Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 30 Septembre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesCultureArticle
Le blues: les larmes de l'âme
27/09/2004
 

Après les racines du Jazz, et avant le Gospel, Grioo vous présente cette semaine le Blues, cet autre art musical nègre
 
Par Belinda Tshibwabwa Mwa Bay
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Le blues trouve son origine dans les chants des esclaves noirs du sud des États-Unis. Une récolte de coton. Lithographie du xixe siècle.  
Le blues trouve son origine dans les chants des esclaves noirs du sud des États-Unis. Une récolte de coton. Lithographie du xixe siècle.
© Webencyclo
 

Une survivance de la tradition orale. Les origines du blues remontent à l'arrivée des esclaves noirs sur les côtes de Virginie, au début de XVIIIe siècle. Pour tout bagage, ils apportent leur culture orale (qui associe musique, chant et danse) et quelques instruments : tambour, balafon (xylophone africain) et banjar (ancêtre du banjo).
Les grands propriétaires voient d'un mauvais œil les danses, jugées lascives, et interdisent les tambours, suspectés de servir à lancer des messages. En revanche, " un noir qui chante est un bon noir ", ont-ils coutume de dire, alors ils autorisent les esclaves noirs à se créer un autre exutoire, d’autres formes musicales. Cela était sensé donner du cœur à l'ouvrage et rendre les esclaves plus productifs. Ceux-ci inventent alors les worksongs et les field hollers, mélopées rythmant les travaux de plantation.

 Publicité 
 
Singing the Blues  
Singing the Blues
© artbychope.com
 

Le blues est né dans les champs de coton du sud des Etats-Unis d’Amérique. Il est le chant des esclaves, un chant de travail et un chant de repos. Il aide à supporter le poids du travail et la condition d’esclave. Il est aussi un mode d’information, via le chant, on communique entre fermes voisines. Le blues exprime certes la douleur et la tristesse mais aussi l’espoir et le divin, il raconte aussi la vie triviale, les beuveries, le sexe. Hors des champs, le soir, certains esclaves ayant un instrument animent les veillées. Ces instruments viennent parfois des maîtres blancs, parfois l’esclave a pu se les acheter ou se les fabriquer. Certains affranchis vont de ferme en ferme et, à la manière des griots africains ou des troubadours, transportent les informations. On ignore souvent ce rôle informatif du blues car il n’y a que peu de traces écrites ou orales de ces chants. N’ont survécu que les chansons et les refrains plus intemporels. C’est avec ces chanteurs itinérants que le blues quitte le Sud pour monter vers le Nord à Chicago, ou bien vers l’Ouest en Californie. Plus tard, une autre vague "migratoire" conduira les noirs des champs du Sud aux usines du Nord. L’espoir des esclaves n’est pas seulement dans le blues, il est aussi en Dieu et nombre de blues expriment cette foi notamment dans ce que l’on nomme gospel ou negro-spiritual.

Big Joe Williams, Crawford - Mississippi '78  
Big Joe Williams, Crawford - Mississippi '78
© dave-goodman.com
 

La mélancolie noire. La définition formelle du blues est simple : une structure harmonique invariable sur un rythme souvent lent à quatre temps. " C'est le schéma régulier à 12 mesures et vous brodez là-dessus ", expliquait le bluesman T-Bone Walker (1910-1975). Le blues signifie également un état d'esprit que l'on traduit imparfaitement par mélancolie, cafard ou, mieux, spleen. " Aucun homme blanc n'a jamais eu le blues ", affirmait Leadbelly (1885-1949), l'un des pionniers de ce genre né d'une expérience qu'un Américain blanc, n'ayant pas d'ancêtre esclave, n'ayant pas subi le racisme du Sud ou connu les ghettos du Nord, ne peut avoir. Les évolutions multiples du blues aboutiront au jazz et au rock.

Les influences et la rhétorique du blues. Le blues tire une part de ses inflluences de la musique occidentale. Les instruments de musique d’origine africaine étant rares et parfois proscrits, les esclaves se sont très tôt approprié le violon et les genres musicaux des colons européens de l’époque, en particulier ceux originaires de l’Europe de l’Est (polkas, mazurkas, valses). Ils les ont ensuite transformés en y ajoutant leurs banjos et leurs percussions. Les minstrels, interprètes de ce métissage musical, obtiennent au milieu du XIXe siècle un certain succès auprès du public noir et blanc. Mais, outre le folklore, c'est essentiellement le choral religieux qui influera sur le blues.

La chanteuse Bessie Smith (1894-1937), surnommée l'Impératrice du Blues.  
La chanteuse Bessie Smith (1894-1937), surnommée l'Impératrice du Blues.
© Webencyclo
 

La diffusion de la mélancolie. À l'origine, le blues est implanté dans les régions de peuplement afro-américain, dans le Sud rural des États-Unis. Il suivra ensuite le peuple noir dans ses migrations vers les zones urbanisées du Nord. Avant d'essaimer sur l'ensemble du territoire nord-américain, il est parti du delta du Mississipi. Et c’est dans ce berceau, qu’il conserve aujourd’hui encore sa forme la plus traditionnelle. Un grand nombre de figures emblématiques sont originaires de cette région : les pionniers Charley Patton (1887-1934), Big Joe Williams (1903-1982) et des légendes vivantes comme B.B. King (né en 1925). Au début du 20ième siècle, le blues se développe dans d'autres parties du Sud. Là où il s'implante, il prend des formes spécifiques. Ainsi, en Louisiane, l'accordéoniste Clifton Chenier (1925-1987) lui donne des accents de la culture cajun, héritée des colons français. Le Texas fournit un important contingent d'excellents musiciens : Blind Lemon Jefferson (1897-1930), Leadbelly, T. Bone Walker.
Enfin, deux villes, Saint Louis dans le Missouri et Memphis dans le Tennessee, constituent deux creusets importants du blues.

Entre les deux guerres mondiales, le blues obtient de plus en plus de succès, notamment grâce à la naissance de l'industrie du disque et à l'essor de la radio. Ainsi, Crazy Blues de Mamma Smith est le premier blues enregistré (le 14 février 1920 à New York). Cette audience sur l'ensemble du territoire est due au départ massif des Noirs vers les zones industrielles du Nord. Chicago, qui dispose de studios d'enregistrement et de radio, en devient le principal centre de création. Le blues connaît son apogée au début des années 1930, avant d'être supplanté par le jazz. Le Saint Louis Blues (1925) de Bessie Smith (1895-1937), accompagnée par Louis Armstrong, en marque la transition.

John Lee Hooker  
John Lee Hooker
© http://guitar-masters.com
 

Avec le temps, le blues installe ses règles, s’enrichit de rencontres, s’urbanise (surtout à Chicago) tout en restant l’expression d’un peuple opprimé, en lutte, car si l’esclavage est aboli, il est remplacé par la ségrégation raciale.
En 1944 les G.I. débarquent en Europe, on sait bien sûr qu’ils apportent dans leur bagage le jazz, mais on oublie que celui-ci n’est pas arrivé seul et qu’il vient avec ses racines : le blues.

En 1951, Big Bill Broonzy sera le premier à donner un concert de blues en France, c’est le point de départ de ce que l’on baptisera le blues revival avec notamment l’harmoniciste-guitariste John Mayal (auprès de qui débuteront Eric Clapton, Peter Green et le futur Rolling stones Mick Taylor).

Dans les années 70, le blues passe en arrière plan, supplanté par la soul et le rhythm & blues, mais dès les années 80 il revient au premier plan, dans un format plus rock, plus électrique avec des artistes comme Robert Cray et Stevie Ray Vaughan.
Aujourd’hui, le blues est toujours présent grâce, entre autres à Popa Chubby, Tino Gonzales, et Jonny Lang.
Le blues est même entré dans l’univers de l’électro-music avec Moby.

Après la Seconde Guerre mondiale, Chicago demeure la capitale du blues avec des interprètes comme Muddy Waters (1915-1973), Willie Dixon (1915-1992), Otis Spann (1931-1970) et Howlin Wolf (1910-1976). C’est sous l’influence de ces artistes, que de jeunes musiciens blancs, tels que les Rolling Stones, Elvis Presley ou Janis Joplin, inventent le rock’n roll. Mais le blues a sut survivre à ses multiples évolutions, et l'art de B.B. King, de John Lee Hooker ou de Buddy Guy, prouve que le blues est toujours bien vivant.

Glossaire
Muddy Waters  
Muddy Waters
© bluesforpeace.com
 

banjo n. m. Instrument à cordes pincées. Muni généralement de cinq cordes pincées à l'aide d'un plectre, le banjo a un manche long et étroit et une caisse de résonance plate, composée d'une peau tendue sur un cadre circulaire et cerclée d'un rebord métallique. Les premiers banjos ont été fabriqués par les esclaves noirs d'Amérique du Nord. Surtout utilisé dans le jazz primitif (ragtime, New Orleans), où il remplit un rôle plus rythmique que mélodique, et dans la musique folklorique nord-américaine, le banjo offre un son âpre et métallique.

gospel n. m. Chant religieux populaire interprété par les Noirs américains lors de la célébration des offices (de l'ancien anglais godspell, " évangile " ; abrègement de l'expression gospel song).

Prochain volet : le Gospel

       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Gospel: le chant de la foi
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 24 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Sommet Etats-Unis Afrique : 33 milliards de dollars de promesses d’investissement
 Sénégal : le procès de Karim Wade a débuté ce jeudi
 Côte d'Ivoire : hervé Renard désigné sélectionneur
 L'Allemagne remporte sa quatrième coupe du monde
 Canal+ va lancer A+, une chaîne panafricaine, en octobre prochain
 Le Brésil écrasé par l'Allemagne en demi finales (1-7)
 Brésil Allemagne : Yaya Touré avait vu juste dans ses prévisions
 Sénégal : Macky Sall limoge Aminata Touré !
 France Nigeria : Stephen Keshi critique l'arbitrage
 Brésil, Pays-Bas, Colombie et Costa Rica en quarts de finale
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Senegal      Togo      Tyra Banks     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version