Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 17 Octobre 2017 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesHommes IllustresArticle
Bob Marley (1945-1981)
22/06/2003
 

Né en 1945 en Jamaïque, Robert Nesta Marley porta le reggae à des hauteurs inégalées devenant ainsi une des premières superstars planétaires issue d'un pays du tiers monde
 
Par Paul Yange
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Bob Marley  
Bob Marley
 

Robert Nesta Marley dit Bob Marley (1945-1981)

Bob Marley mourut le 11 mai 1981 des suites d’une tumeur au cerveau dans un hôpital américain à Miami. Ainsi s’éteignit celui qui avait été surnommé le prophète rasta, et qui était aussi une des premières superstars originaire du tiers monde. Ses funérailles qui se déroulèrent quelques jours plus tard à Kingston en Jamaïque (le 21 mai) furent dignes de celle d’un chef d’Etat. Des centaines de milliers de personnes y assistèrent, y compris le premier ministre jamaïcain d’alors.

Au cours de sa brève existence, Bob Marley porta le reggae à des sommets inégalés jusque là. Marley n’était pas seulement un musicien en Jamaïque, mais une légende vivante. Bob Marley naquit le 6 février 1945, fils d’un soldat blanc britannique, Norval Marley et d’une jamaïcaine de 18 ans, Cedella Booker. Le père de Marley, marié à Cedella et bien que fournissant une assistance financière, fut peu présent dans leur vie. Bob Marley arriva à Kingston, (qui faisait figure d’eldorado pour les jamaïcains vivant à la campagne) accompagnant sa mère qui y cherchait du travail. Il fut élevé à Trenchtown, un ghetto urbain pauvre où la vie était difficile. Ses amis étaient des enfants des rues et il se lia d’amitié avec l’un d’eux, Nevile O’riley Livingstone, plus connu sous le surnom de Bunny. C’est avec lui que Bob fit ses premiers pas dans le monde de la musique.



 Publicité 
 
 
 

Bob et Bunny étaient fascinés par la musique noire américaine qu’ils écoutaient à la radio et passaient tout leur temps libre à répéter et chanter. Joe Higgs, un habitant de Trenchtown donnait des cours informels aux aspirants musiciens et c’est au cours d’une de ces sessions que Bob et Bunny rencontrèrent Peter Mc Intosh, un jeune qui avait également de grandes ambitions musicales.

En 62, Marley passa une audition chez un producteur local, Leslie Kong, qui fut impréssionné et l'emmena en studio. Il produisit le 1er disque de Marley intitulé "judge not". D’autres chansons furent enregistrées, mais passèrent inaperçues. Bob Marley était néanmoins de plus en plus persuadé que la musique était sa voie. Il décida donc d’aller de l’avant et créa en 1963 en compagnie de Peter et de Bunny un groupe, les "Wailing Wailers".

Le nouveau mentor du groupe, un certain Alvin Patterson, leur présenta un producteur de Kingston, Clement Dood, qui satisfait des résultats des auditions décida de produire le groupe. Les Wailers sortirent leur premier disque "Simmer Down", sur le label Coxsone dans les dernières semaines de 1963. La chanson fut numéro un en janvier dans les charts jamaicains et le resta deux mois. Le groupe, composé alors de Bob, Bunny, Peter et Junior Braithwaite ainsi que deux chanteuses Beverly Kelso et Cherry Smith fit la une de l’actualité locale.



 
 

Malgré sa popularité, le groupe se divisa (Junior Braithwaite, Beverly Kelso et Cherry Smith s’en allèrent). Marley rencontra par la suite une jeune femme du nom de Rita Anderson qu’il épousa. Il passa quelques mois aux Etats-Unis où sa mère s’était installée, puis revint en Jamaique où l’empereur Hailé Sélassié avait effectué une visite officielle.Le mouvement Rastafari avait gagné une nouvelle audience, et Marley s’en rapprocha. En compagnie de Bunny et de Peter, il reforma un groupe qui s’appelait maintenant simplement les "Wailers". Au début des années 70, deux nouveaux membres firent leur apparition dans le groupe dont la réputation dans les Caraïbes, n’était plus à faire. Mais au niveau international, il démeurait inconnu.

Au cours de l'été 71, Marley s’envole pour l’Angleterre, où il est bientôt rejoint par le reste des Wailers, et le groupe signe avec Chris Blackwell, qui dirige Island Records. Blackwell qui connaît bien la musique jamaïcaine et qui sent le potentiel des Wailers leur avance 4000 £ pour faire l’album. Pour la 1ère fois, un groupe jamaicain a accès au meilleur matériel d’enregistrement et est traité sur un pied d’égalité avec des groupes rock contemporains. L’album "Catch a fire", le 1er des Wailers, sort suivi d’une tournée en Angleterre et aux Etats-Unis. Bunny, qui supporte mal la vie en tournée est remplacé par Joe Higgs. A la fin de l’année 73, les wailers sortent leur second album "burnin’" qui comprend des hits comme "I shot the sherif" et "get up stand up". La reprise de "I shot the sherif" par Eric Clapton se classera en première position des charts américains et renforcera la popularité de Bob Marley et des wailers.

Dans ses albums et en dehors de la scène, Marley prend position, ses textes et son discours sont engagés. Il souligne que la condition des noirs reste à améliorer et déclare que "les noirs souffrent partout de part le monde et qu’ils doivent en conséquence s’unir".



Bob Marley en concert  
Bob Marley en concert
 

En 1975, l’album "Natty Dread" paraît avec le tube "No Woman No cry". En 1976, la reggae mania avait envahi les Etats-Unis et Bob Marley était également devenu très populaire en Angleterre où il avait enregistré la version live de "No woman, no cry" au cours de ce qui fut peut-être le meilleur concert qu’il ait livré de sa carrière, au Lyceum Ballroom de Londres au cours de l’année 1975. L’album "Rastaman Vibration" paru en 1976 se classa parmi les meilleures ventes aux Etats-Unis. En décembre 1976, 2 jours avant un concert qu’il devait livrer le 5 décembre, Bob Marley fut victime d’une étrange tentative d’assassinat. Un homme armé s’introduisit dans sa sa maison de Kingston et tira plusieurs coups de feu. Personne ne fut tué et Bob Marley pu effectuer le concert qu’il devait livrer.

Les Wailers repartirent à Londres où ils enregistrèrent l’album "Exodus" solidifiant ainsi leur carrière internationale. Exodus se classa numéro un des ventes dans de nombreux pays et resta notamment 56 semaines consécutives dans les Charts britanniques. Les 3 singles extraits ("Exodus", "Waiting in vain", "Jammin") se vendirent massivement. En 78, l’album "Kaya" sorti et se classa directement en 4è position des ventes au Royaume-Uni une semaine après sa sortie. L’album avait une tonalité différente, plus de chansons d’amour et des hommages au pouvoir du "ganja". Deux tubes, "satisfy my soul" et "Is this love" furent extraits de l’album.

Au cours d’une tournée qui suivit la sortie de l’album, Bob Marley apprit qu’il était atteint d’un cancer et la tournée fut annulée. Ce dernier refusa cependant d’arrêter d’enregistrer en studio. Le 15 février 1978 il reçut des Nations unies la médaille de la paix pour le tiers monde et se rendit en Afrique quelques mois plus tard pour la première fois de sa vie au Kenya, puis en Ethiopie. Au cours de l’année 78, le groupe se produisit en Australie, au Japon, en Nouvelle-Zelande.



Bob Marley au Zimbabwé  
Bob Marley au Zimbabwé
© bobmarley.sk
 

A l’été 79, Survival, le 9è album des Wailers pour Island Records sort avec des titres comme "Zimbabwe", "So much trouble in the world", "Africa Unite". Survival marquait la solidarité de Marley avec l’Afrique et encourageait au panafricanisme. En 1980, le gouvernement du Zimbabawé l’invita à se produire au cours de la cérémonie marquant l’accession à l’indépendance de l’ex Rhodésie. Bob Marley considérait cette invitation comme le plus grand honneur qui lui avait été fait de son existence.

La tournée européenne de Bob Marley & les Wailers effectuée dans la foulée rassemble plus d'1 million de personnes en 6 semaines. Toujours en 1980, la santé de Bob Marley continuait à se détériorer. Il voulu néanmoins faire la tournée prévue aux Etats-Unis. Au cours d’un jogging à Central Park, Marley s’effondra et fut transporté à l’hôpital où les médecins lui annoncèrent qu’il lui restait un mois à vivre du fait d’une tumeur au cerveau. Marley décida qu'il devait quand même se produire aux Etats-Unis, mais fut incapable de continuer après le concert de Pittsburgh et le reste de la tournée fut annulé. Il essaya de se faire soigner contre le cancer en Allemagne, mais le traitement controversé se révéla inefficace et Marley mourut à Miami, alors qu’il essayait de rentrer mourir en Jamaïque. Il n’était âgé que de 36 ans, mais moins de 10 ans lui avaient suffi pour entrer au panthéon de l’histoire musicale .

Son corps fut rapatrié de Miami jusqu’en Jamaïque où il reçut à titre posthume l’ordre du mérite jamaïcain.

Lire aussi sur grioo.com : Décès de Cedella Booker, mère de Bob Marley, le 8 avril 2008




Vidéo : ''les funérailles de Bob Marley''



Bob Marley : ''stir it up''



Bob Marley : "Jammin"



Bob Marley : ''No Woman No Cry''



Bob Marley : ''Africa Unite''



Bob Marley : ''One love''



Bob Marley : ''could you be loved''






       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Hommage à Bob Marley le 11 Mai à Cannes
  Rita Marley envisage d'enterrer Bob en Ethiopie
 
Mots-clés
bob marley   jamaïque   panafricanisme   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 43 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Boxe      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Mohammed Ali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version