Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Vendredi 27 Mai 2022 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesSociétéArticle
Etudiants d'Afrique noire en Tunisie : 'guira guira'
10/08/2007
 

Ils sont plus de huit cents étudiants d’Afrique noire en Tunisie, envoyés ou venus là pour faire ou poursuivre leurs études supérieures. Beaucoup regrettent ce choix volontaire ou imposé. Mais études obligent, ils résistent au comportement de certains Tunisiens qui n’ont pas encore compris que la couleur de peau n’avait rien à voir avec le fond de l’être et qui les appellent d’une onomatopée, dont l’origine s’est perdue au fil du temps, «Guira, guira»…
 
Par Zouhour Harbaoui
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Etudiante de l'Université Africaine des Sciences libres  
Etudiante de l'Université Africaine des Sciences libres
 

Pays d’Afrique du Nord, la Tunisie accueille, chaque année, des étudiants noirs africains dans ses universités, ses instituts étatiques ou privés. Ainsi, et d’après les chiffres fournis par le ministère de l’Enseignement supérieur tunisien, 786 Noirs Africains sont inscrits dans les universités et instituts publics.

Il s’agit de 42 Congolais (Brazzaville), 23 Congolais (Kinshasa), 71 Sénégalais, 9 Soudanais, 40 Béninois, 40 Tchadiens, 36 Camerounais, 96 Ivoiriens, 41 Burkinabés, 42 Nigériens, 96 Ivoiriens, 14 Ghanéens, 43 Guinéens, 105 Maliens, 23 Nigérians, 9 Malgaches, 50 Djiboutiens, 3 Mauriciens, et 2 Seychellois. Le reste se répartissant entre Gabonais (bien que nombre d’entre eux soient inscrits dans des facs ou des instituts privés), Comoriens, Mauritaniens…

Pour nombre d’étudiants d’Afrique noire, avoir opté pour la Tunisie, en premier ou en second choix, c’est avoir sélectionné un bon niveau d’étude, à l’instar de D.S., 19 ans, mauritanien, étudiant dans un institut en première année de gestion : «A la base, je voulais aller en France. Malheureusement, je me suis inscrit trop tard. Il a, alors, fallu que je choisisse entre le Sénégal, le Maroc et la Tunisie. J’ai opté pour la Tunisie parce qu’on m’avait dit qu’au niveau des études, elle était la meilleure».

 Publicité 
 

Cette question de niveau des études revient souvent dans les réponses de ces jeunes. «La Tunisie est parmi les meilleurs pays en Afrique a bien donné ces cours», déclare L.N., une étudiante congolaise (RDC) en troisième année de DUT Télécoms dans une université libre de Tunis. Et J.L., ingénieur sénégalais de 28 ans, ayant obtenu ses diplômes supérieurs dans la capitale tunisienne de surenchérir : «Les études en Tunisie y sont très bien dispensées. C’est un pays calme, stable et dont les diplômes sont mondialement reconnus».

La stabilité est aussi mise en avant par Z.S.Y., un Ivoirien de 20 ans, étudiants en deuxième année de multimédia : «Je ne pouvais faire mes études en Côte d’Ivoire vu le contexte politique. J’ai choisi la Tunisie parce que c’est un pays où l’on est en sécurité et parce qu’il y a la Banque Africaine de Développement».

D’autres raisons ont poussé ces jeunes à choisir la Tunisie comme la présence d’un parent déjà sur place à l’instar de C.N., étudiant gabonais en deuxième année science de gestion, venu rejoindre son frère, ou encore parce ce pays du Maghreb est supposé être un pays francophone.

 
 

Supposé être un pays francophone, certes, mais la réalité est tout autre. Avec l’arabisation préconisée par l’Etat tunisien, le français est en perte de vitesse, ce qui pose problème aux étudiants noirs africains issus, pour la plupart, d’un pays francophone.

Pour l’étudiante congolaise L.N., «les professeurs ont du mal à faire passer les cours en français ». J.L., l’ingénieur sénégalais, parle, également, d’un problème de langue : «Les profs et les étudiants tunisiens s’expriment en arabe, ce qui ne me permet pas de suivre». Et l’Ivoirien Z.S.Y. d’ajouter : «Les profs ne parlent pas bien la langue française».

Le problème de la langue entraîne un problème de communication et de compréhension. L’intégration de ces jeunes étudiants n’a pas été et n’est pas toujours facile ni dans le milieu estudiantin, ni dans la société tunisienne. Les mentalités et la différence de culture sont bien souvent des barrières.


«Ils (les Tunisiens) regardent les Noirs comme des bêtes de foire. Des enfants m’appellent "guira, guira". J’ai l’impression que leurs parents ne les éduquent pas, ni leur apprennent la tolérance», déclare D.S., le Mauritanien. Son compatriote S.S, 23 ans, préparant une maîtrise en fac de science surenchérie

: «Les gens croient que si nous sommes ici, c’est qu’il n’y a rien chez nous. Ils ont des idées préconçues sur les Noirs. On m’a déjà lancé à la figure "Rawah lil bledek", rentre chez toi. Dans la rue, les enfants nous jettent souvent des cailloux et nous traitent de "abid", esclave, de "kahlouche", nègre. Ils nous appellent "guira, guira". C’est très démoralisant. En plus, la plupart des Tunisiens sont racistes mais le cachent. On le sent partout, en classe, au resto universitaire, dans le métro. C’est une société très hermétique. Il y a plus d’hypocrites que de Tunisiens sincères». O.M.D., un autre étudiant Mauritanien, de 26 ans, a ajouté : «Je suis dans ma deuxième année. Je n’ai jamais eu un vrai ami. Toutes les relations sont basées sur des intérêts. Donc, il est difficile de trouver quelqu’un sur qui on peut faire confiance».

Etudiante de l'ESMOD  
Etudiante de l'ESMOD
 

Leur «grand frère», M.B.S., 39 ans, docteur en géologie, vit en Tunisie depuis 17 ans. Il raconte les problèmes qu’il a rencontrés : «Les Tunisiens confondent gentillesse et naïveté, respect et faiblesse. Toutefois, il y a des exceptions. Nous sommes perçus comme des sous-hommes. On nous manque de respect.

A mon arrivée, j’étais perçu comme un être misérable, affamés. On nous demandait au restaurant si nous avions des oranges, des pommes dans notre pays d’origine. Ils croyaient que nous étions venus étudier en Tunisie car nous n’avions pas d’universités chez nous et que c’était ici que nous goûtions pour la première fois au riz, couscous, pâtes etc. Quand vous êtes gentil avec eux, ils vous prennent pour un naïf. Ils aiment utiliser la "ruse" pour tromper les gens. On devient leur ami quand ils ont besoin de nous et dès qu’ils obtiennent ce qu’ils veulent, ils nous oublient».


Et M.B.S. de continuer : «Les difficultés d’intégration résident parfois dans la méconnaissance de l’autre. Je trouve que les Tunisiens connaissent mal l’Afrique noire. Celle-ci est assimilée à la misère, la famine etc. De ce fait, nous avons du mal à nous faire accepter sur le même pied d’égalité. Cela peut étonner les Tunisiens, mais les Noirs Africains ont beaucoup plus de difficultés en Tunisie que les immigrés n’en ont en France. Ici, on a beau faire 20 ans, on renouvellera sa carte de séjour chaque année. Quand on est Tunisien, on ne peut pas comprendre certaines choses. Il faut vivre l’humiliation au quotidien pour comprendre le calvaire qu’on vit ici».


Malgré ces problèmes d’intégration, certains trouvent une avancée dans les relations avec le voisinage. Comme c’est le cas de M.T.A., 24 ans, étudiant malien en quatrième année d’ingénierie : «Oui, il existe une avancée positive avec mon voisinage. L’habitude s’est installée. Le voisinage a finalement compris que nous sommes tous des humains et que nous appartenons au même continent».

Les autres difficultés que ces étudiants rencontrent sont d’ordre financières. Quelques-uns sont allés étudier en Tunisie grâce à une bourse donnée par le pays d’origine. Les autres s’y sont rendus par leurs propres moyens ou avec l’aide de parents. Cependant, que ce soit la bourse ou l’aide parentale, certains étudiants ont dû mal à subvenir à leurs besoins. Il y a une sorte d’aide communautaire qui s’instaure.

Les étudiants se réunissent par petits groupes pour louer des villas ou des appartements. Chacun, à tour de rôle, cuisinera pour les autres etc.
Chaque année, pour faire connaître leur pays aux étudiants tunisiens et pour se réunir avec un maximum de leurs compatriotes, des journées sont organisées au centre culturel et universitaire Houcine Bouzaïène de Tunis, par communauté. C’est presque le seul moment de l’année durant lequel les différences entre Noirs Africains et Tunisiens n’existent pas.

       
Mots-clés
afrique   benin   burkina-faso   cameroun   congo brazzaville   gabon   mauritanie   nigeria   rdc   senegal   tchad   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 20 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  bien dans sa peau
  Bang gia cac loai vai bat moi nhat của Hoa Phat Dat
  Billets - Comment perdre du ventre - DotClear 1.2-rc
  
  Conseils alimentaires
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
  
  
  
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version