Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 24 Mai 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesOpinionsArticle
Lettre ouverte à la jeunesse gabonaise : aux urnes citoyens !
15/08/2009
 

C'est la jeunesse gabonaise qui doit prendre le destin du Gabon entre ses mains lors de ces présidentielles historiques pour le Gabon
 
Par Daniel Noumbissie Tchamo
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Jacques Chirac et le défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba  
Jacques Chirac et le défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba
 

C’est à vous qui jouissez déjà du droit de vote et n’ayant connu autre président qu’Omar Bongo Ondimba que je m’adresse. C’est à cette génération qui veut accomplir sa mission de génération et non la trahir que je m’adresse. Partie de la communauté politique, elle-même non homogène, Je suis conscient de ne pas écrire à un bloc monolithique.

Le 30 août 2009, vous participerez activement, je n’en doute, à « l’écriture en gras » d’une page de l’histoire politique gabonaise. Votre mobilisation politique autour de ce scrutin témoigne de la prise de conscience de tous les enjeux de celui-ci et du caractère inédit. Car pour la première fois après 40 ans vous prendrez part à un scrutin présidentiel où le vainqueur n’est pas d’emblée connu voire « politiquement » commis d’office. Du coup ce scrutin qui donnera lieu à l’élection d’un nouveau locataire du Palais du Bord de la Mer ne laisse pas indifférent une frange de la jeunesse africaine en dépit des critiques liées à son organisation.

Au regard du verrouillage de tout processus électoral propice à l’alternance politique au Cameroun, Tchad, Guinée équatoriale, Congo (Brazzaville), pour ne citer que ces pays voisins, sachez, aimable jeunesse gabonaise que vos congénères de l’Afrique centrale (précisément) en âge de voter envient votre position
Daniel Tchamo Noumbissie


Au regard du verrouillage de tout processus électoral propice à l’alternance politique au Cameroun, Tchad, Guinée équatoriale, Congo (Brazzaville), pour ne citer que ces pays voisins, sachez, aimable jeunesse gabonaise que vos congénères de l’Afrique centrale (précisément) en âge de voter envient votre position. Surtout votre position active, qui espérons-le, se consolidera au-delà des circonstances électorales ponctuelles. Sauriez-vous traduire en leçon de démocratie cette admiration circonstancielle de vos congénères, dont certains vous sont proches, parce qu’ils participent à la construction de ce pays d’immigration ?

Le droit de vote, comme vous le savez et vous en avez fait l’expérience pendant longtemps, retrouve sa valeur quand le citoyen a l’intime conviction que son usage, si singulier qu’il soit, peut infléchir le cours de l’orientation politique dans le sens souhaité. Celle-là doit être nourrie par les garanties institutionnelles du jeu démocratique. C’est-à-dire « une façon d’élire qui n’afflige personne, [qui] laisse à chaque citoyen une espérance raisonnable de servir la patrie », comme dira Montesquieu. Je suis d’ores et déjà convaincu que la manière dont vous œuvrerez pour que l’issue de ce scrutin présidentiel soit à l’image de l’avancée démocratique sur le continent africain est non seulement à penser mais à faire par vous-mêmes. Après 42 ans de dictature tarabiscotée, dans les années 90, d’un « habillage démocratique », la tâche est difficile, et l’issue incertaine.

 Publicité 
 
Le Gabon  
Le Gabon
 

Je vous le concède d’autant plus que beaucoup de leaders d’opinion de la classe politique gabonaise et autres « faiseurs et profiteurs du système des imposteurs» (dont fait partie une frange de votre composante) sont prêts à perpétuer le « système Bongo » au travers de tous les arcanes et rouages du pouvoir où ils sont appelés à servir. Et si impossible n’était pas gabonais ?( pour pasticher vos voisins camerounais). Oui vous pouvez !

Oui, vous pouvez montrer que le Gabon mérite mieux qu’une terre de dictature ou plus largement de « postcolonie » au sens d’Achille Mbembé! Oui, vous pouvez démontrer que la beauté et la prospérité du Gabon sont entre vos mains ! Oui, en pensant en jeunesse active et en agissant en jeunesse pensante, vous pouvez faire parler et exister le Gabon autrement qu’en simple vivier de richesse naturelle à qui l’humanité confrontée aux défis environnementaux doit d’ailleurs beaucoup. Oui, vous pouvez par votre poids électoral donner l’occasion à « l’Afrique qui marche », de citer non sans fierté, l’exception gabonaise. Oui, vous pouvez faire mieux dans la construction d’un peuple gabonais libre ! Oui, vous pouvez faire mieux dans la promotion de la démocratie et l’intégration sous-régionales au travers de ce choix électoral imminent et ceux à venir.

Oui, vous pouvez par votre poids électoral donner l’occasion à « l’Afrique qui marche », de citer non sans fierté, l’exception gabonaise
Daniel Tchamo Noumbissie


Mais aimable jeunesse gabonaise, j’en appelle à votre sens de lucidité, responsabilité et d’intelligibilité pour désactiver tous les pièges qui jonchent le long chemin de la liberté sur lequel vous vous êtes engagés. Car si vous le voulez, rien ne sera plus vraiment comme avant. Dites vous que l’ère de l’opposition du triptyque : la liberté, justice et du développement, au diptyque : paix et stabilité, est révolue.

Jeunes gabonais manifestant contre Nicolas Sarkozy lors des obsèques d'Omar Bongo  
Jeunes gabonais manifestant contre Nicolas Sarkozy lors des obsèques d'Omar Bongo
 

L’histoire du néocolonialisme africain est l’histoire de cette incompatibilité simulée et cyniquement affichée. Ce n’est pas une surprise si partout les néocolonialistes d’hier et d’aujourd’hui se montrent essentiellement comme les « bâtisseurs de paix et de la stabilité». Vous le savez, on dira trivialement, à Likouala, Owendo, Cocotiers, Rio etc. « on ne mange pas la paix » ! Car ce qui est plus important, c’est la juste valeur de la paix. Or, c’est cela qui fait défaut partout où cette rengaine politicienne est évoquée pour masquer les échecs des leaders politiques qui, après plus de deux décennies de pouvoir, trouvent des arguments pour s’y maintenir.

Aimable jeunesse gabonaise, le Gabon est sur bien des plans un Etat souverain. Pourquoi la jeunesse gabonaise, l’âme vivante du « corps électoral », ne le sera pas ? Moult de vos critiques contre la France sont légitimes. Beaucoup pensent d’ailleurs comme Eva Joly que « la France a une grande dette envers le Gabon pour avoir maintenu au pouvoir pendant toutes ces années M. Bongo ». Néanmoins, à chacun sa part de responsabilité. Pas de dictature durable sans complicité du peuple.

Aimable jeunesse Gabonaise, ne vous croyez pas vaincus, osez faire le choix du bien commun et des meilleurs moyens de le réaliser qui puissent servir à tous et de manière juste et équitable
Daniel Tchamo Noumbissie


Or, ce peuple politique, ce peuple de droit, qui est-il ? C’est aussi vous, la jeunesse gabonaise, celle qui, en majorité électorale et par son comportement politique a d’une manière consciente ou non contribué à entretenir les conditions de possibilités de la dictature. Et c’est parce que le plus souvent ces conditions survivent aux dictateurs, que les dictateurs meurent mais la dictature continue. Vous n’ignorez pas ce proverbe Bantu : « c’est la patate douce qui avait voulu qu’on la mangeât crue ». Cependant le Gabon peut en sortir. Et désormais l’élection présidentielle se gagnera à Libreville et non à Paris ! La jeunesse gabonaise, comme partout ailleurs, désire la démocratie et la liberté qui, à mon sens, sont les fruits juteux de tous les climats et de toutes les saisons. Vous le savez, comme moi, on ne libère pas un peuple mais un peuple se libère. Et si on ne recouvre jamais la liberté, comme dira Rousseau, on peut néanmoins l’acquérir.

Aimable jeunesse Gabonaise, ne vous croyez pas vaincus, osez faire le choix du bien commun et des meilleurs moyens de le réaliser qui puissent servir à tous et de manière juste et équitable. Car le Gabon mérite mieux qu’un espace à mi-privé mi-public de trafic de liberté publique où l’un ( « opulent ») achète, l’autre (« gueux ») vend. J’en viens ainsi concrètement aux pièges à éviter sur ce long chemin de la liberté dont ce moment des élections présidentielles à un tour en fait partie.

La présidente par intérim Rose Rogombe, chargée de gérer la transition  
La présidente par intérim Rose Rogombe, chargée de gérer la transition
© reuters
 

Le piège de la corruption morale et matérielle n’est pas l’apanage seul du Gabon, encore moins de l’Afrique. Mais, le problème c’est que chez nous, elle prend des proportions gravissimes qui travestissent des élections libres et transparentes. Les victimes deviennent les aliénés voire des mercenaires politiques qui constituent un danger pour l’espace public libre ouvert à la discussion, au débat, aux désaccords, aux délibérations. Il suffit d’un peu de volonté pour que ceux et celles d’entre vous qui s’y sont fait prendre plusieurs fois en sortent cette fois-ci ; et les citoyens qui l’ont évité jusqu’ici, y résistent et maintiennent une certaine intégrité morale et un désir de vertu publique.

Certains rétorqueraient, en faisant référence à Saint Augustin, qu’il faut un minimum de bien-être matériel dans la pratique de la vertu (publique). Mais sachez que la Révolution française de 1789 s’est faite avec les pauvres (matériellement). Que ceux qui, des villes et des campagnes, sont prêts à vendre l’avenir du Gabon pour un tee-shirt confectionné à Paris ou les cuisses, les ailes et les croupions de dindons ou de poulets importés d’Europe ou même pour quelques milliers de francs CFA local le sachent ! Et si l’essentiel était de river les yeux sur le cap de l’idéal ?

Et désormais l’élection présidentielle se gagnera à Libreville et non à Paris ! La jeunesse gabonaise, comme partout ailleurs, désire la démocratie et la liberté qui, à mon sens, sont les fruits juteux de tous les climats et de toutes les saisons. Vous le savez, comme moi, on ne libère pas un peuple mais un peuple se libère
Daniel Tchamo Noumbissie


Le piège du vote communautaire et du « vote-maison » comme on dit à Libreville n’est pas le moindre. Ce piège est d’autant plus étanche que l’influence du groupe sur notre mode d’action est une donnée en psychologie sociale. Faire comme ma communauté (religieuse, professionnelle, etc.) ou ma famille parce que c’est une « tradition » ou la « voie du salut » n’est pas compatible avec l’autodétermination de la volonté qui concourt à un choix responsable, parce que libre. Ne passez donc pas à côté de l’usage public de votre raison !

Le piège de l’ethnie ou de son instrumentalisation par les politiciens. Ce que je viens d’écrire précédemment est aussi valable ici. Puis, je m’inscris en faux contre la thèse selon laquelle l’ethnie est un problème pour la démocratie en Afrique. S’il en est un, c’est moins l’ethnie en soi que l’usage qu’on en fait. Quand j’entends certains jeunes gabonais dire qu’ils voteront X candidat tout simplement, mais essentiellement parce qu’il est de leur ethnie. Ou quand je lis sur certains forums de discussion que Y candidat ne sera jamais Président au Gabon tout simplement, mais essentiellement parce qu’il n’est pas Fang (Ethnie majoritaire).

Leonard Andjembe, vice-président du sénat, Marie Madeleine Mbourantsouo présidente de la cour constitutionnelle, Rose Rogombe et Guy Nzouba Ndama, président de l'assemblée lors de l'intronisation de la présidente par intérim  
Leonard Andjembe, vice-président du sénat, Marie Madeleine Mbourantsouo présidente de la cour constitutionnelle, Rose Rogombe et Guy Nzouba Ndama, président de l'assemblée lors de l'intronisation de la présidente par intérim
© getty
 

Alors là, Je vous dis, le problème ce n’est pas l’ethnie mais son usage ou l’idée qu’on se fait. Mon ethnie est un fait et la manière de conduire ma vie dans la cité, un art qui dépend de moi et moi-même. Je suis à la fois attaché et détaché à mon ethnie. Attaché par la nécessité des choses que je n’ai pas choisie et, détaché par mon droit à disposer de mes choix. C’est fort de cela que si je ne choisi pas mon ethnie (comme mes géniteurs d’ailleurs), en revanche, j’ai le droit politique de choisir celui qui va me représenter dans la haute sphère de la gestion de la chose publique. Voilà pourquoi la démocratie n’a pas de patrie ! Le Cameroun avec ses 240 ethnies a prouvé lors des élections présidentielles de 1992, (« l’élection volée » de Ni John Fru Di) qu’on peut en sortir. Les exemples ne manquent pas dans « l’Afrique démocratique » qui avance malgré tout.

Aimable jeunesse gabonaise, soyez fiers de vos ethnies mais n’en faites point le facteur déterminant de vos choix socio-politiques. Que votre ethnique politique soit désormais l’ethnie des valeurs qui vaillent ! Ainsi vous protègerez-vous contre toute instrumentalisation de l’ethnie naturelle qui ne sert que les ambitions et intérêts égoïstes et claniques des marchands d’illusions ou des populistes qui n’aiment ni le Gabon ni l’Afrique. Encore que ni le Gabon ni l’Afrique n’ont pas besoin qu’on les aime en ces termes-là mais qu’on leur rende justice : Justice politique, justice sociale.

Aimable jeunesse gabonaise, soyez fiers de vos ethnies mais n’en faites point le facteur déterminant de vos choix socio-politiques. Que votre ethnique politique soit désormais l’ethnie des valeurs qui vaillent ! Ainsi vous protègerez-vous contre toute instrumentalisation de l’ethnie naturelle qui ne sert que les ambitions et intérêts égoïstes et claniques des marchands d’illusions ou des populistes qui n’aiment ni le Gabon ni l’Afrique
Daniel Tchamo Noumbissie


Le piège de l’illusion de changement. Le mot « changement » est le mot valise le plus usuel dans la sémiotique politique de notre temps. Que veut dire changement ? L’offre politique des partis politiques dans l’opposition, quand elle n’est pas saupoudrée de populisme, dans les « grandes démocraties », par exemple, présente de moins en moins des différences fondamentales par rapport au parti au pouvoir. C’est pourquoi, arrivé au pouvoir, le changement qu’il prônait n’est qu’illusoire. Ce qui tient non seulement à la paresse intellectuelle et à la starisation de la politique mais aussi du fait que nous soyons arrivés au crépuscule des « idéologies » et des idoles politiques démiurges. Néanmoins, le mot changement dans l’escarcelle politique des communautés politiques en construction comme au Gabon peut avoir un sens. C’est-à-dire une vraie transformation sociale et politique portée par un projet de société innovant ou refondateur bien qu’il existe des fortes interférences globales négatives ou positives.

Ali Bongo  
Ali Bongo
© getty
 

Mais est-il raisonné d’attendre ce changement des candidats qui ont occupé des hautes responsabilités au sein du Parti Démocratique Gabonais ou dans le sérial politique du « système Bongo » pendant plus de dix ans au moins sans démontrer aucune « posture d’homme d’Etat » ? Est-il raisonné d’attendre ce changement de certains qui se réclament du « Bongoïsme » qui n’a rien fait pour penser et préparer le Gabon-après-pétrole ? de même que le « TSA » (« Tout Sauf Ali ») qui circule dans le pays d’Azingo national n’est pas un projet de société de même que la jeunesse gabonaise doit avoir la lucidité de sanctionner par la voie des urnes ( par l’autre « TSA »- « Tout Sauf les Armes ») le ou les candidat(s) qui semble(nt) prendre les institutions gabonaises, fussent-elles précaires, pour leur paillasson ou leur costume sur mesure.

Mais l’argument selon lequel on ne veut pas d’Ali Bongo tout simplement, mais essentiellement parce qu’on ne veut pas faire du Gabon une monarchie est simpliste et préjudiciable à la qualité du débat politique. L’élection de George W. Bush succédant en qualité de président à George Bush (son père) après le double mandat de Bill Clinton n’a pas fait des Etats-Unis une monarchie. Une telle idée ne frôlera jamais l’imaginaire populaire dans ce pays-là. C’est dire combien l’élévation du niveau des débats dans nos sociétés en de pareilles circonstances est importante pour la culture politique démocratique de la masse à éduquer.

Que dire de la demande du report des élections ? Elle est certes "manifestement fondée" bien qu’elle soit soutenue avec beaucoup de maladresses par une "opposition" hésitante qui panique(...)Malgré tout, J’ai l’intime conviction que le jeu "démocratique" moins truqué, en amont, comme auparavant, en vaut la peine maintenant. L’électorat décidé à faire entendre sa voix, en tant qu’artisan de la volonté générale, me conforte dans cette opinion
Daniel Tchamo Noumbissie



Que dire de la demande du report des élections ? Elle est certes « manifestement fondée » bien qu’elle soit soutenue avec beaucoup de maladresses par une « opposition » hésitante qui panique. A présent, cette dernière gagnerait à penser aux procédures de garanties de l’authenticité les procès verbaux et leur traçabilité (en vue de faire valoir ce que de droit). Malgré tout, J’ai l’intime conviction que le jeu « démocratique » moins truqué, en amont, comme auparavant, en vaut la peine maintenant. L’électorat décidé à faire entendre sa voix, en tant qu’artisan de la volonté générale, me conforte dans cette opinion.

Aimable jeunesse gabonaise, et si chacun(e) par son vote se demandait le Gabon, la sous-région, l’Afrique, le monde qu’il veut, pas pour un moment électoral, mais pour sa génération et la prochaine ? Et si vos bulletins de vote pouvaient être, pour des bonnes raisons, des pistolets chargés contre la dictature, en dépit de l’offre politique minable? Vous faites bien d’attirer l’attention de l’« Etat encore privatisé» (dont la séparation de pouvoir est une arnaque politique) sur le fait que la désobéissance civile sera votre ultime recours car « en résistant à l’injustice dans les limites de la fidélité à la loi, elle sert à empêcher les manquements vis-à-vis de la justice et à les corriger s’il s’en produit.

Que les citoyens soient prêts à recourir à la désobéissance civile justifiée conduit à stabiliser une société bien ordonnée ou presque juste. [Mais] la désobéissance civile, [telle que Rawls la définit], n’exige pas d’être fondée sur les croyances sectaires, elle dérive de la conception publique de la justice qui caractérise la société démocratique. » ( John Rawls, 1997 : 422-423).










       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Nicolas Sarkozy félicite Ali Bongo, l'opposition demande que les voix soient recomptées
  Gabon : "Après la proclamation des résultats, il y aura forcément des troubles" (Marc Ona)
  Présidentielles gabonaises : les résultats attendus ce mercredi
  Gabon : Andre Mba Obame dénonce une tentative de hold up électoral
  Présidentielles gabonaises : Ali Bongo déjà déclaré vainqueur ?
  Présidentielles gabonaises : bientôt l'heure de vérité
  Gloria Mika et les anges gardiens du Gabon veulent veiller sur le processus électoral
 
Mots-clés
afrique   gabon   omar bongo   présidentielles gabonaises   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 13 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      France      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version