Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 23 Octobre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesSuccess StoriesArticle
Wangari Maathai : Une militante à la main verte
06/03/2005
 

Première femme africaine à recevoir le Prix Nobel de la Paix, Wangari Maathai s’est faite un nom en luttant contre la déforestation du Kenya. Un combat pour l’écologie qui a permis de valoriser l’image de la femme kenyane. Portrait d’une militante qui fait pousser les arbres et l’espoir.
 
Par Lucie Montchovi
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Première dame
Wangari Maathai  
Wangari Maathai
© satyamag.com
 

Chaque arbre planté est un espoir de paix … De cette conviction est née une lutte pour la conservation des forêts sacrées du pays qui l’a vue naître : le Kenya. Wangari Maathai, c’est l’histoire d’une vie vouée à la cause salutaire de l’écologie. Une femme de conviction et de courage, comme il est rare d’en voir aujourd’hui. Surnommée la « dame de fer africaine », Wangari Maathai traîne derrière elle, des années de combat auréolées par des vingtaines de récompenses. Parmi les plus prestigieuses, le Prix Nobel de la Paix 2004. Elle devient à cette occasion, à l’âge de 64 ans, la première femme noire africaine à obtenir cette distinction.

Passionnée par la nature, elle fut dès la fin des années 1960, la première femme de son rang nommée professeur d’université à Nairobi, et la première à y décrocher un doctorat en 1971, avant d’obtenir une chaire de biologie vétérinaire. Elle est la douzième femme nobélisée et la première lauréate écologiste. Un parcours exemplaire pour cette érudite des sciences naturelles.

Depuis la création en 1977 de son association « la ceinture verte » (« Greenbelt »), le Docteur Wangari Maathai a planté plus de 30 millions d’arbres pour éviter la désertification des villages, l’érosion des sols, facteurs d’appauvrissement des populations vivant de la terre.
Au-delà de sa lutte pour la préservation des hauts plateaux du Kenya, Wangari Maathai se distingue pour ses combats dans les Droits de l’Homme et la défense de la démocratie. Fervente catholique dans l’âme, son chemin n’a pas été seulement parsemé de gloire. Sa vie est aussi un récit de sacrifices douloureux.

 Publicité 
 
Une combattante
Wangari Maathai  
Wangari Maathai
© Reuters
 

Wangari Maathai est née en 1940, dans le village proche de Nyeri, au cœur de l’ethnie Kikuyu, au pied du Mont Kenya. Issue d’une famille d'humbles fermiers, Wangari Maathai passe sa scolarité sur les bancs des écoles kenyanes. Sa vivacité intellectuelle est vite remarquée par des sœurs catholiques qui lui permettent d’aller étudier aux Etats-Unis. Elle se perfectionne en Allemagne. De retour au pays, avec en poche une spécialisation en biologie, Wangari Maathai enseigne la zoologie à l’Université de Nairobi.

Dix ans plus tard, elle est en froid avec les autorités académiques et se retrouve au chômage. Mère de trois enfants, son couple est en crise. Son mari, un homme politique kenyan, obtient le divorce ajoutant qu’elle était : « trop éduquée, trop forte, trop têtue, qu’elle avait trop de réussite et qu’elle voulait trop prendre les choses en main ». Et c’est vrai, au même moment, Wangari Maathai crée son mouvement de la « ceinture verte » et commence par planter sept arbres le « Jour de la Terre » pour honorer les femmes.

Entre 1980 et 1990, la « Greenbelt » se fait une réputation par ses actions non-violentes. Le mouvement obtient ainsi l’abandon du projet de construction d’une tour de soixante étages dans Uhuru Park, le grand jardin public au centre de Nairobi. Ses idées sont largement suivies par les kényanes qui la surnomment affectueusement Mama Miti (mère des arbres en swahili), un personnage exemplaire, une héroïne intouchable.

Au fil des années Maathai se fait entendre sur des questions épineuses liées à la forêt, la dernière étant un débat controversé déclenché par certains ministres du gouvernement demandant la réintroduction d'un système de shamba (ferme en Swahili), qui implique qu'on autorise les communautés à cultiver sur les terres des forêts.

Femme politique
Wangari Maathai  
Wangari Maathai
© http://odin.dep.no
 

Sous la présidence de Daniel Arap Moï, son franc-parler et ses engagements politiques lui attirent beaucoup d’ennemis. A maintes reprises, Wangari Maathai est jetée en prison et doit même s’exiler en Tanzanie. Les coupures de courants et les brutalités n’ont pas découragé cette femme de conviction à dénoncer ceux qui corrompent le pays : "Malheureusement, pendant les deux dernières décennies, le système est devenu corrompu et destructeur, avec le phénomène des braconniers, des bûcherons illégaux, des charbonniers et même des barons de la drogue (plantant du cannabis ou de la marijuana) qui devenait courant".

Candidate à l’élection présidentielle en 1997, elle recueille un minuscule score. C’est un coup dur. Mais l’avènement du multipartisme au Kenya avec la victoire du président Mwai Kibabi, lui permet d’être élue députée en 2002 (cinquante voix contre une), puis ministre adjointe de l’environnement en 2003.

Une femme controversée
Wangari Maathai  
Wangari Maathai
© Yale
 

Sur le terrain des traditions ancestrales, Wangari Maathai a défrayé la chronique, entachant son image de défenseuse des droits de la femme. On lui a reproché d’avoir déclaré que « l’excision est au cœur de l’identité des Kikuyus » dont « toutes les valeurs sont construites autour de cette pratique ». Des propos qui l’ont plongée dans la controverse. Mais elle se défend envers ses mutilations « que personne ne peut approuver ».

Lors de son discours d’acceptation du Prix Nobel, Mama Miti a pris soin de mettre le doigt sur « ces traditions rétrogrades en voie d’abandon ». « L’excision (…) il faut s’en débarrasser sans pour autant renier l’ensemble de l’héritage culturel » a-t-elle bien insisté.

Afin de faire taire les rumeurs, Wangari révèle officiellement qu’elle n’a jamais pensé que le virus du SIDA avait été développé par les blancs.

Explications faites, Wangari Maathai continue de poursuivre son vrai combat. Celui de reboiser son pays natal puis son continent. Paradis des safaris, des plaines sauvages et des terres généreuses. Pour cette femme à l’éclatante envie de se battre : « Planter un arbre, c’est une prise de conscience. Nous ne sommes rien sans notre environnement. Il faut arrêter de croire que notre espèce est la plus importante ».

Pour célébrer son Prix Nobel, Wangari Maathai est retournée en Afrique. Au pied du Mont Kenya, elle y a planté de ses mains un tulipier d’Afrique, comme pour la première fois. Un moment salvateur et de bonne augure pour les générations futures. Son combat ne fait que continuer avec un seul but, préserver les dons sacrés de la Terre : les Forêts et des Hommes…

Mise à jour : Wangari Maathai est décédée le 25 septembre 2011 à Nairobi des suites d'un cancer.

       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Kenya : décès de Wangari Maathai, prix nobel de la paix 2004
 
Mots-clés
afrique   kenya   prix nobel   wangari maathai   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 16 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Boxe      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Mohammed Ali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version