Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 22 Août 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Gabon : Le Front du refus du coup de force électoral s'exprime
06/09/2009
 

17 des 18 candidats à la présidentielle se sont regroupés et condamnent le hold-up d'Ali Bongo. Casimir Oye Mba lance un appel au calme et condamne un "coup de force électoral". Le gouvernement gabonais refuse la médiation de l'union africaine
 
Par Redaction Grioo.com
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Le Front du refus du coup de force électoral s'exprime
L'ancien premier ministre Jean Eyeghe Ndong est le porte-parole du Front de Refus du Coup de force électoral  
L'ancien premier ministre Jean Eyeghe Ndong est le porte-parole du Front de Refus du Coup de force électoral
© getty
 

Organisation regroupant 17 des 18 candidats à l'élection présidentielle gabonaise (le 18ème candidat étant Ali Bongo, qui n'en est évidemment pas membre), le Front du refus du coup de force électoral s'était réuni pour la première fois le 4 septembre, en vue de dénoncer notamment le "hold up électoral perpétré par le Parti Démocratique Gabonais (PDG) et son candidat Ali Bongo".

L'organisation s'est de nouveau exprimée ce week-end via son porte-parole, l'ancien premier ministre Jean Eyeghe Ndong.

"Nous savons avec la population que les résultats communiqués par le ministre de l'intérieur sont faux (...) Nous savons que certains gouverneurs ont été convoqués pour aller signer des procès verbaux bien après les votes alors que ceux ci devaient être signés au sortir des votes le dimanche 30 août" a t-il déclaré.

L'ancien premier ministre met sur le compte de ces faux résultats la colère et les violences qui se sont produits après l'annonce de la victoire d'Ali Bongo. Il rappelle que Pierre Mamboundou a été blessé de même que le représentant du candidat Zacharie Myboto par les éléments déployés par les autorités lors des incidents de la cité de la démocratie jeudi dernier.

Jean Eyeghe Ndong affirme également que les membres de la Cenap (commission électorale) qui représentent l'opposition à la Cenap sont dans l'insécurité, et prévient que s'il arrivait quelque chose de "malheureux" à ces derniers, chacun devra prendre ses responsabilités (la commission paritaire de la commission électorale est composée à égalité de représentants de l'opposition et de représentants du parti au pouvoir NDLR).

Enfin, Jean Eyeghe Ndong a précisé que le Front du Refus du Coup de Force Electoral fera une déclaration en début de semaine prochaine, à l'attention des populations gabonaises, et des médias nationaux et internationaux.

 Publicité 
 
Vidéo : Jean Eyeghe Ndong, porte-parole du Front du Refus du Coup de Force Electoral s'exprime



Casimir Oye Mba dénonce un coup de force électoral et appelle les acteurs de la vie politique gabonaise à trouver une solution pour sortir le pays de l'impasse
Casimir Oye Mba  
Casimir Oye Mba
 

L'ancien premier ministre, ex ministre du pétrole et ex candidat à la présidentielle du 30 août dernier, Casimir Oye Mba, s'est exprimé au sujet de la situation tendue que connait le Gabon, suite à la victoire controversée d'Ali Bongo.

Casimir Oye Mba affirme dans son communiqué que le résultat de l'élection est en réalité "un coup de force électoral" et ajoute que cela est venu confirmer les appréhensions de nombreux gabonais qui espéraient le changement.

Devant la gravité de la situation et les violences qui ont causé la mort d'au moins deux personnes, Casimir Oye Mba affirme ne pas pouvoir rester silencieux : "j’en appelle solennellement à tous les acteurs majeurs de la vie politique nationale afin que nous trouvions ensemble une issue rapide et bénéfique pour tous, en ayant en vue l’intérêt supérieur de notre pays." dit-il en concluant son communiqué.

Casimir Oye Mba s'était retiré la veille du scrutin présidentiel, sans appeler à ses partisans à voter pour un des candidats restant en lice. Expliquant son choix, il avait mis en cause le processus électoral qui n'était pas crédible selon lui, et ajouté mystérieusement que les informations dont il disposait pouvaient laisser présager du pire à l'issue des votes.

Le gouvernement gabonais refuse la médiation de l'Union Africaine et n'exclut pas l'état de siège à Port-Gentil
Moustapha Niasse  
Moustapha Niasse
© rewmi.com
 

Les autorités gabonaises ont opposé une fin de non recevoir à la médiation de Moustapha Niasse, ancien premier ministre du Sénégal et médiateur de l'Union africaine, qui devait se rendre au Gabon afin d'aider les différents protagonistes de l'élection présidentielle à trouver une solution à la crise.

Pour le gouvernement gabonais, la venue de Moustapha Niasse ne se justifie pas pour plusieurs raisons. Tout d'abord, la situation à Port-Gentil est moins préoccupante qu'en 1994 par exemple : "il n'apparaît pas nécessaire de la part de la commission de l'Union Africaine d'initier une mission dont la vocation concerne les pays-membres en crise".

Ensuite, la situation à Libreville est "normalisée", toutes les institutions constitutionnelles (sénat et assemblée notamment) fonctionnent normalement. Enfin, les libertés individuelles sont garanties, ainsi que la libre circulation des biens et des personnes.

Le gouvernement gabonais tient à préciser que la situation dans la ville de Port-Gentil qui était en effet préoccupante, revient progressivement à la normale et le calme y règne désormais. Le couvre-feu sera très prochainement levé


A la lumière de ce qui précède, on peut donc déduire que pour le gouvernement gabonais, le Gabon n'est pas en crise !

Pourtant le ministre de l'intérieur, Jean-François Ndongou, a déclaré que le gouvernement envisageait de mettre Port-Gentil en état de siège. Selon lui, la présidente Rose Rogombe et le premier ministre "n'ont pas voulu mettre Port-Gentil en état de siège, mais si la paix, l'ordre et l'harmonie ne sont pas restaurés, une autorisation spéciale du parlement sera sollicitée".

Selon la constitution gabonaise, le président, après discussion avec le gouvernement et consultation avec le parlement peut décréter un état d'urgence ou un état de siège. Selon le ministre de l'intérieur gabonais, en cas d'état de siège, il serait impossible de se déplacer sans autorisation spéciale. "L'état de siège c'est grave, il y a une interdiction de se déplacer sans une autorisation spéciale, il ne faut pas transformer Port-Gentil en champ de bataille" a t-il conclu lors d'une visite qu'il a rendu à des notables locaux à Port-Gentil.

       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Gabon : les procès verbaux seront recomptés par la cour constitutionnelle
  Nicolas Sarkozy félicite Ali Bongo, l'opposition demande que les voix soient recomptées
 
Mots-clés
afrique   casimir oye mba   gabon   jean eyeghe ndong   moustapha niasse   présidentielles gabonaises   union africaine   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 24 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      France      Gabon      Ghana      Haïti      Italie      Mali      Mario Balotelli      Nigeria      Racisme      Rdc      Samuel Eto'o      Senegal      Tchad      Thomas Barwuah      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version