Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 24 Septembre 2020 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesHistoireArticle
L’empire du Mali au temps de la reine Kassa
31/01/2006
 

Epouse de l’empereur Souleiman, frère du célèbre Kankan Moussa, Kassa régna au 14è siècle sur un royaume prospère, connu dès l’époque médiévale en Occident et en Orient pour ses immenses richesses en or. Poussée par son ambition, elle tentera de renverser son mari. Un portrait à découvrir dans l’ouvrage de Sylvia Serbin, « Reines d’Afrique et héroïnes de la diaspora noire » (Editions Sépia).
 
Par Sylvia Serbin
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
La traversée vers l'Egypte par une caravane  
La traversée vers l'Egypte par une caravane
 

Première femme de Souleiman, qui occupa le trône du Mali de 1341 à 1360, Kassa partageait le pouvoir avec l’empereur et les décisions touchant aux affaires du royaume étaient toujours annoncées en leurs noms à tous deux. Selon les témoignages de voyageurs arabes qui s’y rendirent à l’époque, la traversée de cet immense empire (dont les frontières englobaient les territoires actuels du Mali, du Sénégal, de la Guinée et de la Mauritanie), nécessitait plusieurs mois de marche. Recouvrant la savane ouest africaine, de l’océan Atlantique à la partie Est de la boucle du Niger, il abritait près de 400 villes et villages dont d’importants foyers agricoles et marchands urbanisés où se côtoyait une large diversité d’ethnies et de cultures.

Carrefour d'échanges reliant le continent africain à l’Europe par la Méditerranée, et à l’Asie via l’océan Indien, le Mali domina l’Afrique occidentale du 11e au 14e siècle. Son opulente richesse en or avait attiré des négociants maghrébins qui, par le biais du transport caravanier, y diffusaient des marchandises issues d’un commerce de longue distance reliant l’Afrique à un vaste réseau comprenant le Proche Orient musulman, l’Espagne, les pays méditerranéens, l’océan Indien et l’Asie. Le Sahara était alors bien plus fréquenté qu’il ne le sera plus tard et à travers lui transitaient toutes sortes de produits en provenance ou à destination du Moyen-Orient, via l’Egypte, et de l’Occident via les ports espagnols de Barcelone, Séville, Cadix et Gênes, en Italie. Les Berbères faisaient pénétrer au cœur de l’Afrique, brocarts et draperies de Lombardie, livres, papier et soieries de Venise, bijoux et colifichets, armes et objets hétéroclites sortis des cales de navires amarrés dans la rade de Tunis. La clientèle noire se délestait facilement de ses pépites d’or pour de chatoyantes étoffes ou de capiteux parfums.

 Publicité 
 


Carte de l'empire au Moyen-Age



Le négoce avec l’Egypte passait par les foisonnantes cités de Gao et Tombouctou. Place forte économique de cent mille habitants, autant que centre de ralliement des chameliers du Sahara et des bateliers du Niger, Tombouctou représentait un point de convergence entre le désert, la savane et la forêt. Du nord, affluaient les chargements de sel, d'épices, de soie, de cuivre. Du sud, arrivaient des pirogues de noix de kola, d'or, d'ivoire, de plumes d'autruche, mais aussi d’esclaves. Chaque année près de douze mille chameaux étaient affectés au transport des échanges avec le Caire. Des particuliers n’hésitaient pas à braver les pistes du désert pour y effectuer des voyages d’agrément car il était de bon ton pour l’élite aisée du Mali, de louer un équipage caravanier pour faire leurs emplettes en Egypte et acquérir des produits de luxe qu’on ne trouvait pas sur place.

Kankan Moussa lorsque fut représentée pour la 1ere fois une carte du Mali  
Kankan Moussa lorsque fut représentée pour la 1ere fois une carte du Mali
© itinerariafricani.net
 

Au moment de son apogée au Moyen Age, la notoriété du Mandingue dépassait les frontières du continent africain et son faste ne cessait d’étonner les étrangers de passage. Premier producteur mondial d’or avant la découverte d’un Nouveau Monde aux Amériques, ses fabuleuses mines du Bambouck et du Bouré irriguaient du précieux métal les circuits monétaires de l'Europe et du monde musulman. Et c’est ainsi qu’alertée par des récits fantasques sur cette étrange route de l’or, la curiosité des royaumes d’occident se portera sur l’eldorado noir.
Mais c’est surtout le retentissant pèlerinage à la Mecque de l’empereur Kankan Moussa qui les mettra sur la piste. Après une incroyable traversée du désert à la tête d’un cortège d’un millier de courtisans, celui-ci arriva en mai 1324 devant les pyramides d’Egypte. Sa caravane comptait, dit-on, plus de quatre vingt chameaux chargés de dix à douze tonnes d’or en pépites, en poudre et en pièces. On peut imaginer l’émoi suscité dans la capitale égyptienne par la vue de cette interminable escorte d’hommes noirs en habits de fête, pénétrant dans la ville aux sons des koras et balafons et tenant chacun d’une main une lourde canne en or massif et de l’autre un lingot d’or ! De mémoire de Cairote on n’avait jamais vu ça !

Les chroniques locales se répandirent en commentaires dithyrambiques sur ce « souverain de si noble allure », amplifiant à l’envi les largesses qu’il distribuait à ses hôtes de marque. Au point que, dans la haute société, on se bousculait pour l’inviter afin de profiter de sa magnificence. Les affaires furent également excellentes pour les échoppes du Caire qui en avaient profité pour décupler les prix des marchandises vendues aux visiteurs mandingues, éblouis par les multiples tentations qu’offraient les bazars.

L’écho du voyage de Kankan Moussa fut tel que longtemps après sa mort en 1332, les auteurs continuaient d’évoquer ses phénoménales richesses. Du coup, repérer le mirifique royaume devint bientôt une obsession pour les Européens. Les cartographes furent priés de se mettre au travail. En 1339 apparut pour la première fois sur un document occidental, une esquisse de l’emplacement supposé de l’empire africain. Des années plus tard, le catalan Abraham Cresques inclura dans son atlas, le dessin d’un monarque noir portant une couronne et tenant d'une main un sceptre et de l’autre une pépite d’or grosse comme une pomme. En légende était indiqué : « Ce seigneur noir s’appelle Mouse Melly (Moussa du Mali), souverain des Noirs. L’or se trouve en son pays en telle abondance qu’il est le roi le plus riche de tout le territoire. » Leur cible désormais repérée, il ne fallut que quelques décennies aux puissances européennes pour armer leurs caravelles et s’élancer dans une véritable course à l’or africain qui allait induire pour le continent noir les bouleversements que l’on sait.

Carte des routes commerciales avec l'Afrique noire à travers le Sahara,  
Carte des routes commerciales avec l'Afrique noire à travers le Sahara,
 




Mais au temps de Kassa nous n’en étions pas encore là. Tout à son opulence, l’empire mandingue jouissait de cette brillante civilisation dont l’éclat impressionna le globe-trotter marocain Ibn Battouta, lors du séjour de neuf mois qu’il y effectua en 1352. Etonné par « la paix admirable régnant sur un aussi vaste territoire », il remarquera en se déplaçant à l’intérieur du pays, « la discipline des fonctionnaires et des gouverneurs de province particulièrement respectueux de l’autorité du souverain, ainsi que les routes sécurisées à l’intérieur des frontières, qui permettaient de longs déplacements sans crainte d’être inquiété par les bandes de pillards sévissant habituellement sur les pistes caravanières.»

Le Mali aujourd’hui  
Le Mali aujourd’hui
© http://www.cia.gov
 

Le Mandingue avait développé une agriculture prospère - riz des vallées fluviales, fonio, sorgho, de sorte que les importantes réserves des greniers à céréales empêchaient toute famine et que l’alimentation profitait d’un apport en fruits et légumes variés : haricots, navets, courges, ail, oignons, karité, etc. Le coton des plaines centrales, dont la culture avait été encouragée au XIIe siècle par le héros fondateur de l’empire, Soundiata Keita, approvisionnait une partie des échanges commerciaux et fournissait une intense activité aux tisserands.
Traversé par les deux principaux fleuves de l'Ouest africain, le Niger et le Sénégal, le pays était baigné dans sa partie sud par des eaux poissonneuses que sillonnaient dès l’aube les pirogues de pêcheurs. Si le gros de la production était absorbé par la consommation locale, des colporteurs malinkés commercialisaient jusqu’au-delà des frontières du royaume, une bonne part du poisson fumé et séché par des groupes de femmes, participant ainsi à la vitalité des échanges avec les zones forestières d’où ils ramenaient de la cola et de l’huile de palme. D’autres arpentaient les villages les plus reculés de la savane, de la forêt et du littoral, à la recherche d’or, d’ivoire et autres produits qu’ils écoulaient jusqu’en Egypte au prix d’une téméraire traversée du désert.

Cette société où le goût du savoir était cultivé, jouissait aussi d’une grande renommée intellectuelle grâce à l’université de Tombouctou qui forma, selon l’auteur du Tarikh El Fettach, plus de vingt-cinq mille étudiants et attira de nombreux savants arabes et andalous qui vinrent y dispenser des formations dans des disciplines aussi variées que la médecine, les sciences, le droit, la littérature et la théologie.

Soundjata Kéita, fondateur de l’empire du Mali  
Soundjata Kéita, fondateur de l’empire du Mali
© http://perso.wanadoo.fr/laurent.berte
 

Mais c’est à Niani, capitale de l’empire, (située près de l’actuelle frontière guinéo-malienne), qu’Ibn Battouta rencontra le monarque et sa femme, lors de la célébration d’une grande fête agricole. Les spectateurs manifestaient une véritable adulation pour Kassa, majestueuse aux côtés du sultan. Drapée d’une longue tenue de soie rouge, elle portait au cou plusieurs rangs de colliers précieux assortis à ses pendants d’oreille et agitait gracieusement un éventail en argent filigrané, en réponse aux saluts de la foule qui se prosternait sur leur passage.
Mais un jour, le bruit courut que Kassa avait été arrêtée et assignée en résidence surveillée chez un gouverneur de province ! Ce qui provoqua un grand tumulte dans la ville, surprise d’une telle sanction dont on ne connaissait pas la cause. L’agitation monta d’un cran lorsque, quelques jours plus tard, Souleiman procéda à l’installation officielle d’une autre épouse qui n’était même pas d’origine noble ! Devant le tollé général, le sultan, dans un geste de mansuétude, fit revenir Kassa en ville. Et quelques temps plus tard, pour ramener le calme, les commandants de la garde royale décidèrent de tenter une médiation et d’intercéder en faveur de la reine.

Le sultan les reçut au palais et leur fit dire, par la bouche de Doughâ, son porte-parole : « On parle beaucoup à propos de Kassa et les interventions se multiplient pour qu’elle retrouve son rang. Mais sachez qu’elle s’est rendue coupable d’un grand crime. » Et, devant l’assistance médusée, les gardes firent entrer une jeune esclave entravée, les chairs encore lacérées des coups de fouets dont elle avait été châtiée. Le griot royal hurla : « Expose ce que tu sais. » Sans se faire prier davantage, la jeune fille terrorisée raconta que Kassa lui avait confié sous le sceau du secret un message à remettre en mains propres au prince Djathal, turbulent cousin paternel du roi, condamné à l’exil au fin fond du pays. A ce qu’elle avait compris du message, la reine invitait le prince banni à venir détrôner son époux et lui assurait qu’elle trouverait le soutien de l’armée pour l’aider à asseoir son autorité.

A l’énoncé de ces révélations, les commandants saisis de stupeur s’exclamèrent en chœur que Kassa avait effectivement commis un grand crime et qu’elle méritait la mort. Aussitôt prévenue de ce qui se tramait, l’ambitieuse reine qui disposait d’un réseau d’espions efficace, quitta subrepticement sa demeure pour aller se réfugier dans la maison du prédicateur où l’on pouvait trouver asile lorsqu’on n’avait pas le temps d’atteindre la grande mosquée. Témoin direct de ces faits peu avant son départ de l’empire du Mali, Ibn Battouta ne nous dit malheureusement pas ce qu’il advint de Kassa. Peut-être ne l’a-t-il pas su lui-même, étant à l’époque en train de préparer son retour vers le Maroc. Mais il semble bien que Kassa fut la dernière femme à avoir occupé une telle place sur le trône du Mandingue.


Notes de Grioo.com : les livres coûtant le même prix en France, quelques librairies où vous pouvez trouver des livres afro-antillais, celui-ci en particulier:
La librairie Anibwe
52, rue Greneta à Paris
tél / fax : 01 45 08 48 33
Librairie Be Zouk
36 bis rue de Montreuil 75011 Paris
Téléphone: 01 43 67 67 17
Hibiscus Records
6 boulevard de Strasbourg 75010 Paris
Téléphone:01 42 49 75 75

       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Madame Tinubu, femme d'affaires et politicienne nigériane du XIXè siècle
  La Mulâtresse Solitude, résistante guadeloupéenne
  La dramatique offrande de la reine POKOU de Côte d’Ivoire
  Ndete Yalla, dernière reine du Walo (Sénégal)
  Anna Zingha, Reine d'Angola
  Sylvia Serbin présente "Reines d'Afrique"
  Soundjata Kéïta, le fondateur de l'empire du Mali
 
Mots-clés
afrique   mali   mauritanie   senegal   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 3 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 1
  bien dans sa peau
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 2
  Saine alimentation
  Bang gia cac loai vai bat moi nhat của Hoa Phat Dat
  Billets - Comment perdre du ventre - DotClear 1.2-rc
  
  Conseils alimentaires
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version