Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Samedi 25 Janvier 2020 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Le nouveau parti de Mamadou Koulibaly :
13/07/2011
 

quel apport à la démocratie ivoirienne ?
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Mamadou Koulibaly  
Mamadou Koulibaly
 

Mamadou Koulibaly a donc fini par claquer la porte et créé son propre parti, le LIDER (Liberté et démocratie pour la République). Longtemps marginalisé au sein du FPI, il était devenu, après l’avènement du nouveau régime, par la force des choses, le numéro un du parti de l’ex-président Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI). L’homme s’était alors donné pour tâche de recoller les morceaux d’une organisation en déroute du fait de l’arrestation de plusieurs de ses dirigeants.

On pressentait ce départ du chef du Parlement ivoirien. Universitaire et économiste, Mamadou Koulibaly est, comme le nouveau chef de l’Etat Alassane Dramane Ouattara (ADO), originaire du Nord de la Côte d’Ivoire. Au lendemain de la chute de Laurent Gbagbo, il était devenu chef par intérim du FPI.

Lors d’une sortie médiatisée, il avait laissé entendre qu’il voulait rebâtir le parti, faire vivre une "opposition forte" face au "pouvoir présidentialiste absolu " du nouvel homme fort du pays. Mais il fut mis en minorité par la faction la plus dure, celle des cadres, qui refuse de tirer un trait sur l’ère Gbagbo. Mamadou Koulibaly aura donc échoué dans sa tentative de prendre définitivement la direction du parti.

 Publicité 
 
Mamadou Coulibaly et Guillaume Soro lors des festivités du cinquantenaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire sous l'ère Gbagbo  
Mamadou Coulibaly et Guillaume Soro lors des festivités du cinquantenaire de l'indépendance de la Côte d'Ivoire sous l'ère Gbagbo
 

Le départ de cet homme en disgrâce dans l’entourage du dictateur déchu, n’est pas en soi une surprise. Depuis un certain temps déjà, le torchon brûlait entre l’ex-chef de l’Etat et le chef du Parlement. Mamadou Koulibaly avait aussi maille à partir avec d’autres caciques du parti. Sans doute des éléments qui cherchaient activement à lui faire ombrage.

L’homme, considéré comme un pur et dur, à cheval sur les principes, s’était mis à dos une partie du staff par ses critiques à peine voilées de la gestion du pouvoir d’Etat par le clan présidentiel et ses inconditionnels. Se préoccupait-il déjà de sa propre survie politique ? Toujours est-il qu’aujourd’hui, cet homme qui a souffert le martyre pour avoir osé contester Gbagbo avant la crise, semble avoir l’avenir devant lui. Prévoyant, il avait sans doute senti son heure venir après la chute du régime Gbagbo. D’où cette ambition de chercher à réorganiser et relancer le parti. Mais allait-on, et devait-on le laisser faire ?

Toujours est-il que la frange qui lui est hostile au sein du FPI aura finalement réussi à le faire partir, de gré ou de force. Son avenir politique ? Celui qui, sous Laurent Gbagbo, était le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, a fait ses adieux au FPI. Même s’il s’abstient de préciser l’identité de ses partisans, l’on présume que Mamadou Koulibaly va tenter de s’appuyer sur différentes bases pour organiser son mouvement.

Simone et Laurent Gbagbo  
Simone et Laurent Gbagbo
© reuters
 

Récemment, il avait pris les commandes du CNRD (le Conseil national de la résistance pour la démocratie). Une instance créée il y a quelques années, par Simone Gbagbo, pour donner la réplique au RHDP, le Rassemblement des Houphouëtistes. Le CNRD regroupe les partis naguère alliés à Laurent Gbagbo, plusieurs syndicats dont celui des jeunes de la FESCI (Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire), et diverses organisations de la société civile.

Le Front populaire ivoirien décapité, Mamadou Koulibaly pourrait obtenir des ralliements avec l’ambition de jouer le rôle du principal opposant au nouveau régime ivoirien. Mais qui parviendra-t-il à recruter au sein du FPI ? Quelles troupes vont le rejoindre ? Les conditions d’évolution du FPI, ses risques d’éclatement, nous les avions évoqués dans nos précédentes éditions.

Mais pour la vitalité de la démocratie dans ce pays frère, la disparition de ce parti ne serait pas souhaitable. En effet, en dépit de ses nombreuses erreurs de parcours, nul ne peut nier la contribution du FPI à l’éveil des consciences, à la mobilisation et à la combativité du peuple ivoirien. Cette effervescence s’est soldée par l’avènement du multisyndicalisme et l’instauration du multipartisme en Côte d’Ivoire. Reste néanmoins à savoir si les Ivoiriens seront encore disposés à accorder une quelconque crédibilité au FPI, étant donné les dégâts enregistrés sous l’ère Gbagbo.

 
© cia.gov  

La conduite de Mamadou Koulibaly a l’avantage d’être claire. En créant son parti, il voudrait peut-être redorer son blason, se fabriquer une sorte de virginité politique. Mais, le départ de ce leader ne pourrait-il pas signifier autre chose ? Par exemple, que l’avenir du FPI est en péril ? Que sa descente aux enfers aurait déjà commencé ? Ce départ de Mamadou Koulibaly va-t-il provoquer la disparition du FPI et de tout son héritage du paysage politique ivoirien ? Combien de militants pensent comme lui ? Combien aspirent à partir, sinon à le rejoindre ? Que vaudrait aujourd’hui le nom FPI en Côte d’Ivoire ? Sûr au moins que même s’il survit à l’effritement et à la mort, le parti bâti par Laurent Gbagbo et ses compagnons ne sera plus comme avant.

On le voit, contrairement aux vociférations d’un certain Blé Goudé, de triste mémoire, le nouveau régime ivoirien conduit par Alassane Dramane Ouattara (ADO) a créé un environnement politique assez assaini pour favoriser l’émergence de nouvelles forces politiques et sociales. Sous le règne du FPI, la critique et la contestation n’étaient point tolérables. Surtout pas au sein du parti gouvernemental de l’époque. Il faut donc situer le départ de Mamadou Koulibaly dans un contexte de paix et de restauration continue des libertés démocratiques.

Si Mamadou Koulibaly reste logique avec lui-même, il devra s’efforcer d’œuvrer à la construction d’un véritable Etat de droit démocratique en Côte d’Ivoire. C’est dire combien son concours est attendu en tant qu’opposant critique vis-à-vis du pouvoir d’Etat. Puisqu’il l’avait lui-même promis, il est vivement attendu sur ce plan. Car, plus que jamais, le peuple ivoirien veille sur la marche du processus démocratique. C’est ce peuple qui, lors des prochaines échéances électorales, devra décider en toute liberté du sort des acteurs politiques. Un véritable test de popularité qui permettra de faire la décantation rendue nécessaire dans le magma politique actuel.

"Le Pays"









       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Mamadou Koulibaly : ''une opposition forte est nécessaire en Côte d'Ivoire''
 
Mots-clés
afrique   fpi   lider   mamadou koulibaly   présidentielles ivoiriennes   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 4 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
  
  
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      Droits Civiques      France      Gabon      Ghana      Guinée      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version