion du DUT « génie et télecoms et réseaux » de l’IUT de Bandjoun (Ouest-Cameroun NDLR). A la fin de mon DUT, j’ai pu obtenir une bourse d’excellence de la Francophonie qui m’a donné la possibilité de venir en France [en 2002] pour un an d’école d’ingénieur à l’ISPG au sein de l’université Paris XIII. J’ai fais ensuite trois ans de formation d’ingénieur en télécom option informatique car j’étais déjà passionné d’informatique.

J’ai fini en 2005 et je me suis lancé dans le conseil en nouvelles technologies, j’ai travaillé dans trois sociétés de conseil différentes pendant ces cinq années : un an chez Expertime, une société à taille humaine spécialisée dans les technologies Microsoft, chez British Telecom où je pilotais le pôle « Dot net » en terme d’architectures et de relations partenariat. J’étais en rapport avec Microsoft que j’ai naturellement rejoins en 2007 dans le pôle conseil. J’y suis resté trois ans et j’ai accompagné des clients comme Axa, TF1, Bnp dans le développement internet autour des technologies Microsoft.

Chez Microsoft, lors de mes deux dernières années, j’ai complété ma formation de base par un diplôme en stratégies et finance car je commençais à penser à l’entrepreneuriat ; Pendant ce master (au Cnam NDLR), l’idée I-Dispo est née. J’ai aussi été lauréat du prix national de la stratégie pendant ce master où j’ai pu rencontrer plusieurs entrepreneurs dont un qui avait créé son entreprise juste à la sortie de l’école et qui en avait fait une vraie success-story puisqu’il était le numéro 1 des éditeurs de logiciel d’assurance en France. Cela m’a donné l’envie d’entreprendre. L’idée I-Dispo étant née, j’ai étudié l’opportunité et finalement je suis parti de Microsoft en octobre 2010. I-Dispo s’est créée en juillet 2010 et j’avais déjà commencé à avoir les premiers prototypes et les premiers partenaires.

 
Ismael Nzouetom
 


 Publicité 
 

Comment est née l’idée I-Dispo ?

L’idée même est née suite à un besoin personnel. Je cherchais à prendre rendez-vous avec un dentiste et j’ai du passer une quinzaine de coups de fil pour en trouver un situé dans ma zone et qui était disponible au moment où je le souhaitais. Il y a eu un déclic.

C’est vrai que lorsqu’on y pense, quand on veut réserver dans un restaurant, chez un médecin, etc il faut joindre le professionnel et même une fois qu’on l’a joint, on n’est pas forcément satisfait des disponibilités obtenues. Je me suis dit qu’il y avait quelque chose à faire sur ce thème. J’ai commencé à regarder ce qui existait sur le marché.

Aux Etats-Unis il y avait des idées sur la prise de rendez-vous, il y avait au niveau des médecins un acteur qui avait beaucoup de succès aux Etats-Unis. En France il y avait des acteurs sur des niches ou des marchés plus matures comme la réservation d’hôtels ou de restauration.
Pendant que j’étais chez Microsoft, j’ai fait deux incubateurs, l’un suite au le concours Innovapole de la CCI de l’Essonne qui m’a permis pendant 6 mois d’avoir des cours sur la création d’entreprise, de challenger mon idée.

Le contact avec d’autres entrepreneurs et la conviction que l’idée était bonne m’ont convaincus de me lancer
Ismaël Nzouetom



En même temps, il y avait le début d’un autre incubateur américain lancé par un serial entrepreneur qui vit dans la Sillicon Valley. Le concept était que des entrepreneurs ayant réussi dans la Silicon Valley ou dans le monde faisaient un retour d’expérience à des jeunes entrepreneurs entrain de se lancer. Avec l’idée de dire : vous ne quittez pas votre entreprise, vous êtes encore au stade de l’idée, vous recevez un retour d’expérience de la part de gens comme Jonathan Benassaya, créateur de Deezer, Christophe Cremer, créateur de meilleurtaux.com, Will Bunker, fondateur de match.com

Cela a permis de faire mûrir le projet, et de lui donner une dimension globale. C’est à la fin de l’incubateur, lorsque la session s’est terminée en juin, que j’ai pris la décision de partir. Le contact avec d’autres entrepreneurs et la conviction que l’idée était bonne m’ont convaincus de me lancer.

Je suis parti de Microsoft en négociant un congé de création d’entreprise qui m’a permis de quitter progressivement Microsoft et partir officiellement en octobre 2010 avec quelques partenaires qui étaient prêts à rejoindre et à tester le produit.

 
 

Lorsque vous êtes parti aviez vous déjà des associés ou étiez-vous tout seul ?

J’avais déjà des associés. Lorsque j’ai eu l’idée, j’avais un collègue avec qui j’avais développé les premiers prototypes. Il était l’associé de départ. Pendant les incubateurs et la phase de prospection, d’autres associés nous ont rejoints car l’idée était de trouver des profils complémentaires et le projet prenait de l’ampleur. Nous avions surtout une casquette un peu technique, il fallait rajouter une expertise commerciale, marketing et business développement. Une jeune entrepreneuse que j’ai rencontrée au Founder Institute qui avait une idée avec lesquelles il y avait des synergies et qui avait la même vision du marché nous accompagne dans la gestion du produit.

Le concours qu’on a vu sur internet et cours duquel Steve Ballmer (pdg de Microsoft ndlr) a apprécié votre démonstration a eu lieu à quelle occasion ?

L’entreprise est créée en juillet 2010 et lancée en octobre 2010, à partir de ce moment là je suis à temps plein. Je termine quand même ma mission chez Microsoft car j’avais accompagné Axa pendant un an sur la refonte de son espace client et je voulais aller au bout de cette mission. Mais je travaillais pendant mes congés pour I-Dispo. En octobre il y a eu l’opportunité d’un concours autour de Windows Phone avec [la présence] d’entrepreneurs, d’investisseurs, et surtout Steve Ballmer, PDG de Microsoft. On se dit que c’est une opportunité de se montrer, d’avoir de la visibilité de tester notre concept auprès du grand public.

On décide assez tard de participer puisqu’on développe l’application deux semaines avant la fin du concours. Et on a été assez étonné du buzz qui s’est créé. Le jury lui-même s’est dit étonné du buzz qu’on a su créer, des personnes qu’on a su ramener autour du projet. On finit quasiment premier dans le vote du public, on est élu meilleure application par le public sur Techcrunch.

On sent une vraie adhésion avec beaucoup de gens qui nous disent que l’idée est superbe. Lors du concours, on finit parmi les quatre meilleures applications. Cela nous a permis d’avoir une première validation du concept par le grand public, par des investisseurs...On a pris en compte les différents feedback reçus lors de ce concours et les contacts noués nous ont été utiles par la suite.

Une fois que nous avons été sûrs que l'idée séduisait, nous sommes passés à l'exécution
Ismaël Nzouetom




Entre le concours et la levée de fonds de I Dispo, qu’est ce qui s’est passé?

Une fois que nous nous sommes dit que l’idée séduisait, nous sommes passés à l’exécution et la sortie d’une première version de l’application avec les fonctionnalités de base telles qu’on les avait imaginées. Nous nous sommes mis à rechercher des fonds pour accélérer le développement puisqu’à cette époque j’étais un peu seul au niveau développement. Un free lance nous accompagnait dans le développement, mais l’idée était de se renforcer pour avoir une première version opérationnelle de la plateforme.

Le concours a été une bonne idée pour avoir de la visibilité et Microsoft séduit par l’idée nous a permis d’intégrer le programme bizspark, un programme assez sélectif d’accompagnement de 25 startups en France dans le domaine de l’édition de logiciels. Tous ces différents facteurs, le concours, le programme Microsoft Bizspark, les contacts qu’on avait noué via l’incubateur du Founder institute, tout cela nous a permis de susciter l’intérêt des investisseurs qui croyaient au concept et ont souhaité nous accompagner car ils pensaient qu’il y avait une possibilité de créer une entreprise à dimension internationale. On a commencé les discussions avec comme objectif de sortir une première version en février.

On avait réussi après le concours à convaincre Microsoft de nous choisir comme partenaires pour des services qu’ils voulaient lancer sur le moteur de recherche de Microsoft Bing. L’objectif de notre 1ère levée de fonds était de finaliser la plateforme pour être prêt pour cette sortie et commencer à lancer un pilote à partir de février mars autour de la plateforme. On a finalisé notre première levée de fonds courant janvier, ce qui nous a permis de sortir notre version pilote fin mars et on s’apprête à déployer dans quelques jours le service au niveau national puisque le pilote a été un succès. On déploie le service sur plusieurs métiers et plusieurs villes.

Xavier Niel, PDG de Free, fait partie des investisseurs de I-Dispo  
Xavier Niel, PDG de Free, fait partie des investisseurs de I-Dispo
 

Le montant de la levée de fonds n’a pas été dévoilé. C’est un chiffre confidentiel ? (sourire)

Exactement. C’est un chiffre confidentiel car nous sommes en phase de négociation d’un second tour de table. Donc nous préférons garder le montant confidentiel par rapport aux négociations qui sont en cours. [Note de grioo.com : on peut probablement estimer ce 1er tour de table à plusieurs centaines de milliers d’euros]

Tout à l’heure vous avez évoqué la possibilité pour I-Dispo de devenir une entreprise internationale. Est-ce que vous visez des marchés particuliers en dehors de la France, comme le marché américain ?

L’idée d’I-Dispo est par essence universelle puisque le constat qu’on a fait était que la prise de rendez-vous était aujourd’hui une tache restant fastidieuse, répétitive, comportant beaucoup d’actions manuelles, que ce soit en ce qui concerne les services de proximité, ou même dans le cadre professionnel, (prise de rendez-vous entre deux personnes etc).

Aujourd’hui 70% des personnes qui recherchent un prestataire de proximité font la recherche en ligne, puis sont obligés de joindre le prestataire pendant des périodes ouvrables. Ni les professionnels, ni les particuliers ne se retrouvent dans ce schéma. Nous nous sommes dit que nous pouvions créer un système permettant de combler ce manque, et cela quelque soit le système que les gens utilisent (agenda papier, logiciel informatique etc) ; Il s’agit d’offrir la possibilité de pouvoir prendre des rendez-vous 24h/24 ou 7j/7, notamment lorsqu’il n’y a pas besoin d’échange humain.

Cette problématique de la prise de rendez-vous est universelle. Il n’y avait pas d’acteur majeur positionné qui s’était imposé. Il n’y avait aucun outil qui permettait d’offrir la fonctionnalité de prise de rendez-vous universelle via Internet.

Comment voyez-vous le modèle économique de I-Dispo ?

Nous offrons notre produit gratuitement : chaque professionnel de proximité bénéficie de gratuitement de ce produit qui permet de prendre des rendez-vous de façon universelle 24/24h via internet. Ceux qui ont envie d’être plus visibles peuvent définir une commission qu’ils paieront lorsqu’une mise en avant effectuée déclenchera un chiffre d’affaires chez eux.
Lorsque l’internaute effectue ses recherches, nous pourrons mettre en avant des informations ou de la publicité qui peuvent être intéressantes pour les consommateurs. Il y a aussi de la publicité faite par des tiers.


Comment regardez-vous l’aventure I-Dispo avec un peu de recul depuis la création de la société ?

Quand on est dans une entreprise comme Microsoft qui est une belle entreprise et dans laquelle je me sentais très bien que ce soit en terme de qualité de travail, de potentiel d’évolution…et qu’ on se dit qu’on va tout arrêter et se lancer, on rencontre des gens qui vous disent que ça ne va pas marcher, que c’est compliqué, que c’est trop risqué...J’ai une nature qui me pousse à aimer les challenges. Quand on aime les challenges, il faut aussi écouter car quand on reçoit des critiques, cela signifie que le message n’est peut-être pas bien passé, ou qu’il y a des choses dans ce qu’on veut mettre en place qui sont à revoir. C’est toujours intéressant d’avoir un feedback. Aujourd’hui nous sommes très à l’écoute de nos clients et partenaires, ce qui nous permet d’adapter notre produit.

Cela dit, pour tout entrepreneur, il y a toujours des moments où c’est très difficile. Mais il faut croire en son idée, se dire qu’on est entrain de résoudre un problème qui existe, que ce qu’on crée amène de la valeur pour le particulier, les professionnels, et les partenaires.

Si vous aviez un conseil à donner à des jeunes qui veulent devenir entrepreneurs, particulièrement ceux issus des minorités/diversité.

Il faut croire en son idée, mais avoir de la capacité à prendre en compte la critique pour l’améliorer. Aujourd’hui avec Internet, il n’y a aucune limite [à ce qu’il est possible de faire]. Facebook a été créé par un étudiant dans sa chambre et aujourd’hui ce sont les utilisateurs partout dans le monde qui développent l’idée. Le marché, surtout avec les effets leviers d’internet valide l’idée.

Je crois qu’il faut aussi éviter de rentrer dans le schéma classique qui consiste à se mettre des barrières en se disant qu’on n’aura jamais les opportunités, ou le réseau qu'il faut parcequ'on vient d'ailleurs. Aujourd’hui en France et un peu partout [dans le monde], quand une idée est bonne, qu’on apporte un projet qui a de la valeur et qui peut s’imposer sur le marché, il y a beaucoup de gens ouverts qui sont disposés à suivre et à investir.

Vidéo : présentation du concept I-Dispo




Site web : www.i-dispo.com/

Vous pouvez lire l'article de “Tech Crunch” sur la première levee de fonds de I-Dispo avec des stars de la nouvelle économie en France en cliquant Ici.

Vous pouvez lire l'article de PC Inpact détaillant pourquoi I-Dispo pourrait devenir un acteur potentiellement incontournable lors des prochaines années en cliquant Ici.








       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  I-Dispo lève un million de dollars pour se développer aux Etats-Unis
  Aurélien Nkam présente ''1000 consultants''
 
Mots-clés
afrique   cameroun   diaspora africaine   entrepreneuriat   i dispo   internet   ismael nzouetom   microsoft   start up   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 11 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
  Prédateurs et sadiques: L'Afrique et ses guerres qui n'en finissent pas. Des chefs charismatiques aux guérilleros sans vision. Pourparlers stériles. Y'a-t-il un intérêt mili-politique à pénétrer une femme avec un fusil d'assaut et appuyer sur la détente?
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 L'Algérie se qualifie et rejoint le Nigeria au second tour
 Coupe du monde : les huitièmes de finale sont connus
 Les éléphants mis KO par la Grèce n'iront pas au second tour
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version