Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 26 Mars 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesHommes IllustresArticle
Frederick Douglass (1818-1895), esclave autodidacte devenu consul des Etats-Unis
18/04/2004
 

Né esclave, Frederick Douglass brisa ses chaînes pour devenir porte-parole de la lutte contre l'esclavage, membre de la société abolitionniste, éditeur de journal, puis consul des Etats-Unis
 
Par Paul Yange
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Frederick Douglass  
Frederick Douglass
 

Frederick Douglass

Frederick Douglass fut l'un des leaders noirs américains les plus importants du 19ème siècle. Né Frederic Augustus Washington Bailey vers 1818, il est le fils d’une esclave noire et probablement de son maître blanc. Sa mère décède alors qu’il n’a que 7 ans. Il vit à la campagne, sur la plantation de son maître. Son destin prend un tour nouveau lorsque son maître décide de le laisser partir vivre à Baltimore avec un certain Hugh Auld. A Baltimore, le très jeune Douglass est "stupéfait par la bonté de sa nouvelle maîtresse" qui est une femme au bon cœur. "Elle ne jugeait pas inconvenant qu’un esclave la regardât de face" écrira t-il plus tard.


Comment un homme, six ans seulement après être sorti de ses chaînes, et qui n’était jamais allé à l’école pouvait-il parler avec une telle éloquence - avec une telle précision de langage et puissance de pensée ?
Liberator, 1844



Peu de temps après son arrivée chez les Auld, Mme Auld avait commencé à enseigner l’alphabet à Douglass. Dès qu'il l’eut appris, Mme Auld l’aida à épeler des mots de trois ou quatre lettres. Malheureusement pour Douglass, c’est à ce moment que M Auld se rendit compte que sa femme apprenait l’alphabet à un esclave, et lui interdit d’en apprendre davantage : "Si tu donnes le doigt à un nègre, il te prendra le bras. Un nègre ne doit savoir qu’une chose : obéïr à son maître- faire ce qu’on lui dit de faire. Le savoir gâterait le meilleur nègre du monde. Or si tu enseignes à ce nègre (Douglass NDLR) à lire, il n’y aura plus moyen de le tenir. Cela le rendra à jamais inapte à l’esclavage. Il deviendra aussitôt incontrôlable et sans valeur pour son maître" (...)

Sous l'influence de son mari, Mme Auld adopta donc le comportement caractéristique des possesseurs d’esclaves et son comportement à l’égard de Douglass changea. Mais les paroles de Auld avaient été une révélation pour Douglass qui comprit que l’apprentissage de la lecture était peut-être sa voie de salut. "Je comprenais à présent ce qui avait constitué pour moi une difficulté insondable- à savoir l'aptitude de l'homme Blanc à asservir l'homme noir. C’était un grand pas que j'appréciai hautement. Désormais je voyais la route menant de l’esclavage à la liberté."



 Publicité 
 
Anna Murray Douglass 1ère épouse de Frederick Douglass  
Anna Murray Douglass 1ère épouse de Frederick Douglass
 

Douglass prit donc la résolution de continuer son apprentissage de la lecture seul. Il demeurera sept ans dans la famille de Hugh Auld et réussit pendant cette période à achever son apprentissage de la lecture. Il avait constaté à son arrivée à Baltimore que "l’esclave des villes était presqu’un homme libre par rapport à l’esclave des campagnes (..) Il reste un vestige de respect, un sentiment de honte qui contribue beaucoup à réprimer les pulsions de cruauté atroce si couramment exprimées sur la plantation (...) chaque propriétaire d’esclaves de la ville veille à ce qu’on dise qu’il nourrit bien ses esclaves".

Dans cette atmosphère, Douglass se lia d’amitié avec les petits garçons blancs qu’il rencontrait dans les rues et grâce à leur aide, obtenue en différents moments et différents endroits, pu terminer son apprentissage de la lecture. Douglass découvrit parallèlement un livre, "The colombian Orator" dans lequel il tomba sur un discours appelé "le discours de Sheridan " qui provoqua chez lui un nouveau tourment : je pensais parfois que la lecture tenait en effet davantage de la malédiction que de la bénédiction. Elle m’avait offert un aperçu de ma misérable condition sans son remède " dira t-il.

Si tu enseignes à ce nègre à lire, il n'y aura plus moyen de le tenir. Cela le rendra à jamais inapte à l'esclavage
Hugh Auld, maître de Frederick Douglass, à sa femme


Douglass était de plus en plus obsédé par sa condition. Il commença à s'intéresser à l’abolitionnisme, mot qu'il apprit à connaître en écoutant des conversations autour de lui. Douglass décida également d’apprendre à écrire, ce qu'il parvint à faire après plusieurs années d’apprentissage et de patience. Nous sommes approximativement en 1834. Au cours de l’année 1836, Douglass tenta de s'évader, mais la tentative d’évasion échoua après qu’elle ait été découverte au mois d'avril. Il passa une semaine en prison, puis fut libéré par Thomas Auld qui le renvoya à Baltimore.

Il décida de travailler à nouveau pour les Auld, puis conclut un accord avec Hugh Auld qui l'autorisa à travailler partiellement à son compte et à payer la location de la chambre dans laquelle il vivait. Parallèlement, Douglass rencontra Anna Murray qui deviendra sa femme. L'accord entre Douglass et Auld fonctionna correctement, mais une fois, Douglass fut incapable de payer Auld. Furieux, ce dernier rompit le contrat. Douglass pris la résolution de s'enfuir sous un délai de trois semaines. (Il avait commencé à fréquenter des Noirs libres à Baltimore et savait qu’il pouvait s'enfuir par bateau) Il emprunta de l’argent à Anna, puis se rendit à Philadelphie par train, puis par bateau (il voyageait sous l'identité d’un de ses amis, un noir libre de Baltimore). Arrivé à Philadelphie, Douglass ne s'y sentait pas en sécurité (les chasseurs d’esclaves fugitifs existaient) et partit pour New-York où il arriva finalement le 4 septembre 1838. Un nouveau monde s’offrait à lui. Quelques semaines plus tard, il devait s'installer à New Bedford dans le Massachusetts avec son épouse (qu'il avait rencontré à Baltimore et épousé à New-York) sous son nouveau nom, Frederick Douglass.


William Lloyd Garrison  
William Lloyd Garrison
© pbs.org
 

Continuant à se battre pour améliorer son éducation, Douglass rejoignit de nombreuses organisations à New Bedford, et se mit à fréquenter les réunions des abolitionnistes. Il s’abonna à l’hebdomadaire de William Lloyd Garrison, (un abolitionniste blanc très actif) "The Liberator". En 1841 il vit Garrison s'exprimer lors d’un discours à l’occasion de la réunion annuelle de la "Bristol Anti-Slavery Society". Douglass fut impressionné par ce discours. Garrison de son côté fut également impressionné par Douglass, qu’il cita dans "The Liberator".

Plusieurs jours plus tard, Douglass devait prendre la parole lors d’un discours à l’occasion de la convention annuelle "l’Anti Slavery Society" à Nantucket. Douglass était debout sur le podium, tremblant de nervosité. Devant lui se tenaient en effet la fine fleur des abolitionnistes qui s’étaient déplacés à Nantucket. Agé de seulement 23 ans, Douglass surmonta sa nervosité et prononça avec une grande éloquence un discours émouvant sur l’esclavage.

tuer un esclave, ou toute personne de couleur, dans le comté de Talbot dans l'Etat de Maryland n'est pas tenu pour un crime (...) M. Thomas Lanman, de St-Michael, a tué deux esclaves, dont l'un avec une hache, en la lui plantant dans la cervelle. Il avait coutume de se vanter d’avoir commis cet acte atroce et sanguinaire
Frederick Douglass


Un correspondant ayant assisté au discours de Frederick Douglass écrivit que les cœurs les plus durs avaient été percés et les cœurs les plus froids avaient fondu devant tant d'éloquence. Avant qu'il ne quitte la réunion, "l’Anti Slavery Society" demanda à Douglass de devenir conférencier pour la Société lors des trois années à venir. C’était le début d’une carrière de porte-parole et "speaker" qui allait continuer tout au long sa vie. Il devint un membre important du mouvement abolitionniste, capable par la puissance de son discours d'édifier les foules et d'imprimer dans les esprits toute l'inhumanité du sort réservé aux Noirs. Douglass se prononça contre le "retour" de certains esclaves libres en Afrique car il considérait que les Etats-Unis étaient la vraie patrie des esclaves. Il fit la tournée des Etats du Nord, racontant sa vie d’ex esclave et les atrocités commises au nom de l’esclavage. Toutefois, progressivement, certaines personnes se mirent à douter que Douglass fut un ex-esclave : comment quelqu’un qui n’avait jamais été à l’école, qui avait connu l’esclavage, pouvait-il s’exprimer avec une telle éloquence et une telle pertinence quelques années seulement après avoir brisé ses chaînes ?


''The North Star'', le journal fondé par Frederick Douglass  
''The North Star'', le journal fondé par Frederick Douglass
 

Malgré la peur d'être reconnu au travers des détails biographiques qu’il donnait, Douglass décida d’écrire et publier son autobiographie "Narrative of the life of Frederick Douglass, an American slave, written by himself". Le livre devint un best-seller aux Etats-Unis et les éditions européennes se vendaient également très bien. C’était en 1845. Trois années plus tard, en 1848, après une série de conférences en Angleterre, en Irlande et en Ecosse, Douglass publia le premier numéro du "North Star", un hebdomadaire de 4 pages à Rochester, New-York où il s’était installé avec sa femme Anna et ses quatre enfants. (A la suite de ses conférences, deux de ses amis anglais avaient réunis assez d’argent pour acheter sa liberté (esclave en fuite, Douglass était toujours susceptible d’être arrêté dans les Etats pratiquant encore l’esclavage). Le 5 décembre 1846 Hugh Auld signa les papiers déclarant le jeune homme de 28 ans libre…(Douglass apprécia le geste même si en tant qu’abolitionniste il ne reconnaissait pas le droit de Hugh Auld à être son "propriétaire").


Nos journaux sont défigurés par les horreurs atroces du lynchage. Le phénomène n'est plus seulement local, mais national, n'est plus confiné au Sud, mais a envahi le Nord
Frederick Douglass, The lessons of the Hour


Douglass débuta ensuite une carrière d’éditeur. Après des débuts difficiles, le "North Star" commença à s’autofinancer. Il avait surmonté sa période difficile grâce à l’aide de Julia Griffiths, une amie blanche anglaise de Douglass qui avait récolté assez d’argent pour contribuer au lancement du journal. Ce dernier vivra jusqu’en 1863 (il aura changé de nom en 1851 pour s’appeler le "Frederick Douglass' paper"). Ce journal symbolisait la capacité des Noirs à atteindre tout but qu’ils se fixaient. Ce journal avait permis à Douglass d’être plus indépendant vis à vis des abolitionnistes et de devenir l'éditeur du journal noir le plus connu des Etats-Unis.

Un scandale éclatera en 1848 lorsque Julia Griffiths commencera à travailler aux côtés de Douglass s’occupant des finances de son journal, organisant ses tournées et devenant sa plus proche collaboratrice. Les habitants de Rochester s’habituèrent à voir le porte parole noir et la jeune femme blanche marcher bras dessus dessous dans les rues de la ville. Les rumeurs se répandirent d’autant plus rapidement que Griffiths habitait dans la maison de Douglass et de son épouse. En 1852 Griffiths quitta la maison de Douglass pour lui éviter d’autres embarras. Elle demeura une proche associée de Douglass jusqu’à son retour en Angleterre en 1855.


Douglass (5ème en partant de la droite) en compagnie du 23ème président des Etats-Unis Benjamin Harrison assiste à une cérémonie avec le maire et des vétérans de la guerre de secéssion  
Douglass (5ème en partant de la droite) en compagnie du 23ème président des Etats-Unis Benjamin Harrison assiste à une cérémonie avec le maire et des vétérans de la guerre de secéssion
 

Depuis qu'il l'avait rencontré en 1841, William Lloyd Garrison, le leader abolitionniste blanc avait été le mentor de Douglass. Mais leurs vues commencèrent à diverger. Garrison représentait la branche la plus radicale du spectre abolitionniste et pensait que les Etats-Unis devaient se dissoudre, et que la constitution américaine était pro-esclavagiste. Après sa tournée européenne et le lancement de son journal, les vues de Douglass commencèrent à évoluer : il devenait plus indépendant et plus pragmatique. En 1851, Douglass déclara lors d'une réunion à Syracuse dans l'Etat de New-York qu’il ne pensait pas que la constitution américaine était pro-esclavagiste et qu’elle pouvait même être appliquée "de façon à favoriser l’émancipation, particulièrement dans les endroits étant sous la juridiction exclusive du gouvernement fédéral". Douglass ne prônait pas non plus la partition des Etats-Unis pensant qu'elle isolerait les esclaves du Sud. Ces divergences idéologiques menèrent à un clash entre Douglass et Garrison qui continua jusqu’à la guerre de sécession malgré les efforts de leurs relations communes comme Harriet Beecher Stowe pour les réconcilier.

Au cours des années 1850, Douglass commença à soutenir de plus en plus ouvertement le droit des esclaves à se libérer par la violence, publia sa seconde autobiographie intitulée "My bondage and my freedom". Le 4 juillet 1852, il prononça un discours resté fameux dans lequel il stigmatisait "la supercherie que constitue cette fête nationale qui dissimule l’ignominie des pratiques esclavagistes". En 1858 il séjourna chez l'abolitionniste blanc John Brown qui sera pendu un an plus tard pour avoir essayé de s’emparer d’une fabrique d’armes fédérale afin d’armer des esclaves noirs et de provoquer leur insurrection.

Douglass est obligé de s’enfuir car il a échangé une correspondance avec Brown qui lui avait demandé de participer au plan, ce qu’il avait refusé. Il effectua une série de conférences pendant six mois en Angleterre avant de revenir en 1860 suite à la mort de sa fille Annie. Il soutint la candidature d’Abraham Lincoln pendant la campagne présidentielle, appella les Noirs à s’engager au côté de l’Union au début de la guerre de sécession, recruta plus de 100 soldats pour le régiment noir, mais protesta contre les discriminations frappant les soldats noirs au sein de l’armée.


Frederick Douglass  
Frederick Douglass
 

En 1865 l’esclavage fut aboli par le XIIIè amendement de la constitution américaine. En 1866 , Douglass réclame le droit de vote pour les esclaves, soutenu par la Société anti-esclavagiste. En 1869, il se félicite du vote du XVè amendement accordant les droits civiques aux gens "de couleur". Il s'installe à Washington après l'incendie criminel de sa maison de Rochester, est pendant 4 ans Marshall du district de Columbia, publie en 1881 sa troisième autobiographie intitulée "The Life and Times of Frederick Douglass".

Après la mort de sa femme Anna en 1882 des suites d’une longue maladie, Douglass épouse Helen Pitts son ancienne secrétaire blanche, puis visite des pays comme la France, l’Italie, l’Egypte, la Grèce en compagnie d’Helen. En 1883, un recul des droits des Noirs est observé puisque la cour suprême a annulé la loi sur les droits civiques interdisant la discrimination contre les Noirs dans des lieux publics. En 1889, Douglass est nommé Consul général en Haïti, mais démissionne suite à l’annexion du Môle Saint-Nicolas par les Etats-Unis. En 1894, il prononce son dernier grand discours "The Lessons of the Hour", une amère analyse du lynchage, qui est à l’époque une pratique horriblement banale aux Etats-Unis. Il décède le 20 février 1895 à Cedar Hill et est enterré à Rochester. Ainsi mourut Frederick Douglass, esclave qui avait réussi à devenir par sa ténacité et son intelligence l'une des figures marquantes de l'abolitionnisme aux Etats-Unis.





Vidéo : mini biographie de Frederick Douglass









       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Les âmes du peuple noir de W.E.B Du Bois
  Rencontre avec le Dr Normand Baillargeon, premier traducteur francophone de "mémoires d'un esclave"
  Booker T. Washington (1856-1915), Orateur, Activiste, Professeur, Ecrivain et Poète Africain-Américain
 
Mots-clés
abolition   abolitionniste   emancipation   esclavage   frederick douglass   memoires d'un esclave   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 28 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version