Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 11 Décembre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesHommes IllustresArticle
Harriet Tubman (1820-1913), libératrice d'esclaves
15/05/2004
 

Esclavé évadée, Harriet Tubman libéra personnellement au cours de 19 voyages 300 esclaves sans jamais en perdre aucun
 
Par Paul Yange
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Harriet Tubman  
Harriet Tubman
 

Née Araminta Ross, Harriet Tubman vient au monde vers 1820 dans le comté de Dorchester dans le Maryland. Née de deux parents, Harriet Green et Benjamin Ross, eux même esclaves, elle est élevée dans des conditions difficiles dès son plus jeune âge. Elle est sérieusement blessée alors qu'elle est âgée de 12 ans, lorsqu’elle reçoit sur la tête un poids en métal lourd (lancé par un surveillant) destiné à un autre esclave de la ferme qu’elle avait entrepris d’aider. Elle gardera des séquelles de cette blessure le restant de sa vie.

Selon Tubman elle même, elle était souvent décrite dans son enfance comme "une de ces Ashantis". Bien qu'il soit possible que Tubman ait eu des ancêtres ghanéens Ashantis, il n'existe pas de preuve formelle de ce fait. Ce qui est certain, c'est que tous ses grands-parents étaient nés en Afrique. A 25 ans, elle épouse John Tubman, un noir américain libre. Cinq ans plus tard, apprenant qu'elle et d'autres esclaves de la plantation sur laquelle elle vit risquent d'être vendus, elle décide de s'évader. Son mari refuse de la suivre. Elle se met en route et suit le périple organisé par "l'Underground Railroad" (le "chemin de fer souterrain"), un réseau créé pour aider les esclaves désirant s'enfuir.

Son premier contact la dépose dans un wagon où elle est recouverte par un sac et conduite à sa prochaine destination. Elle arrive en Pennsylvanie, puis s'installe à Philadelphie où elle rencontre William Still, un Noir libre membre actif de "l'Underground Railroad" à Philadelphie.


 Publicité 
 
Harriet Tubman (1ère à gauche) et des esclaves qu'elle conduisait à la liberté photographiés à une station de l'Underground railroad  
Harriet Tubman (1ère à gauche) et des esclaves qu'elle conduisait à la liberté photographiés à une station de l'Underground railroad
 

(Still interrogera de nombreux esclaves évadés, puis leurs récits seront publiés sous forme de livre par la suite). Avec l'aide de Still et des membres de la société anti-abolitionniste, elle apprend le fonctionnement de l'Underground Railroad. En 1851, elle retourne dans l'Etat du Maryland où se trouve la plantation d’où elle s’est évadée et réussit à faire évader sa sœur et les deux enfants de celle-ci.
Elle y retourne une seconde fois pour faire évader son frère et deux autres hommes. Elle emmenera les membres de sa famille à St Catharines dans l'Ontario, au Canada. La ville de St Catharines sera le QG de ses opérations jusqu'en 1857. Là-bas, elle pratique diverses activités qui lui permettent d'économiser de l'argent pour financer ses activités de "conductrice" dans le réseau de l'Underground RailRoad...

Lors de son troisième voyage, elle recherche son mari pour l'aider à fuir, mais découvre qu’il a épousé une autre femme. Elle aide alors d'autres esclaves désireux de retrouver la liberté et les escorte vers le Nord.

Harriet Tubman  
Harriet Tubman
 

Tubman continuera ses activités de "passeuse" d’esclaves, et effectua environ 19 voyages au cours desquels elle fera évader plus de 300 esclaves. Elle utilisa diverses "techniques" lorsqu'elle aidera les esclaves à s'échapper : somnifère pour les bébés afin de les empêcher de pleurer (les pleurs pouvaient faire repérer le groupe), fuite le samedi sachant que les avis avertissant de l'évasion d’esclaves ne pouvaient pas être insérés dans les journaux le lundi matin, ce qui permettait de gagner un peu de répit. Tubman portait avec elle un fusil avec lequel elle menaçait les fugitifs qui étaient trop fatigués ou qui voulaient faire demi-tour. Elle savait qu'un fugitif capturé mettait en danger tout le processus d'évasion si le fugitif venait à passer aux aveux. "Vous serez libres ou morts" leur affirmait-elle.

En 1856, la "tête" d'Harriet Tubman était mise à prix pour 40 000 dollars. Cette dernière continua jusqu'en 1860 ses voyages pour faire évader d'autres esclaves, y compris un au cours duquel elle fit évader ses parents qui avaient dépassé les 70 ans. Harriett Tubman fut surnommée "Moïse" par les esclaves qu'elle avait fait évader tant sa réputation de "libératrice" était impressionnante. Fréderick Douglass, le célèbre leader anti-abolitionniste noir déclara à son propos : "excepté John Brown, je ne connais personne qui ait volontairement connu plus de périls et de difficultés qu'elle pour venir en aide à notre peuple esclave."

Le chemin de l'underground railroad suivi par Harriet Tubman  
Le chemin de l'underground railroad suivi par Harriet Tubman
© faculty.ssfs.org
 

John Brown (célèbre leader anti-esclavagiste blanc américain qui mouru pendu NDLR) déclara à son propos "qu'elle était l'une des personnes les plus braves de tout le continent". Devenue ami de tous les abolitionnistes les plus connus de son époque, Tubman prit part aux réunions des sociétés anti-esclavagistes. En se rendant à une de ces réunions en 1860, elle aida lors d’un incident dans l’Etat de New-York un esclave fugitif qui avait été capturé.
Pendant la guerre de sécession, elle travailla pour l’armée de l'Union comme cuisinière, infirmière et même espionne.
A la fin de la guerre, Harriet Tubman retourna à Auburn dans l'Etat de NY. Elle y épousa Nelson Davis et vécu dans une maison construite à South Street. En 1908, elle fit construire un endroit qui allait lui servir à accueilir les pauvres et les personnes âgées. Elle y travailla jusqu'à sa mort survenue en 1913.








       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Les âmes du peuple noir de W.E.B Du Bois
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 32 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Boxe      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version