Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 17 Septembre 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Côte d’Ivoire : Impossible extradition des pros Gbagbo du Ghana
28/09/2012
 

A quel jeu se livrent les autorités ghanéennes ?
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
 
 

A quel jeu se livrent les autorités ghanéennes ? Personne ne le sait vraiment. Leur attitude a pour le moins quelque chose d’équivoque. La décision de justice rendue, le 25 septembre 2012, jugée approximative, suscite des conjectures. Il se susurre hélas, avec insistance, que le politique a une fois de plus mordu dans le champ de la justice.

Qu'à cela ne tienne, la vérité est là, implacable. Le porte-parole de l’ancien président ivoirien, Justin Katinan Koné, ne sera pas extradé vers la Côte d’Ivoire, ou du moins, pour l’instant. Son sort devrait être fixé, le 11 octobre prochain. En attendant, il peut souffler. Dans son cœur rempli de joie, devrait germer des fleurs d’espérance.

 Publicité 
 

Ce, d’autant plus qu’il a remporté une victoire personnelle qui le conforte dans ses positions. Il a, pour de vrai, quitté l’ombre chaude grâce à une liberté sous caution, moyennant la somme de 13 200 000 francs CFA.

Or, il y a peu seulement, la même justice l’avait envoyé balader, donnant l’impression qu’elle voulait le contraindre à purger, ce que certains, en Côte d’Ivoire, appellent son incurie. Il s’agit, ni plus, ni moins, que de l’affaire du détournement des 300 milliards de FCFA des caisses de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et des incessantes attaques perpétrées contre le pays d’Houphouët Boigny, depuis plusieurs mois.

La justice ghanéenne a surpris plus d’un observateur, car bon nombre de personnes et les autorités ivoiriennes, en particulier, s’attendaient à l’extradition du sieur Koné. A défaut, qu’il soit confiné en prison en attendant que de nouvelles preuves viennent étayer sa culpabilité. Le problème, c’est que l’on se demande si les autorités ivoiriennes disposent de preuves accablantes, en dehors de celles remises par le procureur de la République, Ange Kessy, au président ghanéen, à l’occasion de son passage en Côte d’Ivoire, au début du mois de septembre.

 
 

Encore qu’il est difficile d’éventrer ce que les autorités ivoiriennes cachent dans le tréfonds de leurs ventres, on se bornera à dire que la visite de John Dramani Mahama n’a apparemment pas servi à grand chose. A part des déclarations de bonnes intentions. Sinon, comment expliquer l’empressement du porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, à demander aux autorités ghanéennes de réduire la mobilité et de contrôler la « nocivité » de Justin Katinan Koné ? En tous les cas, l’homme est assimilé à la peste par le gouvernement d’Alassane Ouattara qui redoute qu’il n’infecte la phalange modérée de la bulle socialiste exilée au Ghana.

Reste à savoir si les autorités ghanéennes, qui ont opéré un revirement spectaculaire, l’entendront de cette oreille. A l’heure qu’il est, on continue de se demander si elles ont agi par humanisme ou par snobisme ? Cette dernière option est largement partagée par des observateurs avertis qui suivent de près l’évolution de la situation politique de la sous région. Pour eux, les responsables ghanéens ont réagi par rapport à la fermeture unilatérale des frontières terrestres, maritimes et aériennes qui séparent ces deux pays.

Les Ghanéens n’ont, selon toute vraisemblance, pas agi en vue d’entretenir un climat d’incertitude permanent, histoire de rendre le Ghana plus attractif. Des experts ont déjà démontré que les bénéfices tirés de la guerre qui a déchiré le pays est très marginal. Fort de ce constat, il n’est pas excessif d’avancer que l’on est soumis à un microclimat fait d’egos, à la limite de la démesure.


Une conjoncture bien inquiétante, susceptible d’être savamment entretenue par des pontes du National democratic congress (NDC), qui ont pris fait et cause pour les proches de Laurent Gbagbo, au nom de la lutte contre l’impérialisme international. Il faut compter avec eux, surtout leurs influences au sommet de l’appareil de l’Etat et de l’armée. Cela dit, il paraît presqu’illusoire de croire que l’emballement instantané de la situation va s’estomper avec la satisfaction entière de la partie ivoirienne.

Elle ne devrait pas s’attendre à recevoir, dans les délais les plus brefs, l’increvable viatique de l’ex-homme fort d’Abidjan et ses compagnons, au nombre d’une dizaine qui sont sous le coup d’un mandat d’arrêt international de la justice ivoirienne. En plus de cela, il faudrait que le gouvernement ivoirien cravache dure pour obtenir de celui du Ghana, la mise en place d’unités mixtes opérationnelles aux fins de patrouiller le long de la frontière, longue de 700 kilomètres, comme cela s’est passé avec le Liberia.


www.lefaso.net




       
Mots-clés
afrique   crise ivoirienne   ghana   justin kone katinan   laurent gbagbo   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 7 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Esclavage      France      Gabon      Ghana      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version