Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mercredi 18 Octobre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesHommes IllustresArticle
Alex Haley (1921-1992), écrivain auteur de ''Racines'' et de ''l'autobiographie de Malcolm X''
31/07/2007
 

Journaliste et écrivain autodidacte, lauréat du prix Pulitzer, Alex Haley est l’auteur de l’autobiographie de Malcolm X, mais c’est surtout avec Racines, un livre dont l’adaptation fut un des plus grands succès de l’histoire de la télévision, qu’il a marqué l’histoire.
 
Par Paul Yange
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Alex Haley (1921-1992)  
Alex Haley (1921-1992)
© nndb.com
 

Alexander Murray Palmer Haley est né à Ithaca, dans l’Etat de New-York le 11 août 1921. Il est le fils de Simon Alexander Haley (qui est enseignant), et de Bertha George Palmer qui est également enseignante. La famille s’installe en 1921 à Henning, dans le Tennessee où le jeune Alex passera les cinq premières années de sa vie. C’est à Henning qu’Alex se familiarisera avec les histoires de sa grand-mère maternelle, Cynthia Palmer, qui fait remonter la généalogie d’Alex à son arrière-arrière-arrière-arrière grand-père. Ce dernier était selon elle un africain dont le nom originel était « Kin-Tay » et qui a été renommé Toby lors de son arrivée aux Etats-Unis.

Le père d’Alex Haley se remarie deux ans après le décès de cette dernière lorsque le jeune Alex a 10 ans. Loin d’être un étudiant brillant, Haley n’est guère passionné par les études et en mai 1939 à l’âge de 17 ans, s’engage pour trois ans dans la marine américaine. Il est embauché comme garçon à tout faire...et sert d’abord sur le "Pamlico". Pour tuer le temps, il se met à l’écriture et apprend à écrire des histoires et raconter des récits.

Il commence par écrire à sa famille et à ses amis, envoyant jusqu’à 40 lettres par semaine. En retour, il recevait à peu près autant de lettres qu’il en avait envoyé. Il devient rapidement célèbre auprès de ses camarades marins, et ces derniers le sollicitent pour qu’il écrive leurs lettres, certains lui offrant même une rémunération financière.

 Publicité 
 
Le jeune Alex Haley dans la marine  
Le jeune Alex Haley dans la marine
 

Alex Haley écrit donc pour eux des lettres, notamment des lettres d’amour, envoyées aux épouses, petites amies, fiancées...En mai 43, il est transféré sur le USS Murzim, un cargo qui navigue dans le pacifique, à l’époque théâtre d’opérations de guerre. Haley continue d’écrire et rapidement décrit les scènes de combat, et un de ses articles est publié dans un journal de la marine, "Coast Guard Magazine", en février 1944.

Parallèlement, Haley enverra des articles à des magazines grand public, mais il faudra attendre plusieurs années avant de voir un de ses articles publié. Ces années lui permettront néanmoins de perfectionner son écriture.

Un article de Haley dans lequel il décrit la déception des marins qui restent sans nouvelles de leurs familles ou amis est ainsi repris dans les grands journaux du pays. Vers la fin de la guerre, Haley est nommé responsable d’un périodique de la marine. Son travail est apprécié et lui vaut de monter en grade. Il est successivement reporter, sous-responsable éditorial, puis directeur de la publication des gardes côtes, appelée "Helmsman" (il est alors basé au QG du 3ème district des gardes côtes à New-York).

En juin 49, il est promu journaliste, première classe, et en décembre journaliste en chef, un poste spécialement créé pour lui puisqu’il est le seul à l’occuper à l’époque dans la marine. Il continue d’écrire pour la Marine, et travaille comme adjoint du responsable des relations publiques. Il occupera ce poste jusqu’en 1959, date de son départ de la marine qu’il quitte après avoir passé plus de 20 ans.

Alex Haley lors du tournage de ''Racines''  
Alex Haley lors du tournage de ''Racines''
© archives photos
 

Après avoir quitté la marine, Alex Haley devient écrivain à plein temps, travaille pour le « Reader’s Digest » dans lequel il écrit notamment des biographies. Il conduit parallèlement des interviews qui feront date pour le magazine « Playboy ». Miles Davis est la première personnalité reçue par Haley dans le cadre de ces interviews. L’interview de Miles Davis paraît dans le numéro de septembre 1962. Dans cette interview, Miles Davis livre notamment ses sentiments à propos du racisme.

Les interviews réalisées par Haley prennent peu à peu une importance significative dans le magazine. Haley fera ainsi d’autres interviews marquantes de personnalités célèbres, comme Martin Luther King, (la plus longue que ce dernier ait jamais accordé à un magazine) ou Cassius Clay, (qui explique notamment pourquoi il change son nom en Mohammed Ali). Sammy Davis Jr ou Quincy Jones feront partie des célébrités interviewées par Alex Haley.Mais c’est son travail sur Malcolm X qui va rendre Haley célèbre dans tous les Etats-Unis.

Pour arriver à achever son livre, Haley a suivi pendant deux ans Malcolm X et travaillé avec lui. De leurs conversations, il tire l’autobiographie de Malcolm X, telle qu’exprimée par Malcolm X lui-même. L’idée de réaliser un livre est venue suite à une interview de Malcolm X réalisée en 1963 par Haley pour le compte de « Playboy ». A l’époque de leurs premières rencontres, Malcolm X est encore porte-parole de la Nation de l’Islam. Le livre publié en 1965, (après la mort du leader afro-américain) aura un grand impact sur le mouvement noir aux Etats-Unis.

 
 

Dans l’autobiographie, Malcolm X décrit son expérience du racisme dans de petites bourgades, la violence raciale, les délits qu’il a commis et qui le mènent en prison. En 1977, un peu plus de dix années après sa parution, l’autobiographie de Malcolm X s’était vendue à plus de six millions d’exemplaires aux Etats-Unis et dans le reste du monde. Elle fut classée par Time Magazine comme un des dix livres de non-fiction les plus importants du 20ème siècle.

Mais le travail de Haley sur Malcolm X sera surpassé par une autre œuvre qui lui apportera la gloire, le prix pulitzer, et une renommée mondiale. En 1976, son roman “Roots : the saga of an American Family” est publié. Le roman est une adaptation plus ou moins romancée de l’histoire de sa propre famille. Elle commence avec la capture de Kunta Kinte, un africain capturé en 1767 en Gambie et amené dans la province du Maryland dans le Sud des Etats-Unis où il devient esclave. Haley affirme être descendant à la septième génération de Kunta Kinté.

Haley s’est donné corps et âme pour que le projet prenne vie. Il lui a fallu plus de 10 ans de recherches, de voyages, d’écriture sur plusieurs continents pour accoucher de ce livre. Il a parcouru les Etats-Unis, s’est rendu sur le continent africain en Gambie, dans le village de Jouffouré pour retrouver la trace de ses ancêtres et pour rencontrer un griot local, Kebba Kanji Fofana, qui avec sa mémoire orale de l’histoire put citer le nom de « Kunta Kinté », l’ancêtre d’Alex Haley.


 
 

En 1977, Roots remporta le prix national du livre aux Etats-Unis (National Book Award) et un prix Pulitzer spécial. En l’espace d’une année, le livre se vendit à plusieurs millions d’exemplaires et devint un support de cours dans pas moins de 500 universités américaines. Il fut traduit par la suite en plus de 37 langues. Avec « Racines », Alex Haley montrait que les esclaves ne venaient pas de nulle part, mais qu’ils avaient emporté d’Afrique des traditions qui avaient survécu, comme certaines chansons, certaines croyances, certains mots…

Par ailleurs son portrait de Kunta Kinté montrait que les esclaves n’acceptèrent pas leur condition docilement, mais qu’ils essayaient de s’enfuir ou de se rebeller. L’adaptation télévisée de Racines, diffusée pour la première fois du 23 au 30 janvier 1977 attira plus de 130 millions de téléspectateurs, la plus grosse audience de l’histoire de la télévision américaine à cette époque.
Mais "Racines" fut sujet à plusieurs controverses. Tout d’abord, le livre fut attaqué pour plagiat.

Après un procès, Haley signa un accord pour 650 000 dollars, avec Harold Courlander, auteur d’un livre intitulé "The African" ("L’Africain"). Haley avait admis que de larges passages de "racines" avaient été copiés de ce livre, mais affirma que s’il se les était appropriés, ce n’était pas de façon intentionnelle...Il fut également poursuivi en 1988 par une autre auteure, Margaret Walker, mais cette dernière fut déboutée par le tribunal.

Alex Haley et Georg Stanford Brown sur le tournage de ''Roots, the next generation''  
Alex Haley et Georg Stanford Brown sur le tournage de ''Roots, the next generation''
 

Bien que Haley ait reconnu que son roman était avant tout une œuvre de fiction, il affirmait que son ancêtre était bien Kunta Kinté, un africain enlevé du village de Juffuré situé dans l’actuelle Gambie. Il prit le nom de Toby aux Etats-Unis et eu une fille appelée Kizzy, qui serait l’arrière-arrière-arrière grand-mère d’Alex Haley. L’écrivain affirmait également avoir identifié le bateau sur lequel Kunta Kinté avait été transporté d’Afrique en Amérique en 1767.

Cependant, selon certains généalogistes et historiens qui ont repris les recherches de Haley, l’histoire ne colle pas. Si un esclavage nommé Toby a bien été retrouvé à cette époque, il figurait déjà dans les registres en 1762, soit 5 ans avant la date donnée par Haley, et il est décédé avant la naissance de ses descendant(e)s supposés.

On a également affirmé que le griot que Haley avait retrouvé en Gambie avait été prévenu que celui-ci effectuait des recherches historiques, et s’était arrangé pour citer le nom de Kunta Kinté faisant ainsi croire à Haley qu’il avait véritablement découvert le village d’où son ancêtre était originaire.

 
© mandinkapeople.com  

Par la suite, Alex Haley travailla sur d’autres projets, comme l’histoire de Henning, la ville où il avait grandi, ou sur une biographie de Frank Wills, l’officier de sécurité qui avait découvert le cambriolage qui déclencha l’affaire du Watergate. Il travailla également sur une série télévisée intitulée "Palmerstown", et écrivit des nouvelles.

En 1987, Haley qui vivait en Californie à Beverly Hills déménagea pour aller vivre dans le Tennessee, l’Etat où sa famille avait vécu. Il mourut d’une crise cardiaque le 10 février 1992 à Seattle. Son roman "Queen", un roman épique centré sur la branche familiale de Simon Alexander Haley, son père, fut achevé en 1993 après sa mort.

Malgré les controverses qui entourent le livre, "Racines" eut un impact fantastique aux Etats-Unis et dans le monde, à une époque où le pays sortait juste de la fin de la lutte pour les droits civiques, alors que les afro-américains cherchaient encore leur place comme citoyens américains à part entière. Comme l’écrivirent des journalistes du "Time Magazine", "Racines" avait permis aux Blancs de mieux comprendre l’histoire des Noirs, et avait symboliquement aidé les Noirs américains à faire partie de la communauté nationale américaine.

Alex Haley à Gorée  
Alex Haley à Gorée
© rd.com
 

Roots a aussi suscité un intérêt des afro-américains et des Noirs de la diaspora pour l’Afrique et pour leurs racines. Aujourd’hui, un afro-américain qui le souhaite peut grâce aux progrès de la science déterminer de quel endroit d’Afrique certains de ses ancêtres sont originaires. Spike Lee a ainsi apprit que certains de ses ancêtres seraient venus d’une partie d’Afrique qui se trouve aujourd’hui au Cameroun, tandis que Whoopi Goldberg voit ses origines remonter dans ce qui est aujourd'hui la Guinée Equatoriale.

Vous pouvez relire l’article que Grioo.com avait consacré à Racines ici

Vous pouvez voir tous les épisodes de Racines en cliquant Ici






Vidéo : le premier épisode de ''Racines''


Racines "Roots" 1x01 par ClaConspirationFrere

Vidéo : Interview de Alex Haley dans laquelle il évoque son oeuvre ''Racines''




Dernière mise à jour : 02 juillet 2012

       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Livre : l'autobiographie de Malcolm X
  Arte rediffuse "Racines" du 1er au 13 juin 2008
  Il y a 25 ans : le formidable succès de "Racines"
 
Mots-clés
afrique   alex haley   autobiographie de malcolm x   cameroun   esclavage   gambie   guinee equatoriale   malcolm x   racines   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 2 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Boxe      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Esclavage      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version